Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

A qui profite le Front républicain ?

Posted by lolik11 sur 25 mars, 2011

Comme on pouvait s’y attendre, le premier tour des élections cantonales a montré que notre démocratie était malade, en témoignant l’abstention record et la forte montée du Front National (du moins en % des suffrages exprimés, compte tenu du nombre de cantons dans lequel il présentait un candidat). Ces deux tendances n’étant pas des nouveautés mais plutôt les conséquences d’une absence de véritable alternative au système UMPS. La claque prise par l’UMP, réunissant seulement  17% des voix au niveau national,  laissant 204 duels PS-FN au second tour (10% des cantons renouvelables) n’est même plus un signal d’alarme, c’est la preuve que la stratégie sarkozyste du « en parler toujours, n’agir jamais », associée au parti unique à droite mène à un véritable suicide collectif.

Mais ce recul de l’UMP n’a pas non plus bénéficié à la gauche ni au PS qui reste à des scores classiques (autour de 25%) alors que le désamour du gouvernement et du président auraient dû les propulser au sommet. La force du PS réside essentiellement dans la faiblesse de la droite et la gauche ne triomphe que dans les élections locales et surtout quand le peuple reste à la maison. Face à ces résultats, tout ce que le système médiatique et politique à a nous proposer est un fumeux Front Républicain destiné à faire barrage au FN et qui assurerait la réélection, de manière quasi automatique, du syndicat des sortants. On voudrait nous embrigader dans ce Front mais avant de l’envisager, deux questions méritent réponses.

Un Front Républicain, mais avec qui ? Avec tous les partis hors FN ? C’est quand même assez fort de vouloir faire un Front Républicain avec le NPA qui n’est pas vraiment républicain (jetez un œil à son programme) et avec ceux qui acceptent de s’y allier. Avec l’UMP et le PS, qui ont bafoué le peuple avec le traité de Lisbonne ? Qui bradent conjointement l’Ecole Républicaine, les services publics, la laïcité, notre souveraineté populaire depuis 30 années ? Tous ceux qui prétendent présenter un Front Républicain devrait déjà balayer devant leur porte avant de donner des leçons de républicanisme.

Et surtout quelle hypocrisie de la part de la gauche que de jouer la stratégie du Front Républicain ! Quelle cohérence, quand la gauche qui a accusé Sarkozy d’être un « Le Pen light », de vouloir faire alliance avec lui pour battre Le Pen fille ? Quelle honnêteté intellectuelle quand la gauche fait des procès en républicanisme depuis toujours à la droite, quand elle l’accuse de pétainisme, de fascisme, de nazisme (revoir la récente affiche des jeunes socialistes), sur presque tous les sujets ? Je ne parle même pas des triangulaires en Seine St Denis où la gauche choisit de faire arbitrer par les électeurs de droite qui de EEV, du PS ou du PC l’emportera face au FN. Ce Front Républicain est une mascarade ou plutôt un Front des Sortants.

Et à qui profiterait ce Front Républicain ? D’abord on peut reconnaitre que la République n’est mise pas danger par la présence au second tour des élections cantonales du FN, ni même par la probable élection de quelques conseillers généraux FN. Sinon il aurait fallu faire des manifestations antifascistes devant les Conseils Régionaux, le Parlement européen (ça ne me dérangerai pas mais pour d’autres raisons), les Conseils Municipaux, toutes institutions où siègent des élus FN. Le FN ne représente pas une menace fasciste pour notre République, comme l’a dit Jospin, et toutes ses quinzaines anti-FN et autres luttes ne sont que des mascarades pour jeunesse en mal de cause commune (et du frisson de participer à une belle Histoire) et de nostalgiques de la Résistance qui n’ont pas participé à la vraie et qui aimeraient s’offrir une belle conscience en combattant Hitler quand il est mort.

La République n’étant pas en danger, force est de constater que le Front Républicain profiterait avant tout à ceux qui affronteront le FN : 266 duels FN-gauche, 126 avec la droite, 5 triangulaires et 1 inclassable. En clair, le Front Républicain participera principalement à l’élection de conseillers généraux de gauche et donc par ricochet, le Front National devient un sacré allié de la gauche pour se faire réélire (un idiot utile ?). On comprend désormais l’empressement de la gauche à appeler au Front Républicain. De plus, on peut facilement imaginer que dans les autres cantons où le FN a été éliminé, ses électeurs seront réticents à se reporter sur la droite si celle-ci a appelé à faire barrage contre lui ! Calcul habile donc que ce Front républicain, qui dans tous les cas de figure, augmente les chances de la gauche de conquérir ou de garder des sièges. Le FN est en fait le jackpot électoral de la gauche.

Dans ces conditions, on peut légitiment se demander si la droite doit se condamner à se faire éliminer au premier tour avec un FN devant, ou au second tour avec le Front Républicain, au profit d’une gauche qui est plus que minoritaire dans le pays et dont l’importance du vote FN démontre qu’elle n’est pas prête à redevenir majoritaire. Bien sur, qu’il y a une tentation sarkozyste de jouer avec le feu en misant sur un second tour UMP-FN qui l’assurerait de sa réélection mais dans l’ensemble, c’est la gauche, comme au temps de Mitterrand, qui profite le plus de cette percée du FN.

Alors bien sur, j’entends déjà tous les donneurs de leçons qui me diront que cette position fait le jeu du FN, participe de la décontamination de l’extrême-droite, de la lepénisation des esprits. A tout cela, je leur répondrai que cela fait 30 années que leurs combines font le jeu du FN tant et si bien qu’ils ont réussi à le transformer en seul parti d’opposition. C’est plutôt l’absence d’alternative véritable au système UMPS qui fait le jeu du FN et à ce rythme, le 1er tour de l’élection présidentielle risque de se transformer en primaire du système UMPS pour affronter Marine Le Pen au second tour.

En fait, les français ne sont plus dupes et comprennent trop bien que le Front Républicain n’est qu’une manœuvre politicienne, visant seulement à confisquer tout débat sur le fond et assurer des élections confortables.  C’est en proposant un projet crédible qui sorte des bornes convenues que l’on pourra construire une véritable une alternative à droite et non pas en appelant à un pseudo Front Républicain. Faut-il rappeler qu’en 2007, les médias et la gauche avaient tenté un TSS (Tout Sauf Sarkozy). On a vu le résultat, le peuple a choisi de défier la doxa. On peut imaginer, sans trop se forcer qu’il en soit de même l’année prochaine mais que cette fois ce ne soit pas Sarkozy qui triomphe…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :