Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

Ne rigolez pas, c’est votre pognon

Posted by lolik11 sur 8 août, 2010

Chaque jour apporte son nouveau scandale, sa nouvelle petite affaire, sa nouvelle révélation sur les pratiques de notre classe dirigeante…Une des dernières en date est assez emblématique du comportement de notre classe politique. Pour résumer la situation, le compagnon de C.Lagarde a dirigé de 2003 à 2005, le centre de promotion de l’emploi par la micro-entreprise (CPEM), une association marseillaise créée en 1994 par le maire UMP de la ville, qui a bénéficié d’un million d’euros d’aide du Fond Social Européen. Les enquêteurs anti-fraude de Bruxelles ont trouvé quelques irrégularités qui auraient du empêcher cette association de toucher cette subvention, à commencer par le fait que la mairie de Marseille soit totalement derrière cette structure ; en effet, c’est elle qui traite les dossiers et met à disposition ses salariés. Ils demandent donc le remboursement de cette subvention.

Alors nombre de commentateurs et toute l’opposition en tireront la conclusion que cela confirme que le gouvernement en place est corrompu, que ces magouilles et compagnie et continueront leur entreprise de délégitimation du Président (qui a toujours été vu comme un usurpateur par la droite chiraquienne et par les socialistes). Tout cela est peut-être vrai mais reste de la politique politicienne. Car qui croit encore que les pratiques de l’opposition sont différentes ? Il suffit de regarder celles de Désirs d’avenir qui était une association qui est devenue un parti politique puis redevenue une association ou encore les nombreuses magouilles avec les associations dans l’agglomération marseillaise. Qu’on n’aille pas nous faire croire que la droite sarkozyenne soit le Vice et que ses opposants, la Vertu.

Non, le vrai scandale dans les affaires qu’on voit actuellement est bien que les politiciens aient la possibilité de magouiller comme cela… Comment se fait-il que la Commission européenne ait des millions d’euros à distribuer par l’intermédiaire d’un fond social dont ni vous ni moi, je parie, n’ont jamais vu la couleur d’un centime ? Et après on nous dit que l’Etat est en faillite ? De l’argent, il y en a des tonnes dans les budgets de l’Etat, des collectivités publiques, de l’Europe. Il faut voir les millions, les milliards d’euros déversés dans des subventions aux associations, pour des projets, des organismes qui ne servent pas l’intérêt général mais ceux du clientélisme. Et la vraie question est de savoir comment cet argent est réellement utilisé. Car il ne faut pas oublier que les millions dont on parle sont des millions pris aux contribuables, donc à vous et moi d’une manière ou d’une autre…

Au moment où on demande des efforts à nos concitoyens, au moment où la France s’enfonce dans une rigueur qui verra des dépenses utiles supprimées mais des inutiles conservées, au moment où les français vont voir leurs impôts augmenter pour sauver un euro qui nous condamne aux délocalisations et à la désindustrialisation, les pratiques de notre classe politique doivent être bien mieux contrôlées. Et  pas seulement dans ces pratiques prétendues affaires. C’est chaque euro mal dépensé qui devrait être une affaire (comme par exemple quand on voit que SOS Racisme reçoit des subventions de l’Education Nationale, du ministère de la Jeunesse et des Sports, de la Ville de Paris, du Conseil régional d’Ile de France…) car, même si notre pays adore les impôts, il ne faut pas oublier que chaque euro dépensé par le secteur public est un euro pris aux français. Et que seul l’intérêt général doit justifier cette contrainte.

Publicités

2 Réponses to “Ne rigolez pas, c’est votre pognon”

  1. Higgins said

    Constat dramatiquement vrai et emblématique des dérives de notre système sociétal. La fameuse loi de 1901, celle qui régit les associations, aurait besoin d’un sérieux dépoussiérage. Trop souvent, elle sert de paravent et dissimule des vraies-fausses entreprises (qui souhaitent ainsi échapper à l’impôt. Cet aspect soulève évidemment l’énorme problème des charges que doivent supporter les entrepreneurs et qui pénalise tant l’emploi en France) ou des organismes qui servent les copains/coquins et qui permettent aux donneurs d’ordres de quadriller une ville ou une région. Dans ce dernier cas, l’utilité des organismes en question est plus que douteux. C’est pourquoi l’affaire mentionnée n’est pas une surprise.
    Je pense pourtant que ceux qui ont voulu cette loi, il y a plus de 100 ans, souhaitaient simplement donner un cadre juridique solide à de multiples rassemblements pétris de bonnes intentions, sans calcul politique donné. Je ne crois pas qu’ils reconnaitraient leur enfant. Il y a effectivement un paquet d’argent à récupérer et un sérieux effort de rigueur budgétaire à faire dans ce qui est devenu le monde interlope des associations.

  2. lolik said

    Vous avez sans doute raison, un dépoussièrage juridique ne serait pas de trop. Mais pour ma part, je me contenterai déjà de la suppression de toutes les subventions. Elles créent trop d’effet d’aubaine et favorisent un clientélisme absolu. Qu’elles vivent des cotisations de leurs membres, point ; ça ferai déjà un bon petit ménage de printemps dans le monde des zassoc !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :