Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

Archive for the ‘Immigration, assimilation, identité nationale’ Category

Laïcité : le faux débat de l’UMP annonce un véritable détricotage de la loi de 1905

Posted by echopolitique sur 9 avril, 2011

Copé ou comment annoncer qu'on ne veut pas toucher à la loi de 1905 et sortir des propositions qui sont un véritable détricotage !

Après des semaines de polémiques, le débat voulu par le Président et organisé par Copé sur la laïcité a eu lieu mardi dernier. L’UMP en a donc débattu en présence d’un gros tiers du gouvernement et surtout, en présence du tout Paris médiatique qui y attendait un nouveau « dérapage ». Mais comme on pouvait s’y attendre, de dérapage, il n’y en a pas eu pour une seule et bonne raison, c’est que l’UMP s’est couché sur la laïcité face à la pression médiatique.

En effet, après tout ce que nous avons entendu sur la nécessité d’un tel débat, on pouvait s’attendre à ce que l’UMP prenne des positions fortes sur le respect et la défense de la laïcité, pilier de notre République, des positions qui heurteraient la bien-pensance médiatique et seraient donc comme telles, qualifiées de « dérapages ». On peut même dire que le fait d’être qualifié de dérapage est un gage de proposition réellement républicaine. Mais non, l’UMP a produit un texte que SOS Racisme, LICRA et le CRAN pourraient signer à deux mains. Un texte qui, à le regarder de plus près, est un véritable recul pour la laïcité républicaine au profit de la très sarkozyste laïcité positive.

Après un rappel à la loi et un éloge des décisions prises antérieurement par l’UMP, le texte attaque fort, avec 3 propositions visant à rappeler l’attachement au principe, faire un recueil de tous les textes existants et créer un code de la laïcité. Cela peut avoir son utilité pratique mais on ne voit pas l’utilité de débattre pour arriver à un rappel à la loi ! La suite du document continue dans la même veine entre rappel à la loi et propositions visant à s’assurer que la loi soit appliquée et autres actions de pédagogie. Toutes ces propositions reviennent quand même à acter qu’aujourd’hui la loi est bafouée par des demandes communautaristes dont les détails sont plus que lisibles entre les lignes : dispenses de cours de sport ou refus d’apprendre certaines parties de l’Histoire, refus de certaines femmes se faire soigner par un médecin homme, demande de dérogations pour motif religieux à l’Ecole, d’aménagements dans les entreprises ou dans les services publics… Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Droite guimauve, Immigration, assimilation, identité nationale, La libanisation de la société française | Tagué: , , , | 1 Comment »

La démocratie, réservée à la rue arabe ?

Posted by lolik11 sur 17 février, 2011

C’est Ivan Rioufol qui s’attaque excellemment au sujet

Immigration : l’Europe est désarmée

Ce n’est pas seulement le multiculturalisme qui doit être débattu, comme y invite Nicolas Sarkozy. C’est, plus généralement, la position de la France face à la pression migratoire qui doit être réexaminée, au vu des exodes massifs qui se profilent dans certains pays du Maghreb libérés de leurs tyrans et des accords passés avec des pays européens riverains de la Méditerranée. L’entrée soudaine et massive, sur l’île italienne de Lampedusa, de 5.000 jeunes Tunisiens désireux pour la plupart de rejoindre la France, peut faire craindre d’autres vagues similaires. Elles s’apparenteraient alors à une invasion pacifique de l’Europe, désarmée par sa culture humaniste et des frontières devenues virtuelles. La France, qui reçoit environ 200.000 immigrés légaux chaque année (dont 70.0000 étudiants et 80.000 personnes au titre du regroupement familial), peut-elle se permettre de poursuivre cette politique de peuplement, et de l’aggraver avec une augmentation des clandestins qui sont déjà 200.000 à bénéficier de la gratuité de l’Aide Médicale d’Etat (AME) (1)? A l’évidence non. Or, tout concourt à consolider cette situation.

Les débarquements à Lampedusa rappellent que l’Europe demeure une passoire et que son Agence de surveillance des frontières (Frontex) n’a pas les moyens d’assurer sa mission. « L’Union européenne a besoin d’un mécanisme d’urgence », a d’ailleurs admis, mardi, le secrétaire d’Etat belge à l’Immigration, Melchior Wathelet. Mais le poids des bons sentiments demeure le véritable l’obstacle à une politique dissuasive. Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, a appelé mardi à « garantir les droits de l’Homme fondamentaux » des migrants, en estimant que cette migration est « dans le cours normal du développement », avec la mondialisation. Or, cette vision universaliste est encore celle qui prévaut dans l’Union européenne indifférente aux peuples qui la composent. Même les sénateurs français sont devenus perméables à ce politiquement correct, puisqu’ils ont décidé de revoir à la baisse l’ensemble du projet de loi sur l’immigration de Brice Hortefeux.

Laurent Wauquiez, ministre des Affaires européennes, assure que la France n’accueillera les clandestins débarqués que dans des cas « très marginaux ». Nous verrons bien. Reste qu’un pays qui se retrouve dans l’incapacité de gérer ses propres frontières est un pays qui a vocation à se faire déborder par d’autres peuples et d’autres cultures, au risque dès lors de se dissoudre et disparaître au fil des proches générations. Quand les Français réclament davantage de protections, ils parlent notamment de leur propre identité qu’ils jugent menacée par une immigration extra-européenne dont ils n’ont pas la maîtrise. Pourquoi ne pas envisager très vite, par exemple, un référendum pour le rétablissement effectif des frontières, voire la suppression d’un regroupement familial qui ne cesse de s’autoalimenter? Il ne suffit pas de s’enthousiasmer pour la démocratie quand elle est revendiquée par la rue arabe (bien qu’elle fasse aussi fuir, visiblement). Les Français l’attendent aussi sur ce sujet confisqué de l’immigration.

(1) Je reprends ces chiffres du blog que Maxime Tandonnet, conseiller à l’Elysée pour les questions d’immigration, vient d’ouvrir et que je vous conseille vivement.

Posted in Immigration, assimilation, identité nationale | Tagué: , , , , | 1 Comment »

Le principe de précaution s’étend au saucisson

Posted by lolik11 sur 18 juin, 2010

Quelques dangereux subversifs

Quelques dangereux subversifs

La préfecture de police a donc décidé d’interdire l’apéro Saucisson Pinard de vendredi à la Goutte d’Or, car «cet évènement de voire publique est créateur de risques graves de trouble à l’ordre public ».  Coté ordre public, pourtant, les troubles y sont déjà manifestes !  Ca n’a pas empêché SOS Racisme, les maires du 18ème et de Paris M. Vaillant et M. Delanöe, les différents élus du parti de Gauche, le PCF et la secrétaire d’Etat à la Ville de monter au créneau contre cette manifestation «porteuse de haine, de racisme et de xénophobie» qui serait « une provocation dans un quartier où le vivre ensemble, malgré les difficultés sociales, est devenu proverbial». On passera sur la vision angélique de ces quartiers où le vivre ensemble serait la norme et où les difficultés sociales sont la seule explication des problèmes…ou bien l’inverse. Toujours est-il que l’ensemble des dirigeants de gauche, des associations antiracistes et des pseudo-défenseurs de la diversité se sont retrouvés, unanimes, pour condamner cet apéro et pour défendre le gentil quartier multiethnique menacé par la bête immonde.

Alors certes, cette manifestation est certes un brin provocatrice mais loin d’être islamophobe, raciste ou encore discriminante comme l’ont accusé tous les antiracistes de service…à moins que manger du porc et boire de l’alcool soit désormais reconnu comme étant des pratiques discriminantes, en raison de leur exclusion du régime alimentaire des musulmans…par eux-mêmes ! La Halde va devoir se pencher d’urgence sur le caractère raciste des foires au boudin, xénophobe du jour du Beaujolais… Mais surtout, on ne les a pas entendus, tous ces professionnels de l’indignation sélective, lorsque dans le même quartier des rues entières sont bloquées par des prières en plein air le vendredi, quand les imams font régner un climat d’inquisition religieuse d’un autre âge pour notre pays laïc, quand la multi-ethnisation du quartier comme ils disent, est plutôt devenu un repli communautaire et anti-français. En tout cas, on voit bien que leur préoccupation se porte bien plus sur la préservation des dogmes du politiquement correct sur la diversité, le multiculturalisme et osons le dire, l’immigrationnisme dont nous voyons les conséquences désastreuses, que contre les revendications de l’islam politique et son insertion de plus en plus importante dans le débat public.

Mais heureusement pour tous les bien-pensants, un groupe d’extrême droite soutenait cette manifestation. Cela permettra à tous ceux qui ne veulent pas voir la réalité de se cacher derrière ce prétexte bien pratique pour condamner l’apéro et surtout pour continuer à fermer les yeux sur les problèmes véritables de ce quartier. En attendant, vendredi, ce sera prière dans la rue Myrha, interdite à la circulation et aux curieux, contrairement à nos lois républicaines…et avec le match du soir, ça sera peut-être scènes de liesse ou incendie de drapeaux français. Elle n’est pas belle la France multiculturelle…Seule consolation de la semaine, le juge des peines et des libertés du Tribunal de Créteil, surnommé « Liberator » par les services de Police et de Justice, car très enclin à remettre en liberté tout ce qui pouvait s’apparenter à un délinquant, a enfin été muté à un poste où ses penchants idéologiques ne seront plus nuisibles à la société.

Posted in Immigration, assimilation, identité nationale, La course aux abîmes | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Où sont passés les républicains de gauche ?

Posted by echopolitique sur 1 mai, 2010

Excellent débat comme toujours entre E.Zemmour et J.L.Mélenchon, les deux ayant des positions et un franc-parler que j’apprécie. Mais surtout ils ont une cohérence générale et ne cherchent pas seulement à faire plaisir à l’interlocuteur en face. Le débat en vient au voile et à la burqa (à partir de la 5’30) et J.L.Mélenchon exprime enfin une parole de la « vieille » gauche, celle qui est laïque, qui défend l’émancipation des femmes par rapport aux hommes, qui ose défendre la République et ses valeurs contre le politiquement correct de la non-discrimination, de la non-stigmatisation et du droit à la différence. J.L.Mélenchon dit quand même que les femmes en burqa sont des « fantômes qui se baladent dans la rue et qui ne veulent pas qu’on les regarde», que la République ne stigmatise pas des gens qui se stigmatisent tout seuls, Au final, J.L.Mélenchon a des paroles et des positions plus dures sur la burqa que la plupart des dirigeants de droite (y compris E.Besson qui est nazifié par le politiquement correct sur ces sujets).

Et pourtant, pas un membre du public, pas un invité sur le plateau ne pousse de cris d’orfraie ! Ce qui n’aurait pas manqué d’être le cas si les mêmes propos avaient été tenus par un homme de droite. Pourquoi ? Parce que simplement, J.L.Mélenchon est un homme de gauche. Comme si le label « de gauche » était le seul qui permette d’échapper à l’inquisition antiraciste. Il suffit de voir l’embarras de Charles Berling pour répondre à J.L.Mélenchon alors que juste avant il n’hésitait pas à s’opposer frontalement contre E.Zemmour, en l’accusant à mots couverts de racisme.

D’ailleurs, E.Zemmour met le doigt exactement là où cela fait mal en pointant les habits de la Vertu dont la gauche se pare systématiquement. La gauche peut être contre la burqa comme la droite mais elle ne doit pas être mise dans le même sac car la gauche a toujours de bonnes arrière-pensées et même une politique juste sur ces sujets, pas comme la droite. En somme, la gauche a toujours raison quelque soit la position qu’elle choisisse car elle le fait pour de bonnes raisons. Mais comme le dit E.Zemmour, si Jospin était là, la gauche se coucherait devant la burqa de peur de stigmatiser, comme elle l’avait fait devant le voile en 1989. C’est la droite, en 2004, qui a eu le courage d’interdire le voile à l’Ecole. Ce renoncement face à la religion de la République laïque nous le payons encore, les islamistes y ont vu une faiblesse de notre pays et une faille dans le paysage politique et font désormais de l’entrisme à gauche afin de renforcer leurs thèses, ce qui jusqu’à présent leur réussissait fort bien.

Le problème de la gauche est d’ailleurs superbement résumé par Ch. Berling, l’invité bien-pensant du jour, quand il dit que « tout démocrate est emmerdé avec ça  (en parlant de la burqa), qu’on soit de droite ou de gauche ». Le problème est que nous ne sommes pas seulement une démocratie, système politique où le peuple est souverain et détient le pouvoir collectivement, où les démocrates se soumettent à la loi de la majorité. Nous sommes avant tout des républicains dans une République, c’est-à-dire un régime défendant des valeurs fondamentales,  inscrites dans sa Constitution, qui ne sont pas négociables, même s’il y a un mouvement d’opinion pour les contourner, dans une circonstance particulière. Hors un remaniement de la Constitution, le principe de laïcité s’oppose fermement  aux démonstrations religieuses publiques. Le problème fondamental de la gauche sur tous ces sujets est qu’elle ne sait plus où doit être son allégeance : à la République et ses valeurs ou à la Démocratie et ses renoncements républicains ?

Posted in Immigration, assimilation, identité nationale, Uncategorized | Tagué: , , , , , , | 3 Comments »

Ce qui les dérange dans l’identité nationale, ce n’est pas l’identité mais bien qu’elle soit nationale

Posted by lolik11 sur 23 février, 2010

J’aime bien écouter l’Esprit Public sur France Culture le dimanche matin, en courant. Cette émission doit être une des seules où les intervenants ne se coupent pas la parole, peuvent développer un vrai raisonnement et donc ne se limitent pas à des arguments simplistes et des phrases choc. Ce dimanche, l’un des thèmes en était les conclusions du débat sur l’identité nationale qui opposaient Max Gallo et Philippe Meyer à Eric Le Boucher et Ronny Brauman. Très vite, nous comprenons qu’au-delà du refus de la « stratégie électoraliste » du débat sur l’idée nationale, les deux derniers ont un réel problème avec l’idée d’identité nationale, elle-même. Et non avec l’idée d’identité car Eric Le Boucher le dit clairement, s’il avait du y avoir un débat, il aurait du être celui de l’identité européenne. Non, ce qui les dérange c’est l’idée de Nation et tout particulièrement si elle est française. La France doit se limiter à la République, aux droits-de-l’homme et à l’Etat-providence, tout le reste aurait des relents racistes voire fascistes et ceux qui voudraient en parler sont supposés défendre la bête immonde.

Heureusement que Philippe Meyer et Max Gallo étaient là pour remettre un peu de raison dans ce débat. Le premier en se moquant fort justement des antifascistes de pacotille qui voient des dérapages, du racisme et du fascisme partout. Les mêmes qui étaient « prêts à offrir courageusement leur poitrine à toutes les caméras » pendant les deux semaines qui ont suivi le 21 avril. Tous ceux qui, en fait, jouent sur la nazification de l’ennemi dans un but politique puisqu’ il est tout de même plus facile de battre Hitler maintenant qu’il est mort. Le deuxième a  rappelé que la France ne se limite pas à la République mais commence au sacrement de Clovis, roi des francs, et plus largement que c’est la question de leur Nation et de son devenir qui intéressent les peuples européens qui savent qu’ils traversent une large crise identitaire non-résolue à ce jour.

En fait, à l’écoute de ce débat, on se rend compte qu’Eric Le Boucher et Ronny Brauman sont les deux faces d’une même pièce : les fameuses élites mondialisées selon l’expression de J.P.Chevènement. Ces élites mondialisées qui ne veulent plus de la Nation pour des raisons différentes mais qui se rejoignent. Le premier symbolise les élites économiques tenantes du libre-échangisme sous la bannière du fédéralisme européen, pour qui la Nation est non seulement dépassée mais représente même un danger car elle pourrait appeler au protectionnisme, danger suprême. Que le peuple réfute régulièrement ce fédéralisme ne lui pose aucun problème et que l’absence totale de protectionnisme couplée à l’Etat-providence fasse de nos pays des friches ne l’interpelle pas sur la faillite de cette Europe. Le deuxième représente l’internationalisme à tendance tiers-mondiste qui voit la France comme un cadre de la contrainte pour les peuples. Alors bien sûr, il reconnait qu’on a pas encore fait mieux que l’Etat-Nation pour que s’exerce la démocratie et l’Etat-providence mais il est important de l’affaiblir au maximum en le dénigrant, en le suspectant, en l’accusant afin que sa seule action soit de donner plus de droits mais jamais aucun devoir.

Ces deux courants élitistes ne sont que des alliés de circonstances pour détruire le dernier rempart du monde ancien qui les empêche encore d’imposer leurs vues réellement sur le monde : le capitalisme libre-échangiste et le tiers-mondisme immigratonniste qui s’allient pour détruire la Nation. Ensuite, la vraie question sera de savoir qui sera l’idiot utile de qui. La France et les nations n’étant pas encore tout à fait mortes, la question se pose encore, mais pour combien de temps ?

Posted in Immigration, assimilation, identité nationale | Tagué: , , , , , , , | 1 Comment »

Les suisses ont dit non

Posted by echopolitique sur 2 décembre, 2009

Indignation partagée de la gauche, des européistes et des pays musulmans

Indignation partagée de la gauche, des européistes et des pays musulmans

Dimanche dernier, les suisses ont voté l’interdiction constitutionnelle de construire de nouveaux minarets dans la Confédération. Ce résultat est une immense surprise pour tout le monde, parait-il. Il faut dire que la classe politique et les médias s’étaient livrés à un véritable travail de fond pour ancrer l’idée que le non était la seule réponse possible. Même les sondages ont été enrôlés dans le combat contre les « racistes, xénophobes, islamophobes et la bête immonde » [1]. Oui mais voilà, les suisses en ont décidé autrement. A la surprise générale donc, nous avons eu un « dimanche noir » comme le qualifie déjà, les élites.

Et pourtant, ce n’est un dimanche noir que pour ceux qui font de la braderie de nos sociétés occidentales, leur fond de commerce, Alors qu’ils sont prêts à vendre la Suisse (ou la France car nous sommes également bien en pointe dans ce domaine) pour un contrat, la paix sociale, pour obtenir des voix aux prochaines élections ou pour répondre au besoin d’une fausse générosité, les suisses ont refusé de les suivre dans ce masochisme occidental. Ils ont dit non à un islam politique auquel personne n’a voulu mettre frein ces 30 dernières années et dont les minarets sont un élément d’affirmation d’identité (rappelez-vous la phrase d’Erdogan). Ils ont dit non à la prééminence de la culture du nouvel arrivant sur l’héritage culturel du pays d’accueil. Ils ont dit non au fait que ce serait à eux de faire des efforts pour intégrer les nouveaux arrivants alors qu’en toute logique, ce devrait être l’inverse. Ils ont dit non à la culpabilisation permanente que les élites veulent leur faire subir pour être suisses et non natifs d’un pays du tiers-monde. Ils ont dit non au politiquement correct qui refuse de voir  les problèmes réels. Alors bien sûr l’affaire Kadhafi a surement pesé dans l’histoire mais quand même, le vote suisse va plus loin que cela. Le vote suisse est le symbole des vieux pays issus d’un vieux contient, l’Europe, qui refusent de disparaitre et d’abandonner ses modes de vie, ses valeurs et ses traditions.

Les élites parlent de crispation identitaire et de repli sur soi, ce qui montre bien qu’elles n’ont rien compris à l’affaire. Ou plutôt qu’elles l’ont trop bien compris mais veulent continuer à masquer la vérité et sont prêtes à nous rejouer le coup du fascisme rampant, tels L.Joffrin qui n’hésite pas à titrer « le vote de la honte ». Le vote démocratique, pas démocratique ? Lui se voit bien en guide spirituel des masses, bien mieux placé que quiconque pour édicter ce qu’est le vote de la fierté, un aristocrate de gauche, quoi ! D’ailleurs, il vient de recevoir le soutien d’un démocrate de poids. Notre conscience nationale, fera-t-elle demain son éditorial sur « le soutien de la honte » ? Ou approuvera-t-il l’appel du ministre turc chargé des affaires européennes (!) fait aux musulmans de retirer leur argent de Suisse ? Pourquoi ne peut-il pas, lui et les autres, admettre que les suisses veulent tout simplement rester suisses (et cela vaut par extension pour les autres peuples européens) et ne pas devenir un peuple sans Histoire, sans identité, sans culture commune ? En clair, tout le monde a le droit d’affirmer son identité dans le monde sauf les européens. Depuis un demi-siècle, on nous dit qu’être suisse ou français ou d’une autre nationalité, c’est dépassé, ringard et raciste, qu’il faut désormais être autre chose. Et cet autre chose qu’on nous propose serait la panacée, qui ferait de nous tous des êtres bons, qui se respectent, qui construisent un monde de paix et d’amour. C’est à cette promesse ou plutôt ce mensonge, ce mirage véhiculé par la société médiatique que les suisses ont dit non. Ils ont clairement dit qu’ils voulaient avant tout rester suisses. Et certains trouvent cet exercice de démocratie directe dangereux. Tiens, c’est curieux, ils logent à Bruxelles !

[1]  Le oui à la question « Voulez-vous interdire la construction de nouveaux minarets » l’a emporté à 57%, démentant les sondages qui prévoyaient le rejet  à 53% de cette proposition, ce qui représente quand même une erreur de 10 points !

Posted in Immigration, assimilation, identité nationale, Uncategorized | Tagué: , , , | 7 Comments »

Monsieur A. Montebourg, allons au fond du sujet et annexons l’Afghanistan

Posted by echopolitique sur 27 octobre, 2009

Montebourg 2

A.Montebourg ou le calcul de la gauche : ils ont perdu le peuple (ouvriers/employés/classes pauvres et moyennes) depuis 30 ans et lui cherchent un prolétariat de substitution. D'où les demandes répétées d'ouverture massives des frontières aux immigrés, qui acquerront la nationalité et donc pourront voter pour eux bientôt...

Des choses très surprenantes se passent en France. Alors que jour après jour, nous découvrons (ou plutôt faisons semblant de découvrir) la situation du pays et de ses « quartiers » en perdition, minés par le communautarisme ethnico-religieux, les difficultés d’intégration des nouveaux arrivants (depuis 30 ans) et de la génération suivante, les problèmes de l’Education Nationale qui n’arrive plus à jouer son rôle de creuset de l’assimilation, les problèmes d’insécurité, de logement, d’un modèle social à la dérive et ce malgré la chape de plomb médiatique qui nous invite encore à croire que ce sont des « quartiers populaires », certains continuent à ne pas vouloir regarder la vérité en face et pire, proposent de continuer et d’accélérer en direction du mur en appuyant  sur le klaxon. Le dernier en date est Arnaud Montebourg, député socialiste qui a déclaré, à l’occasion de la polémique sur le renvoi de 3 Afghans dans leur pays, « que la France devrait accueillir tous les réfugiés car la France peut encore assimiler des populations très diverses ».

Mais peut-être que le député ex-non cumulard ne vit pas dans le même monde que nous et peut-être, ceci expliquant cela, que nous n’avons pas compris tout ce qu’il nous dit. Qu’est que veut dire tous les réfugiés ? Que veut dire la France ? Que veut dire assimiler des populations très diverses ? Voilà de très bonnes questions qui mériteraient des éclaircissements de la part du député. Nous allons essayer de le faire pour lui.

Tous les réfugiés, cela veut-il dire toute personne dans le monde considérée comme un vrai réfugié selon des critères définis par la République et dont le dossier est accepté par l’OFPRA (qui n’est pas le moins généreux et le plus regardant sur les demandes) ? Ou alors, est-ce la définition bien-pensante d’un réfugié c’est-à-dire toute personne vivant dans un pays en guerre et même toute personne vivant dans un pays moins développé que la France ? Lire le reste de cette entrée »

Posted in Immigration, assimilation, identité nationale | Tagué: , , , , | 7 Comments »

Dissoudre le communautarisme dans la France

Posted by echopolitique sur 12 octobre, 2009

Le communautarisme bien-pensant menace de nous renvoyer plus de 1 500 ans en arrière, quand la France n'était pas encore unifiée, la France d'avant Clovis. Et ils appellent ça un progrès, être moderne, ouvert, tolérant...J'appelle ça plutôt le retour à la loi des tribus.

Le communautarisme bien-pensant menace de nous renvoyer plus de 1 500 ans en arrière, quand la France n'était pas encore unifiée, la France d'avant Clovis. Et ils appellent ça un progrès, être moderne, ouvert, tolérant...J'appelle ça plutôt le retour à la loi des tribus.

L’affaire du Créteil Bébel refusant de jouer contre le Paris Football Gay a beaucoup fait rire ; il faut dire que l’affaire a tout pour plaire : des musulmans pratiquants (sic !) qui ne veulent pas jouer contre des homosexuels tolérants ou comme le dit bien mon collègue de LHC, un racisme entre ouverts et divers. Et le plus beau étant atteint lorsque les racistes utilisent l’argumentaire des associations antiracistes pour justifier leur racisme. A se demander si SOS Racisme n’est pas une association pour sauver le racisme comme SOS Enfants Battus l’est pour sauver les Enfants Battus ou SOS Baleine pour sauver les baleines. Je peux vous dire que cela me fait bien marrer de voir les communautés qu’on nous a dit, redit et seriné qu’elles étaient tolérantes et valaient bien mieux que la France, vous savez cette méchante raciste, commencer à se faire la guerre (au figuré pour l’instant mais pour combien de temps encore ?)…

Comme il n’y a pas si longtemps, quand à la Mix City Party de Paris, anciennement techno Parade avant d’être passée à la moulinette de la novlangue festo-bobo-prodiversité des « jeunes » sont venus casser du blanc et de l’homo sans que nos journaux n’en rapportent la moindre ligne après les faits mais seulement contraints et forcés plus d’une semaine après car tellement à l’encontre des idéologies de la diversité, de l’enrichissement mutuel par les différences, des « chances pour la France », du « l’Afrique est notre avenir » royaliste, du combat jamais terminé contre la bête immonde (vous savez le macho-blanc à l’origine de toutes les discriminations, guerres et autres malheurs du monde).

Désolé d’en rire mais moi ça me fait marrer de voir que les communautés commencent à se faire la guerre, résultat de 30 ans de politique de bien-pensance, de politiquement correct internationaliste, de diabolisation du français, des frontières, de la police, des lois, de l’autorité et donc de toute la maison commune, la France. Plus personne ne voulait avoir la loi de la France, on aura donc la loi des tribus. Chacun renvoyé à son appartenance d’origine, c’est-à-dire une appartenance non choisie (couleur de peau, religion, pays de naissance, sexualité) et donc un vrai racisme sous couvert de respect des différences et sans possibilité d’en sortir. Et les tribus se feront la guerre. Un retour en arrière de 1 500 ans.

Conclusion de cette affaire, le seul moyen de sortir par le haut de ce fléau qu’est le communautarisme et de la future guerre que vont se faire les différentes communautés, est de réhabiliter la France en tant que communauté nationale englobant tout le monde, au-dessus des communautés et primant sur toute autre appartenance. Le seul moyen est que les musulmans soient français avant d’être musulmans, ainsi que les gays, les femmes et les ch’tis aussi…pareil pour toutes les communautés qui doivent être françaises avant toute autre chose. Pour cela, il faut commencer par rétablir le modèle français d’assimilation, l’égalité stricte et pas une moraline de discrimination positive (l’idéologie de l’excuse en clair) et surtout un respect strict des lois votées en France (soit l’inverse de ce que vient encore de faire la HALDE avec sa décision sur l’adoption homosexuelle qui joue l’Europe contre la France). Et surtout, il faut rétablir la Nation comme horizon obligatoire voire indépassable (et pas seulement pour ses généreux subsides) de toute personne vivant en France…

Posted in Immigration, assimilation, identité nationale, La libanisation de la société française | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

Burqa : il y avait bien anguille sous roche…

Posted by echopolitique sur 14 septembre, 2009

Mais puisqu'on vous dit que la burqa est un phénomène marginal en France, et qu'une loi n'est pas nécessaire, vous allez le comprendre enfin ? Quoi, les chiffres disent le contraire ? Truquons les chiffres et martelons le message...

Mais puisqu'on vous dit que la burqa est un phénomène marginal en France, et qu'une loi n'est pas nécessaire, vous allez le comprendre enfin ? Quoi, les chiffres disent le contraire ? Truquons les chiffres et martelons le message...

J’avais fait un billet au mois d’août sur le problème de la burqa et son traitement médiatique par le rapport du ministère de l’Intérieur annonçant qu’il n’y avait que 367 burqas en France. Je mettais en doute ces chiffres qui étaient sortis trop vite et de manière trop fortuite pour ne pas être une manipulation médiatique visant à calmer le jeu. Et voilà que les faits me donnent raison. Une nouvelle note confidentielle émanant d’un autre service du ministère de l’Intérieur, rapportée par le Figaro, estime à 2 000 le nombre de femmes portant la burqa en France et non plus 367.

On apprend d’ailleurs dans l’article que le premier chiffre était un « échantillon et bien entendu pas du chiffre global» dixit le ministère de l’Intérieur. Sauf que ce n’était pas ce qu’on nous serinait en août. Il n’y avait pas ces précautions de langage ni ces précisions. A-t-on encore voulu nous mentir sur un sujet « sensible » ? Et si Le Figaro n’avait pas eu cette note, est-ce que le ministère de l’Intérieur nous aurait communiqué des chiffres un peu plus vraisemblables ? Cela pose sérieusement la question du journalisme dans ce pays. Journalisme qui est prêt à se mobiliser, à pétitionner, à défiler pour des causes dont la vérité ne semble pas faire partie.

D’ailleurs, il est intéressant de voir comment Libé et plus généralement les autres médias engagés contre le gouvernement, traitent encore une fois l’information. Pour rappel, en août, Libé avait fait plusieurs interviews et disait en substance qu’une loi contre la burqa, c’était se servir d’un pilon pour écraser une mouche. Cette fois-ci, pas de gros titre comme lorsqu’on apprenait que moins de 400 femmes portaient la burqa, ni d’ailleurs d’interview de députés, d’hommes politiques ou de responsables musulmans. Rien. L’information est simplement donnée au cœur d’une interview très intéressante et criante de vérité de Sihem Habchi, responsable de Ni putes ni soumises qui est pour l’interdiction de la burqa par l’intermédiaire d’une loi (d’ailleurs j’invite tout le monde à aller voir son audition par la mission parlementaire , petit bijou de vérité et d’honnêteté, suivi d’un débat comme on aimerait que le Parlement en produise plus souvent). C’est ce qu’on appelle deux poids deux mesures, non ? Ou peut-être cette information ne rentre-elle pas dans la ligne du journal et qu’à ce titre  n’a pas vocation à être diffusée ? L’intégrisme islamiste ne serait donc pas un phénomène marginal en France. Mais Libé continue de penser qu’il est plus important de prévenir une résurrection de la bête immonde, et donc de ne pas donner ces informations car cela pourrait réveiller le racisme fantasmé des franchouillards contre la chance pour la France, que de défendre la liberté, le droit des femmes, la laïcité, la République contre les agressions véritables et vérifiées des barbus. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Immigration, assimilation, identité nationale | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

Burqa : quand Libé croit la police, c’est qu’il y a anguille sous roche

Posted by echopolitique sur 2 août, 2009

0000000111111111Cette semaine tous les médias ont repris en cœur, sans même émettre le moindre doute, une note publiée par le ministère de l’Intérieur indiquant que seulement 367 femmes portaient la burqa en France. Outre que la réalité de cette information peut (et même doit) être contestée (je ne pense pas que la police, alors qu’elle ne met plus les pieds dans les cités chaudes depuis des lustres, ait la capacité à savoir combien de personnes portent réellement), il est effarant pour notre presse, sa liberté, son sens critique et plus encore son idéologie et les valeurs qu’elle défend, de la voir prendre cette information pour acquise et fiable et passe directement aux conclusions qu’il faut en tirer. Notre presse, qui est d’habitude si prompte à contester les rapports de police, les conclusions des enquêtes ou plus simplement le nombre de manifestants comptés par la Police lors des défilés sociaux, là rien, pas un mot. Même pas le commencement d’un article pour s’interroger sur l’intérêt de la question du nombre de femmes portant la burqa en France de la part d’un gouvernement élu sur la fermeté face à l’immigration et l’identité nationale. Les médias seraient-ils pro-burqa et trouveraient-ils les conclusions du ministère à leur goût ?

Et d’ailleurs les conclusions des médias sont presqu’unanimes et peuvent se résumer ainsi : s’il y a si peu de burqa pourquoi l’interdire ? Et de reprendre des citations de Claude Bartolone (président du conseil général de Seine-Saint-Denis et donc bien peu enclin à se fâcher avec ses électeurs) et Dali Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris mais en oubliant de citer les opposants à la burqa et au voile, sauf celle, très juste, d’André Guérin, député communiste de Vénissieux. Là encore, le droit à la parole ne reviendrait-il qu’aux anti-loi ou plutôt aux pro-burqa déguisé en anti-loi ? Lire le reste de cette entrée »

Posted in Immigration, assimilation, identité nationale | Tagué: , , , | 9 Comments »