Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

Posts Tagged ‘Sarkozy’

L’échec de la stratégie du parti unique de la droite et du centre

Posted by echopolitique sur 1 mai, 2011

Les élections cantonales étaient le dernier test intermédiaire avant les échéances de 2012. Et comme les 2 précédentes élections, le résultat est sans appel pour l’UMP : une défaite très sévère avec un recul constat de l’influence du parti unique dans les différents départements et auprès des français. L’exception du Val d’Oise qui a été reconquis est plus un épiphénomène lié à la politique locale (gauche minoritaire et divisée sur Argenteuil, droite élargie dans l’UVO…) qu’une tendance de fond de reconquête UMP.

Le constat est même pire que les 2 précédents tests où l’UMP avait fait illusion. En 2009, le mode de scrutin avait permis à l’UMP de sortir gagnant des européennes en jouant à fond sur l’union au premier tour dans un scrutin qui n’en compte qu’un mais en ne réunissant que 29% des français. En 2010, la triste performance de 2004 avait permis de ne pas voir une dégradation supplémentaire. Cette année, pas de biais statistique ou lié au mode de scrutin, et le recul se voit comme le nez au milieu de la figure. Avec 19% des voix, l’UMP fait moins de voix que le défunt RPR au premier tour. Et comme il n’y a plus d’autres partis de droite qui participent à l’union de la droite et du centre, le parti unique sombre et devient minoritaire.

Le politologue Dominique Reynié estime qu’avant les cantonales, la droite avait perdu plus de 1000 positions locales depuis 1995 dont une très grande partie après 2002. Et ces élections cantonales ont encore aggravé la situation. La stratégie du parti unique mène à un recul généralisé pour la droite parlementaire en terme d’élus mais également à une division de la droite sans aucune possibilité d’alliance qui fait le jeu de la gauche : le FN supplante l’UMP dans bons nombres de circonscription où l’électorat populaire ne croit plus aux promesses non suivies d’actes du président et du parti unique, les opposants de droite (sous l’appellation très large des DVD) reprennent des bastions à l’UMP ou la font perdre dans certains cas car aucune alliance n’est possible avec un parti qui se veut hégémonique, la gauche partout domine alors qu’elle est minoritaire dans le pays… La situation est à tel point catastrophique que la majorité sénatoriale est menacée en septembre et que si la droite perd en 2012 la présidentielle et les législatives qui suivent, la France sera entièrement à gauche. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Droite guimauve | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

A qui profite le Front républicain ?

Posted by lolik11 sur 25 mars, 2011

Comme on pouvait s’y attendre, le premier tour des élections cantonales a montré que notre démocratie était malade, en témoignant l’abstention record et la forte montée du Front National (du moins en % des suffrages exprimés, compte tenu du nombre de cantons dans lequel il présentait un candidat). Ces deux tendances n’étant pas des nouveautés mais plutôt les conséquences d’une absence de véritable alternative au système UMPS. La claque prise par l’UMP, réunissant seulement  17% des voix au niveau national,  laissant 204 duels PS-FN au second tour (10% des cantons renouvelables) n’est même plus un signal d’alarme, c’est la preuve que la stratégie sarkozyste du « en parler toujours, n’agir jamais », associée au parti unique à droite mène à un véritable suicide collectif.

Mais ce recul de l’UMP n’a pas non plus bénéficié à la gauche ni au PS qui reste à des scores classiques (autour de 25%) alors que le désamour du gouvernement et du président auraient dû les propulser au sommet. La force du PS réside essentiellement dans la faiblesse de la droite et la gauche ne triomphe que dans les élections locales et surtout quand le peuple reste à la maison. Face à ces résultats, tout ce que le système médiatique et politique à a nous proposer est un fumeux Front Républicain destiné à faire barrage au FN et qui assurerait la réélection, de manière quasi automatique, du syndicat des sortants. On voudrait nous embrigader dans ce Front mais avant de l’envisager, deux questions méritent réponses.

Un Front Républicain, mais avec qui ? Avec tous les partis hors FN ? C’est quand même assez fort de vouloir faire un Front Républicain avec le NPA qui n’est pas vraiment républicain (jetez un œil à son programme) et avec ceux qui acceptent de s’y allier. Avec l’UMP et le PS, qui ont bafoué le peuple avec le traité de Lisbonne ? Qui bradent conjointement l’Ecole Républicaine, les services publics, la laïcité, notre souveraineté populaire depuis 30 années ? Tous ceux qui prétendent présenter un Front Républicain devrait déjà balayer devant leur porte avant de donner des leçons de républicanisme. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Ca secoue | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Zone euro, suicide assisté par l’UMP-PS

Posted by echopolitique sur 15 mai, 2010

Pour la première fois depuis des années, Nicolas Dupont-Aignan était invité sur le plateau d’une chaine du service public où il débattait avec P.Moscovici et P.Lellouche. Pour la première fois depuis P.Seguin, un responsable politique a osé s’attaquer au mythe absolu de notre système économique : l’euro. Et espérons que cette critique de l’euro ne s’arrêtera plus et que les porteurs de cette parole oseront continuer à franchir le Rubicon. Mais il fallait entendre la violence des attaques contre NDA, raillé pour son argumentation souverainiste, moqué pour sa volonté de revenir aux monnaies nationales, sermonné pour sa supposée irresponsabilité politique, accusé d’être un populiste pour refuser que la France meure sous l’étouffoir de l’euro et enfin lepénisé pour oser s’attaquer aux mythes de l’euro et de la construction européenne. La violence des ces attaques, surtout celles venant de la part du secrétaire d’Etat, signe du zèle européen des nouveaux convertis, montre le mépris des élites pour toute idée divergente de la doxa eurobéate, le même mépris que celui qu’ont du affronter les nonistes de 2005 ou ceux de 1992…

Les deux détaillants UMP-PS du fournisseur européen nous ont joué leur vieille comédie avec les mêmes arguments usés depuis tant d’années. On a eu droit au traditionnel « il faut investir dans la recherche, l’innovation et l’économie de la connaissance » ; soit exactement la stratégie de Lisbonne définie il y a 10 ans au niveau européen qui devait faire de l’Europe la zone économie la plus compétitive du monde. Cela nous a donné 10 années de croissance à 1%.

Ensuite, on a eu droit au fameux « il faut une convergence des politiques économiques européennes et même un gouvernement économique européen ». Les deux épiciers européens oublient que personne n’en veut en Europe : ni les allemands qui ne veulent pas être solidaires des autres pays moins vertueux, trop satisfaits de dépecer l’industrie française et italienne à leur bénéfice, ni les pays qui ont rejoint récemment l’Europe, trop contents de bénéficier d’un coût salarial moins élevé et donc des délocalisations intra-européennes, ni les pays du sud qui n’ont jamais voulu développer un modèle économique basé sur la compétitivité et dont le laxisme est financé par l’UE, ni les pays anglo-saxons qui ne veulent pas entendre parler d’intégration européenne – ce blocus continental qu’ils ont toujours refusé- ni même la France qui ne souhaite pas abandonner ses acquis sociaux et son fameux modèle social…et surtout qui ne veut plus d’une intégration européenne où elle ne serait pas la France en grand.

Pour continuer, on nous a joué le couplet de l’Europe qui protège, de l’euro bouclier et de la situation qui serait pire sans l’euro et l’Europe. Et enfin, nous avons eu droit au « que pourrait la France toute seule contre la Chine, face aux Etats-Unis… ». Comme si l’Angleterre était morte, comme si la Suède, la Norvège, le Danemark, la Pologne, ou plus loin le Canada étaient morts. On nous  a joué aussi le refrain de « c’est impossible de sortir de l’euro », du « ça ne résoudrait rien et ça ferait plus de mal que de bien ». Impossible vraiment ? Alors pourquoi le Président Sarkozy aurait-il menacé la Chancelière de « réétudier la position de la France dans l’euro » si l’Allemagne n’acceptait pas le plan de sauvetage des banques et des contrats d’armements de la Grèce. Dommage qu’Angela ait cédé au bluff du président. On a aussi ressorti les « égoïsmes nationaux » et le nationalisme menant à la guerre pour décrédibiliser toute opposition à la construction européenne actuelle. Comme si la fin de l’euro et une construction européenne respectant la souveraineté des Etats-Nations allaient nous ramener en 1939.

Tous ces arguments des Dupont et Dupont pro-européens sont juste la mise en parole des renoncements d’hommes politiques incapables de penser un destin national pour le pays. Ils utilisent l’idée européenne pour accompagner leur incapacité à être autre chose que des gestionnaires du déclin français. Ils se servent de l’alibi européen pour justifier leur soumission aux lobbys et surtout pour masquer leur acceptation de voir la France se dissoudre dans ce totalitarisme mou où les politiciens ne s’embarrassent plus de ce que pense (et vit) le peuple. Alors pour remettre un peu d’opposition entre la droite et la gauche, les deux Pierre ont fait semblant de s’affronter sur les sujets sociaux et sur la rigueur. La droite voulant une Europe qui protège, la gauche souhaitant une Europe plus sociale. Les deux souhaitant aller plus loin dans l’intégration européenne qui, dans tous les cas, leur impose de mener une politique de rigueur afin de rassurer les marchés financiers, sans possibilité de développement. Après 10 ans de parenthèse, la réalité reprend ses droits et on s’aperçoit que l’euro est un étouffoir de croissance, que les économies des pays de la zone euro sont de plus en plus divergentes, qu’aucun pays ne veut réellement d’intégration européenne et que la zone euro ne sera pas une zone économique optimale (avec mobilité des travailleurs et solidarité fiscale). Ni la gauche européiste, ni la droite euroralliée n’ont pu penser cette réalité. Il est temps que des hommes nouveaux le fassent…

Posted in Europe, le mur se rapproche | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

A quand la sortie de la Grèce de l’euro ?

Posted by echopolitique sur 28 avril, 2010

La construction factice de l'euro se révèle à l'occasion de la crise grecque

La construction factice de l'euro se révèle à l'occasion de la crise grecque

La faillite grecque est désormais de plus en plus proche. Mais dans cette affaire, ce sont les différents retournements de l’Europe qui sont le plus inquiétants. Il y a un mois, on nous annonçait un plan de sauvetage UE-FMI qui était plutôt une garantie de dernier recours, crée pour ne pas être utilisée et qui visait seulement à rassurer les marchés sur le fait que la Grèce ne ferait pas faillite et ainsi détendre les taux d’intérêts imposés à la Grèce. Depuis, les taux grecs sont montés chaque jour, malgré les dénégations successives de l’UE (Van Rompuy déclarait encore hier « qu’il n’était pas question de restructurer sa dette » après que J-C. Trichet ait déclaré mardi « qu’il était hors de question que la Grèce ou n’importe quel autre pays de la zone euro fasse défaut sur ces emprunts ») et c’est ainsi que le 10 ans atteignait 11 % ce matin et le 2 ans près de 18% ! après dégradation hier à BB- de Standard and Poor’s de la Grèce et à A- celle du Portugal (ce qui est un racket organisé quand on sait que la BCE prête à 0,5% aux banques mais cela est un autre sujet) repoussant la Grèce dans ses derniers retranchements jusqu’à faire appel d’urgence, à ce plan UE-FMI.

On nous annonçait aussi que lorsque la Grèce y ferait appel, il n’y aurait qu’à appuyer sur un bouton pour que les fonds arrivent. La réalité est bien différente : l’Allemagne, malgré son accord de principe, ne veut toujours pas payer et désormais la France s’aligne sur la position allemande par la voix du ministre de l’Economie, C.Lagarde qui demande à ne pas être trop complaisant avec les grecs. En fait, le sort de la Grèce est suspendu aux élections régionales du 9 mai en Rhénanie et Van Rompuy nous fait un aveu d’impuissance éloquent en convoquant un sommet de l’eurogroupe le 10 mai ! Pendant que la zone euro prend feu (ce matin, l’euro a touché 1,31, le cac perd encore 2% après avoir perdu 4% hier et les banques françaises qui sont les plus exposées en termes de créances grecques perdent encore 6% après en avoir perdu autant hier), N.Sarkozy fait trois jours de tourisme en en Chine ! Il n’y a tout simplement plus de pilote dans la zone euro.

En contrepartie de cette aide, l’Allemagne (et donc désormais la France) veut que les Grecs aillent plus loin dans leurs mesures d’austérité. Ce qui est bien en soi, car le problème de fond de la Grèce est qu’elle a vécu au-dessus de ses moyens, mais cela ne réglera pas le problème. Car aucune cure d’austérité ne peut marcher si elle ne permet pas de rétablir la compétitivité économique du pays en question. La cure d’austérité actuelle permettra de rétablir peut-être un jour les finances publiques, si la rue n’a pas pris le pouvoir avant, mais en aucun cas, la Grèce ne va devenir l’Allemagne en trois mois. Donc après cette cure, les grecs seront toujours dans la même difficulté économique et dans trois mois le même problème se reposera. Dans la situation actuelle, cette mise sous perfusion de la Grèce ne sert strictement à rien et ne fera qu’organiser une aide au développement pour le pays, c’est-à-dire que les autres pays européens lui apporteront des fonds qui ne seront jamais remboursés et qui lui serviront seulement à payer les factures courantes.

La seule solution pour que la Grèce retrouve un peu d’air est qu’elle dévalue sa monnaie pour rembourser sa dette en monnaie de singe et que ses produits retrouvent leur compétitivité. C’est ce que font tous les pays du monde lorsqu’ils rencontrent de grandes difficultés…sauf ceux de la zone euro qui sont empêchés de le faire car leur monnaie est justement l’euro, enfin l’euro fort sous contrôle allemand. La seule solution pour la Grèce est qu’elle sorte de l’euro et réimprime ses drachmes pour enfin sortir de cet enfer ; cette solution ne fera pas l’économie des plans de rigueur pour la Grèce. Mais sans la dévaluation et donc la sortie de l’euro, la Grèce mourra rapidement et deviendra une province allemande qui ne vivra que des subventions et des touristes allemands si les allemands font le choix de garder la Grèce dans l’euro ou sera expulsée de la monnaie unique si les allemands ne veulent pas faire prendre le moindre risque à leur politique du Mark fort, pardon de l’euro fort…

Posted in Europe, le mur se rapproche | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le virage libéral de Sarkozy (2)

Posted by lolik11 sur 1 avril, 2010

Hier soir nous étions tous fatigués et Lomig le premier, nous a livré ce matin, l’extrait essentiel du discours de N.Sarkozy devant les députés de la majorité. Mais notre Président avait en introduction brossé un tableau assez terrifiant de la situation de la France avant d’en arriver au morceau de bravoure du bouclier fiscal qu’il nous a retranscrit. A mon tour, de vous livrer, les quelques mesures urgentes qu’il prévoit d’insérer dans le collectif budgétaire qui sera présenté avant l’été.

« Notre croissance est atone depuis des années et ce n’est pas faute d’avoir essayé par tous les moyens de relancer l’activité et de soutenir le pouvoir d’achat ; ceci se traduit aujourd’hui par un endettement de la France de 1.489 milliards d’€, résultat cumulé de 30 années de déficit de l’Etat, des collectivités territoriales et de la Sécurité sociale. Il est temps d’ouvrir les yeux et de parler de moralité ; quel homme responsable pourrait accepter de laisser ce fardeau à nos enfants ? Le temps est venu de la responsabilité et de jeter les bases d’un redressement que nos citoyens appellent de leurs vœux.

L’Etat, même entouré des meilleurs experts, ne peut se substituer aux décisions responsables exercées par chacun d’entre vous et le passé nous rappelle que les tentatives planificatrices prétendant prévoir l’avenir, qu’elles prennent le nom de Concorde ou Plan calcul, ont toujours mené à des gouffres budgétaires. C’est pourquoi je vous propose de remettre entre les mains de chacun le choix des investissements d’avenir, en gelant le grand emprunt dont le remboursement priverait chaque contribuable d’une ressource qu’il aurait pu, à son choix et selon ses besoins, orienter vers l’investissement ou la consommation. Puisque nous parlons d’avenir et que nous voulons tous des entreprises à la hauteur de nos capacités d’innovation, je veux que l’investissement soit désormais encouragé ; c’est pourquoi je proposerai que l’ISF (vieille relique mitterrandienne dont le triste surnom est lncitation à Sortir de France) soit définitivement abrogé ainsi que tous les droits de succession tandis que les intérêts d’emprunt des entreprises, eux, ne seraient plus déductibles.

L’avenir nous rappelle aussi que pour tous la retraite doit être financée. Je dois avoir le courage de dire que notre système actuel s’apparente plus au système Madoff qu’à un financement responsable de l’avenir de chacun. Déjà aujourd’hui, 10% des retraites sont financées par l’emprunt et la CRDS (contribution au remboursement de la dette sociale) est prévue jusqu’en 2021 ! La transition entre un système de répartition et celui de la capitalisation sera longue mais n’est pas impossible. C’est ce chantier qui sera ouvert à l’automne et non celui de réformes paramétriques, comme certains vous l’avaient peut-être laissé croire, qui ne vous laisseraient le choix que de travailler jusqu’à 70 ans ou de vivre avec 500 € par mois.

Enfin, le courage nous obligera à affronter bien des résistances ; en effet il existe aujourd’hui environ 480 niches sociales et fiscales (elles sont si nombreuses que personne ne peut les compter) et devant chacune d’entre elles les gardiens sont nombreux ; le dernier rapport de la Cour des Comptes en évaluait le coût à 70 milliards d’€ (voire 140 puisque certaines ne sont même plus répertoriées comme niches fiscales). Ceci devra disparaitre pour laisser place à une fiscalité neutre, encourageant l’épargne et laissant à chacun la responsabilité d’investir ou de consommer selon des choix dans lesquels l’Etat n’a pas à favoriser une partie de la population plutôt qu’une autre. »

J’ai certainement oublié beaucoup de mesures annoncées tant celles-ci étaient nombreuses et entrecoupées d’applaudissements qui ne m’ont pas permis de tout entendre mais d’autres peuvent prendre la suite.

Posted in Déficits, dettes publiques et faillite des Etats | Tagué: , , , , , | 7 Comments »

Messieurs les députés, prenez enfin vos responsabilités et la part du pouvoir qu’il vous revient

Posted by echopolitique sur 22 octobre, 2009

Messieurs les députés ayez enfin le courage de vos attributions et arrêtez d'être des godillots ! Que l'Assemblée re-devienne un centre de pouvoir où s'élabore les lois et les compromis politiques de notre pays comme dans toutes démocraties...surtout face à un exécutif en campagne permanente et soumis à la dictature court-termiste du politiquement correct...

Messieurs les députés ayez enfin le courage de vos attributions et arrêtez d'être des godillots ! Que l'Assemblée re-devienne un centre de pouvoir où s'élabore les lois et les compromis politiques de notre pays comme dans toutes démocraties...surtout face à un exécutif en campagne permanente et soumis à la dictature court-termiste du politiquement correct...

La majorité parlementaire UMP – Nouveau Centre tangue fortement. Plusieurs sujets ne passent pas, tels que la taxe carbone, la suppression de la Taxe professionnelle, les polémiques Mitterrand et Jean Sarkozy, le gouffre des finances publiques… Mais le gouvernement continue à imposer son projet et ses vœux, quitte à aller à l’encontre de la volonté profonde de sa majorité et à mettre cul par-dessus tête ses électeurs. Les députés et les sénateurs de la majorité ne s’y trompent pas et sont en train de mener une véritable guerilla parlementaire contre le gouvernement à l’occassion de l’examen des projets de loi de finance de l’Etat et de la Sécurité Sociale.Les accroches se multiplient sur la taxe professionnelle, sur le bouclier fiscal, sur toute la politique fiscale et budgétaire…avant peut-être, et espérons-le, une révolte générale des parlementaires de la majorité contre un pouvoir de plus en plus autiste aux électeurs de la majorité et qui bascule de plus en plus dans le camp des élites médiatiques : affaire Mitterrand, Jean Sarkozy, cagnotte au lycée, taxe carbone, RSA jeune…mais aussi la fausse fermeté (c’est-à-dire dans les paroles seulement) sur l’insécurité (hausse de la délinquance et impunité dans les cités), l’immigration (27 000 expulsions seulement dont 17 000 à Mayotte et 6 000 en Guyane autant dire que l’immigration illégale a de beaux jours devant elle en Métropole sans parler des milliers de régularisations déguisées), l’Europe…le sarkozysme ressemble de plus en plus à du chiraquisme, sans assumer que la rupture est remise à plus tard…

D’ailleurs, les députés et sénateurs ne sont vraiment pas loin de se rebeller ouvertement contre l’Elysée et le système du chef suprême qui les écrase et les transforme en godillots admirant le navire français aller dans le mur. Car il ne faut pas se leurrer, tous les députés de la majorité savent que l’exécutif est en train de faire n’importe quoi et surtout de ne pas s’attaquer aux vrais sujets et ce que leurs électeurs pensent de ce pouvoir. Les députés ne supportent plus de suivre un gouvernement qui croit avoir toujours raison et savoir ce qui est bien pour le peuple alors qu’il va au final à l’encontre de ses valeurs, de celles des ses électeurs et plus largement de la France.

Simplement, les députés ne vont pas au bout de la démarche, n’osent pas réellement franchir le Rubicon d’un vrai pouvoir législatif face à un pouvoir exécutif, celui de l’indépendance entre les deux. Indépendance qui voudrait dire de temps en temps opposition voire même crise, sans toutefois aller jusqu’à la censure. Beaucoup me diront que les institutions de la Vème République ne le permettent pas mais cela tient plus au fait que c’est l’Elysée qui tient le parti et donc la boite à investiture et cela les députés en ont très peur. Les institutions de la Vème ne sont pas en cause surtout qu’avec la dernière réforme constitutionnelle qui a fortement limité le 49-3 et donc la suprématie de l’exécutif, les députés se doivent d’accomplir leurs nouveaux devoirs et d’utiliser leurs nouveaux droits. Le devoir de mieux travailler en commission car c’est désormais ce texte issu de la commission qui est étudié en séance, le devoir de contrôler le budget et le gouvernement et le droit de déposer des projets de lois parlementaires avec le partage de l’ordre du jour, le droit de s’opposer à des nominations, le droit de déclencher des référendums d’initiative populaire…même si ces deux derniers ne sont pas encore entrés en vigueur. Alors messieurs, un peu de courage dans votre fonction et pour exercer vos prérogatives…

Posted in La libanisation de la société française, Petite réflexion | Tagué: , , , , | 5 Comments »

Nomination au mérite ou élection ?

Posted by lolik11 sur 14 octobre, 2009

Il faudra maintenant le mériter

Il faudra maintenant le mériter.

Ca, c’est Ben, qui égratigne Obama et le comité Nobel. J’aime tellement ses dessins que j’y reviendrai.

Cette nomination n’a pas déclenché de pétition, mais celle éventuelle de Jean Sarkozy n’en finit plus d’agiter le Landernau. D’abord, il s’agira d’une élection au sein d’un conseil d’administration de 17 membres, où l’Etat est majoritaire (8 hauts fonctionnaires et 9 représentants des collectivités locales du coin, dont J. Sarkozy fait partie en tant que conseiller général élu, donc, des Hauts de Seine ). Est-ce idiot de l’élire ? Dans le rôle de relation publique du Président de ce CA, c’est en tous les cas bien pratique d’y trouver une personnalité à forte visibilité.  C’est en général, la règle que suivent les CA. En a-t-il les compétences ? Les membres du CA ont l’air de le penser, en tout cas, elles devraient suffire…d’autant que ce n’est pas le CA qui dirige l’Epad ; les décisions sont prises par le directeur général, qui est actuellement un sous-préfet. Est-ce du népotisme que de le choisir parmi les autres ? Evidemment oui et il y a de la complaisance dans ce choix . Ce mérite du à la naissance est-il d’usage strictement réservé aux Sarkozy ? Marine Aubry n’est-elle pas la fille de Jacques Delors, Frédéric le neveu de F.Mitterand, Marine la fille de J-M le Pen ? Les cris de la gauche, on aurait aimé les entendre, lorsque F. Mitterrand a appelé son fils, Jean-Christophe pour être conseiller aux affaires africaines du Président (il était à l’époque surnommé Papamadi !) et encore plus lorsque celui-ci a été mis en examen dans l’Angolagate. Lui, est élu, certes sur son nom, mais élu quand même, tout comme le fut, l’autre fils de F.Mitterrand, Gilbert, député de la Gironde (je ne me souviens pas qu’à l’époque, cette élection ait fait hurler quiconque). Quand à recevoir des leçons de la Chine en matière de népotisme….

En tout cas, ce n’est politiquement pas malin ; entre le joggeur de Clearstream, la mauvaise vie de Mitterrand, les soutiens ministériels à Polanski et la tartufferie de la cagnottes aux abrutis, c’était pas la semaine pour faire avancer le cv du fils.  Lui aussi, s’il est élu, il faudra qu’il le mérite !

EDIT : pour compléter un peu notre point de vue sur cette polémique qui décidement s’enchaîne à des vitesses incroyables dans ce pays, nous nous posons une simple question : depuis quand les élections se jouent au mérite ? Je ne parle pas des nominations bien sur mais bien des élections…A moins qu’il faille construire la république des experts comme le souhaite toute l’intelligensia française…afin de mieux faire taire le peuple…

Posted in La libanisation de la société française, Petite réflexion | Tagué: , , , | 2 Comments »

Le mythe sarkozyen des prélèvements obligatoires constants

Posted by echopolitique sur 17 septembre, 2009

Créateur de taxes et d'impôts, un métier d'avenir en Sarkozie...

Créateur de taxes et d'impôts, un métier d'avenir en Sarkozie...

Nous connaissons tous la rengaine sarkozyenne « je n’ai pas été élu pour augmenter les prélèvements obligatoires » qu’il nous ressort chaque fois que les questions fiscales sont sur le tapis. Cependant, malgré le martèlement du message par le président et les différents ministres, les français commencent à se rendre compte que la réalité est bien différente.

Différente car depuis deux années, la création de taxes est une activité qui se porte bien en France ; et encore mieux depuis la rentrée. Le gouvernement est littéralement en train de faire les fonds de tiroir pour gratter des recettes permettant de limiter un tant soit peu les déficits abyssaux : réforme de la taxe professionnelle à la baisse, cotisations sur les retraites chapeau (très bonne mesure d’ailleurs), réforme du bonus retraite pour les mères de famille et les mères célibataires, augmentation du forfait hospitalier, jusqu’au rabotage du crédit d’impôt sur les intérêts d’emprunt (mesure du paquet fiscal voté en 2007 !), imposition des plus-values mobilières au 1er euro, des plus values immobilières au-delà des 15 ans de détention, réforme la taxe d’habitation, future taxe sur les antennes-relais et j’en passe et des meilleures… Lire le reste de cette entrée »

Posted in Economie française, libre-échangiste mais pas libérale, Impôts, taxes et matraquage fiscal | Tagué: , , , , , , , , | 3 Comments »

Comment les banques tuent les entreprises loin des caméras et de l’Elysée

Posted by echopolitique sur 30 août, 2009

Le CAC a pris 43% depuis Mars 2009. Reprise ou retour de la spéculation avec les liquidités injectées par les plans de relance ?

Le CAC a pris 43% depuis Mars 2009. Reprise ou retour de la spéculation avec les liquidités injectées par les plans de sauvetage ?

Cette semaine, presque tous les journaux se sont félicités que le président Sarkozy ait réussi à tordre le bras des banques sur les bonus des traders. Un nouveau système de bonus-malus va être mis en place et Michel Camdessus va être chargé de vérifier la rémunération des 100 meilleurs traders de chaque établissement. Outre le fait que les banques vont trouver un moyen de contourner cela dans les jours qui viennent (comme par exemple, embaucher les traders à Londres au lieu de Paris), les rémunérations des traders ne sont pas le problème et cette gesticulation médiatique ne résoudra évidemment rien. Je vais vous raconter une petite histoire vécue dans mon entreprise, ou comment les banques sont en train de tuer les entreprises mais bien sûr, hors champ des caméras et sans que cela préoccupe notre président ni les médias.

Pour placer le contexte, mon entreprise est une filiale d’un grand groupe côté à Paris, en difficulté à cause de la crise et de la gestion passée dont le business est de fabriquer, livrer et installer des systèmes complexes technologiques pour professionnels. Pour effectuer ce business nous avons l’obligation d’émettre différents types de cautions bancaires (bid bond, performance bond, warranty bond). Pour expliquer rapidement les cautions bancaires, il s’agit en fait d’un mécanisme où l’entreprise fournisseur demande à sa banque de garantir le paiement d’une somme à l’entreprise cliente (souvent un % du contrat) en fonction de certaines conditions. C’est un mécanisme de couverture de risque pour l’acheteur sur les gros marchés. Ex : le bid bond garantit l’acheteur contre les réponses aux appels d’offre farfelues, le performance bond garantit l’acheteur contre le fait que le vendeur livre et installe des produits qui ne marchent pas in fine… Bien sur, lorsque la banque doit payer la garantie, à moins que l’entreprise fournisseur soit en faillite, elle prélève toujours les montants payés sur le compte de celle-ci. Le risque réel pour la banque est, on va dire, en l’occurrence limité, très limité… Lire le reste de cette entrée »

Posted in Economie française, libre-échangiste mais pas libérale, L'incurie de ceux qui nous dirigent | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un 14 juillet retrouvé

Posted by echopolitique sur 14 juillet, 2009

FRANCE-INDIA-BASTILLE DAYNous avions expliqué l’année dernière, notre douleur de voir la tribune présidentielle au 14 juillet peuplée de dirigeants que je n’inviterais pas à mon repas du dimanche midi ; notre douleur que de voir cette fête de la France et de la République transformée en opération de communication. Le 14 juillet 2008 avait été une honte dans l’Histoire des symboles nationaux où l’Armée Française avait du défiler et rendre les honneurs, outre le président de la République Française, à des gens qui de près ou de loin ont causé des pertes à cette armée et à la France en général, l’attentat du drakkar dans la tête en premier mais pas seulement. Surtout quand on voit que ces honneurs n’ont abouti à rien en termes de politique étrangère,à se demander si ce n’était pas qu’une opération de communication du président.

Cette année, le président semble avoir compris la leçon, à part peut-être le documentaire ridicule mais heureusement diffusé seulement la vieille et non pas le jour de la Fête Nationale. Toujours est-il que cette année le président a fait bien plus sobre et bien plus en accord avec les valeurs françaises. L’Inde était l’invité d’honneur du défilé : être invité d’honneur se mérite et l’Inde est un grand pays démocratique (bureaucratique aussi mais cela semble aller de pair), qui lutte pied à pied dans une guerre dont nous ne parlons presque jamais et qui a adopté une large partie des valaurs occidentales malgré son histoire qui aurait pu lui faire prendre des chemins bien différents tels que ceux pris par les anciennes colonies françaises, mérite amplement cet honneur.  Espérons simplement que les années se suivent et se ressemblent, c’est-à-dire que seuls des pays qui le méritent vraiment, auront cet honneur que d’être invités d’honneur au défilé du 14 juillet.

Mais à ce changement qui entoure la Fête nationale fait écho un autre changement qui est celui de l’armée, du président et de leurs rapports. Après une année 2008 sous forte tension pour les militaires avec la réorganisation de la carte militaire à la hache et au forceps et surtout des forces armées avec  une réduction de 54 000 postes, le drame de Carcassonne et la polémique présidentielle qui avait suivi, l’envoi de troupes supplémentaires en Afghanistan pour une guerre mal comprise (mais surtout mal expliquée par angélisme), l’année 2009 se présente sous de meilleurs auspices. Le retour de la France dans l’OTAN est largement approuvé par l’armée et principalement par ses hauts gradés et surtout, l’attitude du président vis-à-vis des forces armées semblent retrouver les marques de respect qui leur sont dues. Le budget semble sécurisé pour quelques années (à moins que la gauche ne revienne au pouvoir et refasse le coup de Trafalgar des années 1997-2002), les premiers équipements lourds commencent à être livrés et le président préside désormais des cérémonies militaires et ne s’en cache plus. Et en plus, le défilé était magnifique…

Posted in Défense | Tagué: , , , , | Leave a Comment »