Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

Laïcité : le faux débat de l’UMP annonce un véritable détricotage de la loi de 1905

Posted by echopolitique sur 9 avril, 2011

Copé ou comment annoncer qu'on ne veut pas toucher à la loi de 1905 et sortir des propositions qui sont un véritable détricotage !

Après des semaines de polémiques, le débat voulu par le Président et organisé par Copé sur la laïcité a eu lieu mardi dernier. L’UMP en a donc débattu en présence d’un gros tiers du gouvernement et surtout, en présence du tout Paris médiatique qui y attendait un nouveau « dérapage ». Mais comme on pouvait s’y attendre, de dérapage, il n’y en a pas eu pour une seule et bonne raison, c’est que l’UMP s’est couché sur la laïcité face à la pression médiatique.

En effet, après tout ce que nous avons entendu sur la nécessité d’un tel débat, on pouvait s’attendre à ce que l’UMP prenne des positions fortes sur le respect et la défense de la laïcité, pilier de notre République, des positions qui heurteraient la bien-pensance médiatique et seraient donc comme telles, qualifiées de « dérapages ». On peut même dire que le fait d’être qualifié de dérapage est un gage de proposition réellement républicaine. Mais non, l’UMP a produit un texte que SOS Racisme, LICRA et le CRAN pourraient signer à deux mains. Un texte qui, à le regarder de plus près, est un véritable recul pour la laïcité républicaine au profit de la très sarkozyste laïcité positive.

Après un rappel à la loi et un éloge des décisions prises antérieurement par l’UMP, le texte attaque fort, avec 3 propositions visant à rappeler l’attachement au principe, faire un recueil de tous les textes existants et créer un code de la laïcité. Cela peut avoir son utilité pratique mais on ne voit pas l’utilité de débattre pour arriver à un rappel à la loi ! La suite du document continue dans la même veine entre rappel à la loi et propositions visant à s’assurer que la loi soit appliquée et autres actions de pédagogie. Toutes ces propositions reviennent quand même à acter qu’aujourd’hui la loi est bafouée par des demandes communautaristes dont les détails sont plus que lisibles entre les lignes : dispenses de cours de sport ou refus d’apprendre certaines parties de l’Histoire, refus de certaines femmes se faire soigner par un médecin homme, demande de dérogations pour motif religieux à l’Ecole, d’aménagements dans les entreprises ou dans les services publics…

Plutôt embêtant pour l’UMP et le gouvernement qui tous les jours nous annoncent qu’ils combattent le communautarisme et refusent tout accommodement raisonnable. Sachant qu’ils ont eu tous les pouvoirs nécessaires à la mise en place de ces propositions depuis presque 10 années et qu’ils ne proposent de les appliquer qu’après 2012, on peut douter de la volonté du parti majoritaire de vraiment appliquer un jour la loi…sans parler du fait qu’en 2012, il y a des élections pour lesquelles la tendance n’est plutôt pas favorable.

Mais en continuant la lecture, on arrive sur la partie vraiment intéressante intitulée « Liberté religieuse et lieux de culte ». Pour en résumer les propositions, il s’agit tout simplement de sécuriser les dons de terrain réalisés par baux emphytéotiques à option d’achat, de faciliter les constructions en garantissant les emprunts par les collectivités locales (quid du jour où l’Etat aurait vraiment payer ?) et enfin de faciliter le fonctionnement des associations cultuelles en rénovant les dispositions juridiques applicables. La seule contrepartie est une meilleure transparence des fonds provenant de la collecte auprès des fidèles et des fonds étrangers.

Heureusement qu’en préambule l’UMP précisait qu’elle ne voulait pas remettre en cause « le principe de séparation des Églises et de l’État et, par conséquent, le principe selon lequel la République ne finance pas la construction de lieux de culte » car sinon on aurait pu croire à la lecture de ce document que cela était déjà fait. A la lecture de ce texte, on peut légitiment se demander si le but véritable de cette convention n’était pas de faire passer en catimini, couvert par le battage médiatique, le financement indirect par l’Etat des nouveaux lieux de culte.

Encore une fois, l’UMP joue la stratégie du crocodile (grande gueule, petits bras) en remettant toujours à demain ce qu’ils sont en capacité de faire aujourd’hui ou pire dans le cas présent, en faisant passer dans les détails, le contraire de ce qu’ils annoncent dans les discours. Comme lorsque le Président reconnait que le multiculturalisme est un échec mais continue à célébrer la diversité et que l’Education Nationale fait de plus en plus place aux cultures d’origine dans les programmes [1]. Comme lorsqu’il dénonce les échecs de l’intégration (on parle même plus d’assimilation) mais continue dans sa politique migratoire et s’en félicite. Comme lorsqu’il prétend combattre l’insécurité en supprimant des postes de policiers et gendarmes, en laissant les juges faire de la politique au tribunal et en ne faisant plus exécuter les peines de prison inférieures à 2 ans [2] pour ne pas avoir à construire des places de prison. Comme lorsqu’il dénonce l’euro fort et la désindustrialisation et qu’il va à Bruxelles signer un pacte de compétitivité avec l’Allemagne et qu’il met en place des mécanismes de sauvetage qui nous enferment toujours plus dans ce carcan déflationniste. On pourrait multiplier les exemples où les discours forts ne sont jamais suivis d’actes forts ou même sont suivis d’actes complètement contraires.

Tout cela donne aux français le sentiment que plus rien n’est possible, que la politique ne sert plus à rien, qu’ils sont déposés de leur pouvoir de choisir par les partis de gouvernement. Et cela les pousse bien plus efficacement dans les bras de Marine Le Pen que tous les prétendus décontamineurs de la pensée lepéniste que la pensée unique veut nous jeter en pâture. En refusant de défendre une vraie laïcité républicaine telle que définie par la loi 1905, l’UMP laisse la place au FN pour la récupérer et ainsi réaliser un hold-up sur la République, comme celui de la Nation dans les années 80.

Sur la laïcité à laquelle les français sont très attachés par l’Histoire de notre pays, l’UMP et le Président n’ont toujours rien compris. Ils n’ont pas compris que les français ne voulaient pas de débat parce qu’il n’y a rien à débattre (à moins de proposer le changement notre République tout entière) ou plutôt qu’il n’y a rien à négocier. La laïcité est un pilier de la République sur quel les français ne veulent qu’aucune concession ne soit faite. Ils veulent que la loi s’applique, toute la loi, rien que la loi  et que ceux qui s’y opposent y soit contraints.

[1] Exit Louis XIV et Napoléon au bénéfice de civilisations africaines

[2] loi votée en 2009, qui instaure les peines dites « alternatives », rarement appliquées comme le port du bracelet ou totalement symboliques comme 15 heures de travaux d’intérêt général

Publicités

Une Réponse to “Laïcité : le faux débat de l’UMP annonce un véritable détricotage de la loi de 1905”

  1. berdepas said

    C’est peu dire que je partage pleinement ce point de vue. Dans le même sens:
    http://berdepas.wordpress.com/2011/04/06/des-hauts-et-debats/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :