Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

Posts Tagged ‘déficit public’

Rien ne sera plus comme avant

Posted by lolik11 sur 22 septembre, 2009

Délire ministériel d'un écologicomane

Délire ministériel d'un écologicomane

Notre ministre de l’écologie, J-L.Borloo, à jeun, mais sous l’emprise de l’écologie qui lui trouble la raison, confond maintenant tout simplement emplois et subventions. L’idéologie écologiste lui monte carrément au cerveau et il publie maintenant ses délires, dans de pleines pages de publicité quotidiennes, espérant sans doute  faire partager au plus grand nombre son euphorie.

Voici le délire, visible dans l’édition des Echos du 17 septembre et sur le site du ministère.

« La révolution verte est inéluctable pour préserver la planète. C’est aussi une chance unique pour notre économie. La croissance verte est créatrice d’emplois et inscrit la France dans un modèle de développement plus durable. Cette révolution a déjà commencé : l’éco-prêt à taux zéro, le bonus écologique, le crédit d’impôt, la prime à la casse, la fiscalité écologique, les nouveaux modes de transport et les énergies renouvelables. Autant de solutions plus respectueuses de l’environnement qui développent l’innovation et l’emploi ».

A première vue, la croissance verte crée surtout des dépenses au budget de l’Etat et tous ces dispositifs révolutionnaires carburent aux subventions. Si l’on rapporte le coût des emplois éventuellement créés à celles-ci, ça risque de faire cher au kilo les 35 heures !

Au hasard, E.Woerth chiffrait à 1 milliard le coût du PTZ, D.Bussereau, ministre des transports s’inquiétait lui de la dérive du bonus-malus (200 millions en 2008 et 400 en 2009), les crédits d’impôts liés à la diminution de la consommation d’énergie eux ne sont pas chiffrés mais on devrait dépasser le milliard cette année, la prime à la casse est estimée à 300 millions, les nouveaux modes de transport et les énergies renouvelables sont des gouffres financiers.

On attend avec impatience le bilan des emplois créés en 2009 grâce à la révolution verte : pour le moment on en est à une hausse de près de 2 points du taux de chômage qui est repassé à 9,5% au 2eme trimestre. Pour les subventions et les dépenses, les objectifs seront atteints et même davantage : le ministre du budget en est à se demander si la prévision de 125 milliards de déficit ne sera pas dépassée ! On pourrait à moins commencer à s’inquiéter ; mais non, notre communiquant écologicomane qui n’a plus peur de rien nous rassure « C’est à chacun d’entre nous d’agir pour l’environnement », c’est bon pour la croissance verte. Comme il sent bien que nous risquons de mollir pour nous faire franchir le pas, une dernière fois, il nous exhorte :  « Entrons dans le monde d’après ! »

Rigolez pas, c’est avec notre pognon qu’il délire !

Publicités

Posted in L'incurie de ceux qui nous dirigent | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

Il y a un an Lehman Brothers: business worth than usual but we have Obama now

Posted by echopolitique sur 20 septembre, 2009

Voici la meilleure opération financière de la crise pour les banquiers de Wall Street...

Voici la meilleure opération financière de la crise pour les banquiers de Wall Street...

Il y a un an Lehman Brothers chutait. La faillite de la banque d’affaires centenaire de Wall Street donnait le signal qui allait mettait le système bancaire et financier au bord de l’implosion et plonger l’économie dans la crise la plus dure depuis 1929. Petit à petit, le monde d’en bas a découvert les pratiques opaques d’une partie des élites qui dirigent et décident où la mystification est appelée innovation (titrisation et mélange des titres, produits évalués par les agences de notation payées par les émetteurs de titres), où la responsabilité n’est valable que pour l’emprunteur ne remboursant pas son crédit, où la connivence avec le pouvoir n’a rien à envier aux plus beaux régimes socialistes…sans même parler des révélations sur les gouvernements qui ont soutenu et encouragé ce monde tant que cela allait dans leurs intérêts.

A la suite de cette faillite, beaucoup, et parmi les premiers à avoir péché, nous annonçaient la fin du monde ancien, la fin de la parenthèse néolibérale ouverte par l’élection de M. Thatcher en 1979 et de R. Reagan en 1980, clamant qui une moralisation du capitalisme financier et une plus grande supervision (pour ceux que nous appelleront la droite), qui un retour de l’interventionnisme, de la régulation et des théories keynésiennes (pour la gauche). On nous annonçait à renfort de promesses (et en période d’élections présidentielles, le démocrate Obama nous en a promis des choses) qu’on allait changer tout ça, qu’on mettrait fin aux agissements des « greedies » de Wall Street, qu’on ferait en sorte qu’on revienne aux fondamentaux du métier de banquiers, c’est-à-dire transformer des avoirs court-terme (les dépôts des épargnants) et en financements long-terme (les prêts) et non emprunter et bénéficier d’effets de levier pour spéculer avec l’argent de la veuve de Carpentras.

Cela fait un an, c’est-à-dire une éternité et il est temps tirer un premier bilan de cette crise et de ce qui a changé ou aurait dû changer. Et le premier constat : au cœur des salles de marché et dans le monde de la finance rien n’a changé et sur certains points c’est même pire. Derrière les beaux discours des patrons de banque qui promettent de prêter aux entreprises et aux ménages, les mêmes comportements se répètent et les mêmes logiques sont toujours en cours. La situation a même empiré sur certains points car le comportement des pouvoirs publics a permis aux banquiers de vérifier qu’ils étaient au-dessus du business normal et avaient des droits magiques, ceux de ne pas pouvoir faire faillite et de pouvoir faire éponger leurs pertes par le contribuable (à condition qu’elles soient énormes). Lire le reste de cette entrée »

Posted in L'incurie de ceux qui nous dirigent, Obamania : les dessous de la réalité | Tagué: , , , , | Leave a Comment »