Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

Archive for the ‘Le parti des médias et les Amis du Désastre’ Category

En soutien à Eric Zemmour dans son combat contre le fascisme politiquement correct

Posted by echopolitique sur 25 mars, 2010

Echo Politique et ses deux auteurs veulent soutenir E.Zemmour dans son combat contre le fascisme bien-pensant qui veut le faire taire et l’empêcher d’exercer son métier. E.Zemmour est un des seuls journalistes à avoir une parole dissonante dans le paysage médiatique, un des seuls qui dépassent les poncifs médiatiques auxquels nous avons été nourris depuis 30 ans. Un des seuls également à analyser la vérité des faits sur des sujets aussi verrouillés médiatiquement que l’immigration, l’assimilation, l’Europe, la justice, les relations et intérêts politiques des différents lobbys. Un des seuls à ne pas accepter le déni des faits qui tient lieu de pensée aux moutons médiatiques comme le dit si bien Elisabeth Levy. Pour cela, les antiracismes cette fois-ci veulent le faire taire pour avoir dit seulement des faits. C’était le lobby des juges il y a quelques mois. C’était les européïstes encore avant…Cette dérive totalitaire du politiquement correct est une grave régression démocratique dans notre pays et nous empruntons malheureusement le chemin annoncé par A.Finkelkraut lorsqu’il disait que l’antiracisme serait le communisme du 21ème siècle.

Nous signalons que des sympatisants de sa cause ont appelé à une manifestation de soutien jeudi 25 mars de 17 h 30 à 19 heures devant le siège du Figaro, 14 boulevard Haussman, métro Richelieu Drouot et nous invitons tous ceux qui défendent la liberté d’expression à s’y joindre. Il est important de montrer physiquement et médiatiquement qu’E.Zemmour compte un nombre important de soutiens, de savoir s’organiser comme les pétitionnaires professionnels savent si bien le faire pour peser sur les débats.

La lettre d’Éric Zemmour au président de la LICRA

Monsieur le Président, je fais suite à notre rencontre à l’instigation de mon avocat, Olivier Pardo. Cette rencontre nous a permis de nous rendre compte qu’il y avait bien eu un malentendu et une confusion non seulement dans la reprise de mes propos par les médias, mais également dans l’analyse qui a pu ensuite en être faite et qui a conduit à ce déchaînement médiatique à mon encontre.

En effet, je n’ai jamais dit, contrairement à ce qui a pu être colporté dans les médias, que tous les délinquants sont arabes et noirs , mais que la plupart des délinquants sont arabes et noirs.

Ma volonté n’a jamais été de stigmatiser les Noirs ou les Arabes  » comme des délinquants, mais, si cette phrase, sortie de tout contexte, a pu heurter, je le regrette.
La mise en scène toute de gouaille cynique d’un Ardisson sur Canal+, qui prévient d’avance par un panneau comme dans les dessins animés de Tex Avery : Attention, Zemmour dérape , et qui mime un effarement scandalisé d’autant plus surjoué qu’il est enregistré et inséré a posteriori, tandis que pendant l’émission, il avait pris un air patelin, pour me glisser à l’oreille : Tu as un rôle très important dans la société de dire les vérités qui dérangent… Ne t’inquiète pas, je te protégerai au montage. Car, si mes propos étaient si infâmes à ses yeux, que ne les a-t-il coupés au montage ?

D’autres sont allés plus loin. J’aurais déclaré : Tous les Arabes et Noirs sont délinquants . C’est ainsi que l’a pris – ou a voulu le comprendre – un membre éminent du CSA, Rachid Arhab, qui a rétorqué à la cantonade : On peut être arabe et membre du CSA . Mais était-ce le sujet ? Des journalistes m’ont même demandé si j’avais voulu dire qu’ils étaient délinquants parce qu’arabes et noirs . Et ils se sont étonnés que je refuse de leur répondre.

Je n’ai bien entendu pas voulu dire tout cela. Je connais trop la souffrance réelle de mes compatriotes Arabes et Noirs , honnêtes travailleurs, parents intègres, qui se sentent salis par les exactions des bandes de jeunes gens qui ont la même origine qu’eux. Je le sais d’autant mieux qu’avec mon patronyme, je me souviens du temps pas si lointain – les années 1970 – où une bande de truands célèbres – les frères Zemour – défrayaient la chronique criminelle, la honte dans les yeux de mon grand-père ; et, accessoirement, l’attente interminable dans les aéroports pour la vérification vétilleuse – et sans ordinateur – de mon identité. Mon grand-père souffrait en silence pour son « nom traîné dans la boue », mais il n’a jamais prétendu que nos homonymes n’étaient pas des brigands de grand chemin !

On a volontairement oublié que ma désormais fameuse phrase n’était qu’une réponse aux arguments développés par les autres intervenants selon laquelle la police n’arrête que les Arabes et Noirs. Cette double stigmatisation – et de la police républicaine – et des Arabes et Noirs ne choque personne. Les Arabes et Noirs peuvent être distingués du reste de la communauté nationale s’ils sont héros (le livre de Thuram exaltant les héros noirs) ou victimes. Dans tous les autres cas, il est infâme de les distinguer. Cette injonction universaliste conviendrait assez bien à mon tempérament assimilationniste. J’ai tendance à ne voir dans tous les Français que des enfants de la patrie, sans distinction de race ni de religion, comme dit le préambule de notre Constitution.

Mais voilà que l’on me reproche aussi cette position, que l’on juge désuète, très IIIe République, exhalant un fumet néo-colonialiste. Au nom du droit à la différence, de la modernité, on doit pouvoir exalter ses racines et l’enrichissement d’une société multiculturelle. Mais quand vous avez l’outrecuidance de montrer l’envers de ce décor riant, on redevient furieusement universaliste !

J’ai eu le malheur d’ajouter : c’est un fait ! J’aurais sans doute dû ajouter malheureusement . Je ne me réjouis ni pour eux ni pour la société française ; mais l’autruche n’est pas mon modèle. On me rétorque un peu facilement qu’il n’y a pas de statistiques ethniques pour prouver mes dires. Pourtant, devant une commission parlementaire du Sénat, Christian Delorme, surnommé le curé des Minguettes , ne déclarait-il pas : En France, nous ne parvenons pas à dire certaines choses parfois pour des raisons louables. Il en est ainsi de la surdélinquance des jeunes issus de l’immigration qui a longtemps été niée, sous prétexte de ne pas stigmatiser. On a attendu que la réalité des quartiers, des commissariats, des tribunaux, des prisons impose l’évidence de cette surreprésentation pour la reconnaître publiquement. Et encore, les politiques ne savent pas encore en parler. »

Il y a quelques années, une enquête commandée par le ministère de la Justice, pour évaluer le nombre d’imans nécessaires, évaluait le pourcentage de musulmans dans les prisons entre 70 et 80 %. En 2004, l’islamologue Farhad Khosrokhavar, dans un livre L’islam dans les prisons ( Balland), confirmait ce chiffre. En 2007, dans un article du Point , qui avait eu accès aux synthèses de la Direction centrale de la sécurité publique ( DCSP) et de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), on évaluait entre 60 et 70 % des suspects répertoriés issus de l’immigration. Il y a près de dix ans, la commissaire Lucienne Bui Trong, chargée des violences urbaines à la direction centrale des RG, relevait que 85 % de leurs auteurs sont d’origine maghrébine. Dans un article du Monde, du 16 mars 2010, les rapports des RG sur les bandes violentes établissaient que 87 % étaient de nationalité française, 67 % d’origine maghrébine et 17 % d’origine africaine. La « plupart » est donc, au regard de ces chiffres, le mot qui convient.

Mes contempteurs pourraient d’ailleurs me rétorquer que ces chiffres prouvent bien que les personnes issues de l’immigration sont défavorisées, puisque depuis Victor Hugo, on sait bien que c’est la misère qui crée la délinquance. On pourrait aussi rappeler que dans tous les pays d’immigration, les derniers arrivés donnent souvent les gros effectifs à la délinquance – Irlandais dans l’Amérique du XIXe siècle, Marocains dans l’Israël des années 1950, Russes aujourd’hui. Ces arguments ne sont d’ailleurs pas sans fondement, mais on ne me les présente nullement. On exige seulement que je me taise.

On me reproche aussi de contester le principe de discrimination . Mais je continue de penser que le concept même de « discrimination » est dangereux, qu’il pousse à la délation et l’irresponsabilité. Depuis quand n’a-t-on plus le droit en France de contester le bien-fondé d’une loi ? Cette question des discriminations est potentiellement explosive dans un pays égalitaire comme la France. Quand certains grands patrons déclarent qu’ils n’embaucheront plus désormais que des gens issus de l’immigration, et en tout cas pas des mâles blancs , c’est aussi une discrimination, mais personne ne s’en soucie. C’est pour éviter ces querelles sans fin que j’explique que la discrimination, c’est la vie , c’est-à-dire la liberté de choix. Il faut traiter les problèmes réels autrement. En tout cas, on peut en débattre dans un pays libre.

Il existe aujourd’hui une ambiance délétère dans le débat démocratique français. Le pays de Voltaire « je ne suis pas d’accord avec vous mais je me battrai pour que vous puisiez le dire » devient le pays de Torquemada, qui tue l’hérétique pour sauver son âme. Pourquoi les journalistes qui prétendent faire un portrait de moi s’empressent-ils de demander à mes employeurs s’ils me garderont leur confiance ? Il y a aujourd’hui en France une ambiance maccarthyste qui réclame l’interdiction professionnelle comme exutoire des dérapages. C’est ma mort sociale qui est réclamée.

Notre rencontre a eu le mérite d’ouvrir un dialogue qui, je l’espère, pourra se prolonger, hors de l’enceinte d’un tribunal. Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’assurance de mes sentiments distingués.

Éric Zemmour »

Publicités

Posted in Le parti des médias et les Amis du Désastre | Tagué: , , , | 3 Comments »

Belle semaine d’hypocrisie généralisée

Posted by echopolitique sur 21 novembre, 2009

A Toulouse, les supporters ont remplacé le drapeau français du Capitole par le drapeau algérien.

Cette semaine nous avons battu des records d’hypocrisie. Tout d’abord et pour conclure ce sujet (mon article de mardi dernier a reçu les faveurs de Marianne 2), la droite a donc enterré la suppression des réductions de peine automatiques confirmant ainsi qu’elle est une droite guimauve et bien hypocrite sur ce sujet de la sécurité.

Ensuite, nous avons assisté à un véritable bal des faux culs en Chine où le président américain s’est rendu. Son voyage, sous le couvert d’améliorer les relations bilatérales entre les deux pays et que tous les bien-pensants ont présenté comme un voyage historique (comme à peu près tout ce que fait Obama), s’est tout simplement terminé en capitulation des Etats-Unis envers la Chine. Sur le climat tout d’abord (ce qui n’est pas pour me déplaire car payer une centaine de milliards de dollars aux pays pauvres pour le mensonge du réchauffement climatique, ça m’embêterait un peu), Obama qui avait dit qu’il ne ferait rien sans la Chine avant sa visite a finalement annoncé que lui et Hu travailleront à un succès à Copenhague ce qui revient à dire que les Etats-Unis adopteront la position chinoise. Sur le protectionnisme et le yuan, B.Obama et les participants au sommet de l’APEC se sont engagés le plus sérieusement du monde  à combattre le protectionnisme sous toutes ses formes, sans même évoquer la réévaluation du yuan ! (mais il faut dire que c’est l’Europe qui y perd le plus dans cette affaire donc tout le monde était content là-bas).

Sur les droits de l’homme où le grand président démocrate, le Messie, chance de l’humanité et saint sauveur du monde libre, défenseur de la veuve et de l’opprimé, parle désormais de droits fondamentaux et souhaite que les chinois aient accès à Internet non-censuré (mais laisse Yahoo et Google coopérer avec le gouvernement chinois), oubliant tous les autres sujets. En clair, B.Obama est allé là-bas pour dire à la Chine qu’elle est désormais l’égale des Etats-Unis et qu’à ce titre il ne peut rien lui imposer. Cela ne doit pas être étranger au fait que la Chine est le créancier des Etats-Unis et que B.Obama envisagerait un nouveau plan de relance (financé par la dette) et donc qu’il a besoin des excédents chinois pour couvrir l’échec de sa politique économique. B.Obama est vraiment le fossoyeur d’une certaine idée de l’Amérique et de sa puissance, mais bon, il parait que c’est ça, être moderne et populaire…

Dans le domaine de l’hypocrisie ouvrons également une petite page football. Car, avec la mimine de T.Henry, nous avons atteint des sommets. L’intéressé d’abord qui déclare que le plus équitable serait de rejouer le match après qu’il soit sûr que la FIFA ne le ferait pas rejouer. Et surtout en oubliant d’aller se dénoncer à l’arbitre pendant le match (c’est la règle du pas vu pas pris, qui règne dans le foot et il aurait bien été le seul à y déroger). La FFF qui a tergiversé sur sa réaction mais a quand même sabré le champagne le mercredi soir, jeudi midi, jeudi soir…et annoncé des primes pharaoniques pour le tocard national de sélectionneur (désolé c’est mon coté anti-Domenech qui ressort). La FIFA qui continue de refuser la vidéo alors qu’elle résoudrait une grande partie des problèmes. Il n’y a que la presse qui a été un minimum à la hauteur sur le sujet (enfin pas TF1 mais les autres comme RMC ou les journalistes de quotidiens)…

Mais il faut dire que la presse se rattrape sur un autre sujet footbalistique : celui de la victoire de l’Algérie contre l’Egypte et donc sa qualification pour le Mondial. Nous avons eu droit à des parades algériennes sur les Champs-Elysées et sur les places symboliques de presque chaque grande ville de France. L’hypocrisie a été générale en faisant passer cela pour de simples scènes de joies. En effet, pourquoi aller sur les Champs-Elysées et les places où ont lieu les défilés militaires du 14 juillet et ne pas simplement fêter cela sur son lieu d’habitation ? Il s’agit bien ici d’un acte de revendication identitaire symbolique, mais de cela personne ne veut parler.

Ensuite, une petite information qui ne fait pas grand bruit. B.Delanoe et A.Largadère vont être entendus par le juge et peut-être mis en examen dans l’affaire de l’attribution de l’exploitation du stade Jean Bouin. La justice soupçonne le maire de Paris de « favoritisme ». Mais non, c’est bien connu il n’y a que la droite qui est liée au grand capital et il n’y a que la droite qui magouille avec les patrons du cac40…

Et enfin, last but not least, l’élection des représentants de l’UE. C’est même une double hypocrisie. La première est celle tous les pays européens et de leurs dirigeants qui nous ont expliqué qu’il fallait à tout prix ratifier le traité de Lisbonne sinon on allait tous mourir pour enfin se doter d’un visage fort, d’un numéro de téléphone pour reprendre Kissinger et qui s’empressent de choisir deux fantomes qui ne bougeront pas un doigt sans l’aval du triptyque Paris-Berlin-Londres. La deuxième est celle de la gauche qui dénonce ces dirigeants fantoches…en oubliant que ce sont les socialistes européens qui ont choisi le premier et ouvert la voie à la nomination de la deuxième. Sans parler de Barroso qui a reçu leur vote pour son investiture. C’est toute la construction européenne qui est une hypocrisie actuellement  car chaque pays ne s’engage dans l’Europe que pour y défendre ces intérêts nationaux, à commencer par les 3 grandes puissances dans des styles différents : l’Allemagne en faisant mains basse sur l’économie et la monnaie, la France en préemptant le prestige et l’Angleterre en appliquant les stratégies immuables de la perfide Albion (comme quoi l’Histoire ne change réellement jamais).

Posted in Le parti des médias et les Amis du Désastre | Tagué: , , , , , , , | 1 Comment »

Démission de F.Mitterrand : une solution simple…

Posted by echopolitique sur 9 octobre, 2009

F

La droite sarkozyste reprend en pleine tête son ouverture et son gouvernement qui ressemble de plus en plus à un casting des enfants de la télé. Ce n'est pas pour nous déplaire que la politique spectacle en prenne un bon coup derrière les oreilles...

La tempête médiatique chassant une polémique après l’autre, la roue s’est arrêtée sur F.Mitterrand cette fois-ci et plus précisément sur ces écrits autobiographiques (mais qui ne le sont plus apparemment).  Dans ceux-ci, le ministre parle de relations sexuelles tarifées avec des garçons en Thaïlande, en clair de tourisme sexuel avec mineurs. Il faut dire qu’il l’avait bien cherché avec sa défense corporatiste et anti-Etat de droit de Roman Polanski. Mais revenons-en au ministre et à cette polémique qui finalement est assez simple à résoudre. Mais c’est peut-être parce que c’est simple que la société et les médias ne veulent pas voir la solution : soit F.Mitterrand a commis les actes qu’il a écrit et il démissionne et fait même l’objet de poursuites judiciaires car il existe une loi Toubon condamnant ces actes commis à l’étranger, soit il ne les a pas commis et il reste ministre.En clair, il faut simplement rétablir la vérité.

Mais pour déterminer si les faits ont été commis ou non, il faut un peu plus qu’un 20h de TF1 où le ministre vient laver son honneur avec un argumentaire de Miss France (« je condamne le tourisme sexuel »). Qui n’est pas contre le tourisme sexuel ? De la même manière, qui n’est pas contre la guerre, les injustices et le racisme…Et maintenant, on nous dit que la polémique est éteinte. Rien du tout, les médias et la gauche ont peut-être absout le ministre de la Culture mais la vérité n’est pas établie. Dans une République, c’est la justice qui établit la vérité. Si F.Mitterrand veut réellement rétablir la vérité et son honneur, il devrait demander à passer devant la Justice, devant un magistrat, sous serment. Cela serait un peu plus engageant qu’un 20h avec une serveuse de soupe, mais peut-être que le ministre ne veut pas vraiment parler des ses expériences personnelles.

Et pour terminer sur la polémique, je trouve comme Criticus, que l’antifasciste a atteint des sommets de bêtise dans ce pays. Quand le début de défense de F.Mitterrand repose sur l’honneur que ce serait que d’être attaqué par Marine Le Pen et le FN, ce n’est pas un argument, c’est une honte. De même quand la gauche attaque le ministre mais en prenant des pincettes car elle ne veut pas être mise dans le même sac que le FN, cela montre que la diabolisation du FN est largement surfaite et qu’au fond la gauche peut être choquée des mêmes choses que les représentants de la « Bête immonde » mais que cela, il ne faut surtout pas le dire. Et pour finir le plus « drôle », c’est que la gauche fonde son argumentation sur l’amalgame qu’aurait essayé de faire le FN entre pédophilie et homosexualité tout en oubliant que F.Mitterrand reconnait avoir utilisé la prostitution dans un pays pauvre. Ils sont passés où tous ces gauchistes qui veulent condamner les clients des prostitués, ceux qui sont prêts à pendre S.Berlusconi pour avoir utilisé des call-girls ? Et pire encore, pour se différencier du FN, les gauchistes sont prêts à laisser passer sur une exploitation du faible par le fort, du pauvre par le riche, de l’Occidental contre l’habitant du Tiers-Monde, du capitalisme contre le tiers-mondisme ? Vraiment le FN fait perdre à la gauche tous ses repères anticapitalistes, anticolonialistes, antioccidentaux…

EDIT : ce soir au Grand Journal, J.M.Aphatie a exprimé mieux que je ne pourrais le faire le problème politique qui est posé au président Sarkozy et à notre pays avec l’affaire Mitterrand. En substance, le problème est le suivant : hier, F.Mitterrand a reconnu avoir pratiqué le tourisme sexuel (pas avec des mineurs on a bien compris la différence entre homosexualité et pédophilie d’hier soir, quoique des éphèbes soient mentionnés dans ses écrits ) à un certain moment de sa vie; la France condamne le tourisme sexuel et le combat, un ministre de la République peut-il avoir fait à un moment de sa vie du tourisme sexuel et être dans un gouvernement qui le combat et ministre d’une République qui le combat ? Toute la question est là et ce que va décider le président façonnera pour beaucoup l’image du gouvernement qu’il veut : exemplaire dans les faits ou moralement condamnable et adepte du « faites ce que je dis, pas ce que je fais »…

Posted in Le parti des médias et les Amis du Désastre | Tagué: , , , , , , , | 7 Comments »

Au nom des auvergnats, je demande la démission de Brice Hortefeux

Posted by echopolitique sur 11 septembre, 2009

Ne sentez-vous pas, vous aussi, le racisme dont sont victimes les auvergnats ? Que fait SOS Racisme pour protéger cette minorité si mal-traitée par le ministre de l'Intérieur...

Ne sens-tu pas, toi l'auvergnat, le breton, le corse, le basque, le chti, le normand, le pîcard, ... , le racisme dont tu es victime ? Et ne demandes-tu pas toi aussi ce que font SOS Racisme, le MRAP, le PS, NPA, les Verts, la LICRA, la HALDE (Azouz Begag et Yazid Sabeg) pour que cela cesse, pour que la bête immonde disparaisse enfin ?

Une nouvelle polémique dérisoire a vu le jour dans notre pays. Il faut dire qu’avec nos professionnels de l’indignation sélective, on ne pouvait pas y échapper. Donc, c’est Brice Hortefeux qui est la cible du politiquement correct et des rois de la pétition à cause de ces propos lors des universités d’été des jeunes de l’UMP. Lors de ce meeting, un jeune d’origine maghrébine d’une délégation auvergnate veut faire une photo avec le ministre de l’Intérieur et J-F.Copé. S’en suit une petite séquence filmée (par une caméra fortuitement bien placée) où le groupe plaisante sur les auvergnats et il faut le dire sur le fait que le jeune ait des origines maghrébines mais qu’« il mange du cochon et boit de la bière ». Le ministre de l’Intérieur répond que « celui-ci ne correspond pas du tout au prototype, alors ! », la militante ajoute « c’est notre petit auvergnat » et B.Hortefeux d’enchainer avec la phrase qui fait polémique « Il en faut toujours un. Quand il y en a un ça va, c’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes ». De quoi parlait le ministre ? Bonne question. Chacun verra midi à sa porte. En tout cas, depuis toute l’opposition et les associations antiracistes sont, bien sûr, montées au créneau pour appeler à la démission du ministre à cause des propos supposés racistes envers les jeunes d’origine maghrébine. Rien de mieux que de nous rejouer le coup de la bête immonde pour mobiliser les troupes, surtout en période de troubles internes.

Mais avant de poursuivre, ouvrons une parenthèse. Cette histoire interroge sur notre société et sur la distinction entre parole privée et parole publique. Désormais, pour les personnalités, il n’y a plus de différence entre les deux : tout est désormais public et les journalistes se font un devoir de traquer leurs paroles pour les mettre en difficulté et vendre un peu de papier. Mais ne croyez pas que vous serez épargnés, vous les français d’en bas, car tout ce qui commence en haut finira par s’appliquer à tout le monde. Bientôt, vous pourrez risquer le licenciement pour avoir insulté votre patron chez vous ou dans votre voiture ou même le tribunal si autour d’une bière dans votre jardin vous tenez des propos sexistes, racistes, négationnistes…et je n’ose vous prédire votre avenir si vous remettez en cause le réchauffement climatique ! Pour cela, il suffira que quelqu’un filme ou relaye le fait que vous ayez blasphémé en privé pour que vous soyez cloué au pilori. J’exagère mais à peine. En tout cas, cette histoire nous montre le véritable danger pour nos libertés dans nos sociétés occidentales. Ce ne sera pas Big Brother superordinateur regardant tout ce que nous faisons, ni même un Etat central imposant une politique de censure et encore moins une agence gouvernementale commençant par HAD et finissant par OPI. Non, le véritable danger sera vous, moi, mon voisin, votre voisin ; en clair chacun d’entre-nous. Le vrai Big Brother qui se profile à l’horizon, sera la toile que constituera le plus grand réseau du monde de tout à chacun surveillant les faits et dires de l’autre pour s’assurer qu’il ne dévie pas la pensée dominante. Cette aimable surveillance zélée amènera à l’autocensure individuelle et collective sous le poids du politiquement correct. Petit à petit, l’autocensure s’imposera à tout le monde et dans une ou deux générations elle sera intériorisée et devenue une norme (comme la repentance enseignée par l’Education Nationale qui est devenue une norme de la jeunesse française). Triste perspective que la société qui nous attend ! Fin de la parenthèse… Lire le reste de cette entrée »

Posted in La libanisation de la société française, Le parti des médias et les Amis du Désastre | Tagué: , , , , , | 9 Comments »

Zone Interdite : guet-apens pour ministre de l’Intérieur

Posted by echopolitique sur 4 septembre, 2009

Mais quand allez-vous comprendre que c'est de votre faute si les "jeunes" brulent vos voitures!!!

Mais quand allez-vous comprendre que c'est de votre faute si les "jeunes" brulent vos voitures!!!

Dimanche soir était le retour de Mélissa Theuriau à la tête de Zone Interdite après son congé maternité. Le thème de était la Côte d’Azur sous haute surveillance et elle recevait à cette occasion le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux. Et quelle réception !!!

Après avoir diffusé pendant une heure de reportage embarquée avec les forces de l’ordre, avec les services de secours et une petite introduction gentillette sur des banalités sur la sécurité, voilà que la journaliste embraye en parlant seulement et uniquement des difficultés de la police, des « bavures », de faits divers où la police a été mise en cause. Divers petits reportages étayent l’interview avec toujours plus un parti pris contre la police. Quant aux questions posées au ministre, elles tournent vite, très vite, à l’accusation et à la récitation. Le ministre ne peut même plus répondre et est sommé d’avouer que la police est brutale, que le flashball est dangereux, que les policiers se couvrent entre eux lorsqu’il y a des actes répréhensibles, toujours en s’appuyant sur les petits reportages qui mis bout à bout dressent le portrait souhaité par la journaliste pour coller à son argumentation. On se demande comment B.Hortefeux est resté jusque-là sans se montrer un peu plus viril dans ses réponses.

Et après 10 minutes d’offensive de la journaliste contre la police, il y a eu un tournant dans l’interview. Un tournant quand elle arrive enfin à son objectif réel qui n’est pas que de dénoncer la police. Au détour de questions sur le lien rompu entre la police et la population des quartiers et principalement les jeunes, elle arrive enfin à dire que l’erreur originelle qui a mené à la situation explosive d’aujourd’hui a été faite en 2002 lorsqu’on a arrêté de faire jouer les policiers au foot avec les jeunes. En clair lorsque la police de proximité a été supprimé. Et qui a supprimé cette police de proximité en 2002 ? Suivez mon regard, vous avez tous compris… Et là, le ministre change complètement d’attitude et réagit enfin, comme s’il comprenait enfin que les intentions réelles de la journaliste n’étaient pas de faire une interview un peu poussée mais tout simplement de s’attaquer politiquement à la politique de sécurité et donc au président… Lire le reste de cette entrée »

Posted in Le parti des médias et les Amis du Désastre | 5 Comments »