Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

Archive for novembre 2009

Dubaï : alors les faillites d’Etat n’existent toujours pas…

Posted by echopolitique sur 27 novembre, 2009

Dubaï vient à peine d'achever la construction de la Tour la plus haute du monde que le pays est en faillite...

Mercredi dernier, Dubaï annonçait un moratoire sur le remboursement de la dette de son holding public Dubaï World. Ce moratoire, qui dit que jusqu’au 31 mai 2010, rien ne sera remboursé, doit permettre à Dubaï de réorganiser sa dette qui s’élève à 80 à 90 milliards de dollars (dont 59 milliards pour son holding public) et représente 70% du PIB . En clair, Dubaï a annoncé hier qu’il était en quasi-faillite. Cette annonce a provoqué une onde de choc importante sur les marchés financiers avec de fortes pertes et surtout des dégradations de notation des entreprises et les dettes des pays de la région mais heureusement (hasard ou coïncidence), Wall Street était fermé jeudi.

La vraie question que tout le monde se pose est désormais de savoir quel sera l’ampleur du jeu de dominos et si cela va déstabiliser l’économie mondiale...encore. Les premières inquiétudes portent tout d’abord sur les Etats voisins du Golfe tels qu’Abu Dhabi car Dubaï était leur centre financier et toutes les banques et grandes entreprises de la région sont étroitement associées au petit émirat dépourvu de pétrole. La faillite de l’émirat affaiblit ses voisins mais jusqu’à quel point ?  Ensuite, beaucoup d’établissements bancaires ont fortement investi depuis 10 ans à Dubaï et plus encore depuis la crise des subprimes, Dubaï étant devenu une espèce de destination refuge. Les dépréciations et pertes qui vont venir seront moins importantes que pour les subprimes (on parle tout de même de 1,1 milliard pour BNP, 11 milliards pour HSBC…) mais le mécanisme est le même et tout le monde redoute que le système bancaire soit de nouveau touché surtout si la contamination devait atteint les autres pays du Golfe. Et enfin, il y a de grands risques qui viennent du fait que Dubaï et les autres pays du Golfe possèdent des participations dans de nombreuses entreprises européennes, américaines ou asiatiques. Si ces participations devaient être vendues pour faire face aux créances, ce sont des actionnaires de référence (et souvent stabilisateur comme dans le cas d’EADS ou Daimler) qui partiraient, laissant la porte ouverte à un futur incertain…Pour le moment, pour régler ce petit problème, Dubaï a émis une nouvelle tranche de 5 milliards d’obligations souscrites par Abu Dhabi (on voit Ponzi poindre le bout de son nez). Il ne manquerait plus que le FMI se porte au secours des finances des îles en forme de palmier ! Aussitôt la nouvelle connue Moodys’ et Fitch ont abaissé note de la holding à BBB- , confirmant au passage que les agences de surveillance ne surveillent rien du tout et ne sont que des caisses enregistreuses des défauts de paiement avérés.Pour faire sérieux, elles ont quand même annoncé qu’elles allaient réviser la position de 17 banques et de 5 sociétés d’investissement des Emirats Arabes Unis dans les semaines à venir !

Les accros de la dépense publique et les archéo-keynésiens qui nous serinaient que les Etats ne pouvaient pas faire faillite en sont pour leurs frais. Il y avait bien eu des alertes un peu avant mais tout le monde avait lié cela à la crise financière et à des excès dans les modèles de développement économique non-supportables (substenable growth). Ils feront probablement de même avec Dubaï en expliquant que l’émirat avait tout misé sur l’économie financière (comme l’Islande et la Grande-Bretagne), la spéculation immobilière (comme les Etats-Unis ou l’Espagne) et le tourisme de luxe, 3 secteurs en crise. Ceci est vrai mais n’efface pas le fait qu’un Etat peut faire faillite et que la faillite arrive par la dette et son fardeau.  Au final, peu importe comment la dette a été contractée, que ce soit pour construire des tours ou des îles artificielles ou pour payer des fonctionnaires et offrir des allocations, le fardeau reste le même ainsi que le risque de faillite.

Cela nous ramène donc à la situation de la France et à sa gigantesque dette. Je ne rappellerai pas l’urgence du désendettement que personne ne veut entendre. Par contre, peut-être que les gens commenceront à comprendre ce qui se joue quand la France perdra sa notation AAA qui lui permet de continuer à se shooter à la dette à bon prix. D’ailleurs, nous n’en sommes pas si loin que ça, comme l’a montré la polémique WoerthGuaino sur le grand emprunt (le premier annonçant un faible montant quand le deuxième disait qu’il n’y avait pas de limite car c’était une décision politique) qui a obligé F.Fillon à intervenir fortement contre « les conseillers de l’Elysée » qui ne font pas partie de l’exécutif. Il faut dire que Fillon savait de quoi il retournait et pas seulement de politique politicienne : si la France ne mettait pas de limites à son grand emprunt, les agences de notation menaçaient de déclasser la note de la France, il fallait donc rassurer tout le monde. Ce qui a été fait et puisque Guaino n’est pas revenu à la charge, cela montre que la situation devait être très difficile… Conclusion : la France est loin d’être à l’abri d’une faillite, la dette représente un risque réel sur notre pays et il serait intelligent de commencer à s’en occuper au lieu de continuer à gaspiller l‘argent public.

Posted in Déficits, dettes publiques et faillite des Etats | Tagué: , , | 2 Comments »

L’enfant au centre du système, le professeur et le savoir à l’extérieur

Posted by echopolitique sur 25 novembre, 2009

Il faudrait relire Platon qui disait que "lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants ; lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles ; lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter ; lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux, l'autorité de rien ni de personne; alors c'est là, en toute beauté et en toute jeunesse, le début de la tyrannie." Mais qui connait Platon désormais ?

Drôle de monde dans lequel nous arrivons désormais. Enfin plutôt inquiétant que drôle. Au motif que l’enseignante ne les laissait pas utiliser leurs portables en cours, les lycéens du lycée Jean-Lurçat dans le 13ème arrondissement de Paris ont mené une véritable vendetta contre leur professeur d’anglais. Ils ont d’abord écrit à au proviseur une lettre lui conseillant « vivement d’opérer un changement de prof ». Après le refus du proviseur, ils écrivent directement à l’enseignante pour la menacer et lui volent sa clé USB. Je vous laisse lire dans l’article du Monde la beauté de ce que peuvent écrire nos chères têtes blondes…

Le plus grave dans ce fait divers est qu’il est grave mais désormais banal. Il fait partie d’une longue liste de violences, menaces, incivilités contre le corps enseignant. Mais surtout il fait partie d’une longue liste d’humiliation pour les enseignants et l’Education Nationale. Les élèves ou plutôt les enfants-rois vont, bien entendu, s’en tirer à bon compte. Il faut dire que 40 ans de pédagogisme acharné à bien réussi son œuvre : voilà que les élèves sont tellement au centre du système que le professeur et la transmission du savoir n’y ont même plus leur place. Réforme après réformes, circulaire après circulaires, non-réponse après non-réponses, nous avons désormais un désastre à la place de l’Education Nationale…

Dans cette affaire, le pire est que la hiérarchie de l’Education Nationale n’a pas réagi et ne réagira pas. Ce sont les mêmes qui n’ont pas réagi pour tous les autres faits divers et surtout ce sont eux qui ont rédigé réformes, circulaires et règlements qui nous ont mené à cette situation. Ils parlent déjà de remplacer le professeur afin d’assurer la continuité du service public. Mais de quel service public parlent-ils ? Dans de telles conditions, on ne peut plus parler de service public ni même d’Education Nationale. Et pour toute réponse, chacun fait ce qu’il sait faire. Le ministre fait de la politique en annonçant que des équipes mobiles de sécurité vont mener une enquête pour sanctionner les auteurs de cette lettre « injurieuse » (sic !). Les profs et leurs syndicats dénoncent les conditions de travail qui se dégradent, accusent le manque de moyens et pour changer, font grève…avec les lycéens qui les ont menacé.

Drôle de monde où chacun continue son petit train-train comme si ce qui se passait n’était pas de plus en plus grave. Où chacun est plus attaché à son combat politique qu’à la réalité du désastre auquel nous assistons. Où les pompiers sont aussi les pyromanes car il ne faut pas occulter le fait que la grande majorité du corps enseignant était favorable aux méthodes d’enseignement qui ont mené à ce désastre et que les politiques qui le dénoncent sont les premiers à reculer devant ces lobbys. Et petit à petit, nous prenons tous conscience que, vu que l’Ecole est le reflet de la société de demain, nous laissons notre monde s’effriter et que demain ne sera pas très joli à voir…

Posted in La faillite de l'Education Nationale | Tagué: , , , , | 5 Comments »

Commençons par reparler de Nation avant d’identité nationale

Posted by echopolitique sur 24 novembre, 2009

Voici la vraie question. Car entre la diabolisation et la ringardisation, la Nation est devenue un tabou. Pire, plus personne ne sait quoi mettre derrière l'idée de Nation

Avant de commencer à débattre de l’identité nationale, il faudrait déjà commencer à reparler de Nation. Parce que là se trouve le véritable problème de nos sociétés occidentales actuelles. Cela fait 30 années que nous sommes culpabilisés rien qu’à l’idée de parler de Nation et plus particulièrement de nation française. Depuis ce temps et tous les combats pseudo-antiracistes, la Nation est devenue un concept tabou dont on ne peut plus parler ni débattre. Et je ne vous parle même pas de parler de Patrie, bien que ce soit le chant des armées révolutionnaires et l’hymne national…La Nation a été prise en tenaille entre la diabolisation liée au fait que plus personne n’osait défendre la Nation à part le Front National et la ringardisation par la pensée unique des élites, partisanes de l’Europe fédérale. Les deux phénomènes se renforçant pour gommer ce mot devenu suspect.

Désormais plus personne ne sait dire ce qu’est une Nation et encore moins ses prérogatives. Alors bien sur, si vous posez la question aux hommes politiques, ils vous sortiront tous la définition d’Ernest Renan de la Nation mais en fait, peu oseraient parler de la Nation et son rapport avec sa population, ses droits et devoirs envers ses habitants (nationaux ou non), ce qu’elle a le droit de faire ou non, de défendre ou non, ses valeurs et ses principes… La Nation s’est totalement effacée derrière l’Etat, les valeurs républicaines et surtout la compagnie d’assurance généralisée qu’elle est devenue. Comme si on pouvait résumer la France a son Etat (en faillite), à la République (vous faites quoi des 1300 années d’Histoire qui ont précédé la République) et à son modèle social que-tout-le-monde-nous-envie.

Nous assistons de nos jours à une réduction généralisée de la Nation à son Etat et à la République par les élites. Une réduction généralisée de la France aux valeurs républicaines que seul l’article 1 de la Constitution, République une et indivisible, vient troubler leurs positions sur le multiculturalisme, les minorités visibles, la diversité, le métissage. De même, la Nation est réduite aux dépenses publiques de son Etat. En revanche, les côtés moins politiquement corrects (guerre en Afghanistan, service militaire, respect de l’autorité de l’Etat, des frontières, des lois…) sont mis sur le dos de la Nation et cloués au pilori. Il faut dire que la Nation a le mauvais rôle. Elle est celle qui appelle sous les drapeaux, celle qui force les immigrés à s’assimiler, celle qui surveille les frontières, celle qui fait appliquer la loi et impose son autorité, celle qui force les enfants à apprendre à l’Ecole et à devenir des adultes…En clair la Nation est celle qui contraint tandis que l’Etat est celui qui donne (allocations, papiers, travail, aides, réconfort…). Pas étonnant qu’ils aient tous voulu tuer la Nation pour ne laisser que l’Etat. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Une certaine idée de la France | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Climategate : la bombe est enfin lâchée

Posted by echopolitique sur 23 novembre, 2009

Voici le vrai péril de la planète bleue : le mensonge vert...

Vous connaissez tous mon scepticisme sur le réchauffement climatique. Je ne reviendrais pas dessus ni sur les motifs des scientifiques qui en sont partisans ni sur les politiques qui reprennent ces théories. En tout cas, la guerre du climat est en train de se rééquilibrer petit à petit à la suite du piratage des données du Climate Research Unit. Les pirates ont enfin pu avoir accès aux données brutes auxquelles la communauté scientifique n’avait pas accès. Enfin ce sont surtout les opposants au réchauffement climatique qui n’y avaient pas accès. De même que les pirates ont eu accès à 13 années d’emails échangés entre les « scientifiques » de ce centre et leurs collègues européens et américains. Et il s’agirait d’une vraie bombe qui est en train d’exploser…

Les premières constatations sur les emails est qu’un certain nombre d’entre-eux montrent que les « scientifiques » ne sont pas très scientifiques et même pire. Ils choisissent de changer les données si elles ne collent pas à leurs modèles, les modifient, les « biaisent », ils complotent pour évincer des scientifiques, des directeurs de revue scientifiques ou quiconque n’est pas en accord avec leurs « théories », ils cherchent à détruire un certain nombre de preuves alors qu’ils sont sous le coup du Freedom of Information Act qui exigeait que leurs données brutes et leurs algorithmes soient révélés… Le site Skyfall publie en français quelques uns des plus croustillants de leurs méfaits. Concernant les données elles-mêmes, il faudra un certain temps pour que les scientifiques les analysent et en tirent des conclusions. Toujours est-il que les premières analyses des emails tendraient à confirmer qu’il y ait une véritable conspiration d’un petit nombre de scientifiques pour aller dans le sens d’un réchauffement climatique en biaisant les données dans leur sens. Et le problème est que parmi ce noyau dur figure certains « cadres » du GIEC.

Au-delà même de la fraude et de la malhonnêteté de ces personnes (dont j’espère qu’ils répondront devant la justice), plusieurs problèmes se posent. Tout d’abord, des centaines d’équipes de chercheurs dans différents domaines verront leur travail remis en cause si les données retravaillées publiées depuis des années s’avéraient être fausses car elles servaient de base de travail à presque toute la communauté scientifique. Ensuite, de ces données ont été tirées des conclusions qu’il va falloir d’urgence remettre en cause et surtout des politiques sur lesquelles il faudra au minimum décréter un moratoire. Cela sera douloureux et prendra du temps car désormais, médias, scientifiques et hommes politiques sont tous liés par la grosseur des mensonges. L’onde de choc risque d’être énorme lorsque les scandales éclateront réellement et les classes politiques seront ébranlées.  Le drame est que les hommes politiques les aient suivis dans leurs mensonges dès l’instant où c’était médiatiquement devenu payant. Et enfin, dernier problème pour nous les citoyens, il est temps que nous sachions la vérité, ce qui relève du domaine de la science et ce qui est du domaine du mensonge politique. Que certains pensent que l’activité humaine est mauvaise et qu’ils prônent une société différente est leur droit le plus strict. Mais pas qu’ils essayent de l’imposer à tous en se parant des habits de la science et en mentant.

Posted in Réchauffisme médiatique | Tagué: , , , | 14 Comments »

Belle semaine d’hypocrisie généralisée

Posted by echopolitique sur 21 novembre, 2009

A Toulouse, les supporters ont remplacé le drapeau français du Capitole par le drapeau algérien.

Cette semaine nous avons battu des records d’hypocrisie. Tout d’abord et pour conclure ce sujet (mon article de mardi dernier a reçu les faveurs de Marianne 2), la droite a donc enterré la suppression des réductions de peine automatiques confirmant ainsi qu’elle est une droite guimauve et bien hypocrite sur ce sujet de la sécurité.

Ensuite, nous avons assisté à un véritable bal des faux culs en Chine où le président américain s’est rendu. Son voyage, sous le couvert d’améliorer les relations bilatérales entre les deux pays et que tous les bien-pensants ont présenté comme un voyage historique (comme à peu près tout ce que fait Obama), s’est tout simplement terminé en capitulation des Etats-Unis envers la Chine. Sur le climat tout d’abord (ce qui n’est pas pour me déplaire car payer une centaine de milliards de dollars aux pays pauvres pour le mensonge du réchauffement climatique, ça m’embêterait un peu), Obama qui avait dit qu’il ne ferait rien sans la Chine avant sa visite a finalement annoncé que lui et Hu travailleront à un succès à Copenhague ce qui revient à dire que les Etats-Unis adopteront la position chinoise. Sur le protectionnisme et le yuan, B.Obama et les participants au sommet de l’APEC se sont engagés le plus sérieusement du monde  à combattre le protectionnisme sous toutes ses formes, sans même évoquer la réévaluation du yuan ! (mais il faut dire que c’est l’Europe qui y perd le plus dans cette affaire donc tout le monde était content là-bas).

Sur les droits de l’homme où le grand président démocrate, le Messie, chance de l’humanité et saint sauveur du monde libre, défenseur de la veuve et de l’opprimé, parle désormais de droits fondamentaux et souhaite que les chinois aient accès à Internet non-censuré (mais laisse Yahoo et Google coopérer avec le gouvernement chinois), oubliant tous les autres sujets. En clair, B.Obama est allé là-bas pour dire à la Chine qu’elle est désormais l’égale des Etats-Unis et qu’à ce titre il ne peut rien lui imposer. Cela ne doit pas être étranger au fait que la Chine est le créancier des Etats-Unis et que B.Obama envisagerait un nouveau plan de relance (financé par la dette) et donc qu’il a besoin des excédents chinois pour couvrir l’échec de sa politique économique. B.Obama est vraiment le fossoyeur d’une certaine idée de l’Amérique et de sa puissance, mais bon, il parait que c’est ça, être moderne et populaire…

Dans le domaine de l’hypocrisie ouvrons également une petite page football. Car, avec la mimine de T.Henry, nous avons atteint des sommets. L’intéressé d’abord qui déclare que le plus équitable serait de rejouer le match après qu’il soit sûr que la FIFA ne le ferait pas rejouer. Et surtout en oubliant d’aller se dénoncer à l’arbitre pendant le match (c’est la règle du pas vu pas pris, qui règne dans le foot et il aurait bien été le seul à y déroger). La FFF qui a tergiversé sur sa réaction mais a quand même sabré le champagne le mercredi soir, jeudi midi, jeudi soir…et annoncé des primes pharaoniques pour le tocard national de sélectionneur (désolé c’est mon coté anti-Domenech qui ressort). La FIFA qui continue de refuser la vidéo alors qu’elle résoudrait une grande partie des problèmes. Il n’y a que la presse qui a été un minimum à la hauteur sur le sujet (enfin pas TF1 mais les autres comme RMC ou les journalistes de quotidiens)…

Mais il faut dire que la presse se rattrape sur un autre sujet footbalistique : celui de la victoire de l’Algérie contre l’Egypte et donc sa qualification pour le Mondial. Nous avons eu droit à des parades algériennes sur les Champs-Elysées et sur les places symboliques de presque chaque grande ville de France. L’hypocrisie a été générale en faisant passer cela pour de simples scènes de joies. En effet, pourquoi aller sur les Champs-Elysées et les places où ont lieu les défilés militaires du 14 juillet et ne pas simplement fêter cela sur son lieu d’habitation ? Il s’agit bien ici d’un acte de revendication identitaire symbolique, mais de cela personne ne veut parler.

Ensuite, une petite information qui ne fait pas grand bruit. B.Delanoe et A.Largadère vont être entendus par le juge et peut-être mis en examen dans l’affaire de l’attribution de l’exploitation du stade Jean Bouin. La justice soupçonne le maire de Paris de « favoritisme ». Mais non, c’est bien connu il n’y a que la droite qui est liée au grand capital et il n’y a que la droite qui magouille avec les patrons du cac40…

Et enfin, last but not least, l’élection des représentants de l’UE. C’est même une double hypocrisie. La première est celle tous les pays européens et de leurs dirigeants qui nous ont expliqué qu’il fallait à tout prix ratifier le traité de Lisbonne sinon on allait tous mourir pour enfin se doter d’un visage fort, d’un numéro de téléphone pour reprendre Kissinger et qui s’empressent de choisir deux fantomes qui ne bougeront pas un doigt sans l’aval du triptyque Paris-Berlin-Londres. La deuxième est celle de la gauche qui dénonce ces dirigeants fantoches…en oubliant que ce sont les socialistes européens qui ont choisi le premier et ouvert la voie à la nomination de la deuxième. Sans parler de Barroso qui a reçu leur vote pour son investiture. C’est toute la construction européenne qui est une hypocrisie actuellement  car chaque pays ne s’engage dans l’Europe que pour y défendre ces intérêts nationaux, à commencer par les 3 grandes puissances dans des styles différents : l’Allemagne en faisant mains basse sur l’économie et la monnaie, la France en préemptant le prestige et l’Angleterre en appliquant les stratégies immuables de la perfide Albion (comme quoi l’Histoire ne change réellement jamais).

Posted in Le parti des médias et les Amis du Désastre | Tagué: , , , , , , , | 1 Comment »

Et bien sur la droite guimauve s’est alliée avec la gauche angélique

Posted by echopolitique sur 19 novembre, 2009

C'est incroyable comment un ministre peu faire le contraire de son action précédente dès qu'il change de ministère...ou MAM qui réalise la fusion gendarmie-police à l'Intérieur après l'avoir refusé à la Défense...et qui désormais défend les réductions de peine à la Justice après avoir proné la fermeté et des peines plus lourdes à l'Intérieur...de telles convictions font plaisir à voir

C'est incroyable comment un ministre peut faire le contraire de son action précédente dès qu'il change de ministère...ou MAM qui réalise la fusion gendarmerie-police à l'Intérieur après l'avoir refusée à la Défense...et qui désormais défend les réductions de peine à la Justice après avoir prôné la fermeté et des peines plus lourdes à l'Intérieur...de telles convictions font plaisir à voir

Suite du post précédent. Donc comme attendu les députés voulant supprimer les réductions de peine automatiques ont perdu. La ministre de le Justice Michelle Alliot-Marie, le rapporteur du texte, Jean-Paul Garraud (UMP), et le président de la commission des lois, Jean-Luc Warsmann (UMP) se sont alliés à des députés de gauche afin de faire barrage à ces amendements. La ministre a d’ailleurs essayé de convaincre les députés que les réductions de peine n’étaient pas automatiques, chiffres à l’appui. En attendant, les condamnés continueront à bénéficier des remises de peine et nous aurons surement de nouvelles polémiques sur ce sujet aux prochain faits divers (qui ne devrait pas être trop long à arriver car notre super braqueur, d’après les journaux, ne risquerait qu’une année réelle de prison…) un très bon message envoyé quand on sait ce que sont prêts à faire certains pour quelques poignées d’euros)…

D’ailleurs en regardant dans le détail l’argumentation de la ministre, on voit bien que cela ne tient pas debout. Elle nous dit que les réductions de peine ne sont pas automatiques car les juges ne les accordent pas dans 20% des cas…ce qui veut dire qu’à 80%, les réductions de peine sont bien automatiques. Car dans les 20% se sont les juges qui les refusent, tandis que dans les 80% il n’y a probablement pas de décision d’un juge…Nous sommes donc bien dans l’automaticité. Et en plus, cela montre bien d’ailleurs que notre système marche à l’envers car c’est au juge et à la Justice d’argumenter pour ne pas accorder et non pas au condamné de  prouver sa bonne conduite. Pour rapprocher ceci d’un exemple judiciaire, qu’entendrait-on si c’était à l’accusé de prouver sa non-culpabilité pour ne pas être condamné et non pas l’accusation de prouver la culpabilité dans un procès ? Le monde à l’envers ou plutôt une présomption de bonne conduite donnant le droit à des réductions de peine automatiques…

Dans cette histoire, la droite guimauve est allée s’alliée avec la gauche angélique et on peut dire qu’on est vraiment fixé sur les réelles motivations et surtout sur le courage de cette droite… Comment après nous faire croire à plus de fermeté ? Comment après cela oser parader sur le sujet de la sécurité ? Comment nous dire qu’il y a une différence entre la droite et la gauche sur ces questions ? Et tout ça pourquoi en plus ? Pour ne pas fâcher le lobby des avocats, des juges et des associations (qui combattent toujours la droite) et surtout pour ne pas construire de nouvelles prisons et faire une « bonne gestion » du budget de la Justice. A se demander si on n’économise pas sur les missions régaliennes de l’Etat pour dépenser l’argent dans les gadgets couteux mais socialement populaires (genre RSA jeunes dernièrement). Lamentable, tout simplement…

Posted in Droite guimauve | Tagué: , , , | 3 Comments »

Sécurité : et si la droite décomplexée n’était qu’une droite en guimauve…

Posted by echopolitique sur 17 novembre, 2009

Toute ressemblance serait fortuite

Depuis toujours il y a un problème que la droite française n’arrive pas à résoudre : en campagne, elle tient des discours forts, très forts et est élu là-dessus et au pouvoir, elle se comporte de manière molle voire très molle. On veut faire croire à la fermeté (d’ailleurs faites une recherche Google sur « Sarkozy+fermeté », vous verrez que cela marche sur presque tous les sujets) mais on cède sur toute la ligne aux opposants ou alors on n’a pas le courage de gérer les conséquences (médiatiques, politiques, budgétaires…) des paroles et des programmes politiques. Un sujet exemplaire dans ce domaine est la sécurité et surtout de la Justice. On se rappelle tous de la dernière campagne présidentielle et même de l’escalade verbale depuis 2002 (ce qui n’est pas pour moi péjoratif, le pouvoir politique doit aussi avoir une parole forte sur les sujets qui fâchent). On se rappelle du ministre de l’Intérieur N.Sarkozy qui voulait nettoyer la cité des 4000 au karcher,  qui disait que ce ne seront pas les racailles qui feront la loi ou pour remonter à une époque que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre, de Pasqua qui voulait « terroriser les terroristes » (et qui y arrivait assez bien d’ailleurs)… Plus proche de nous, on se souvient surtout des polémiques médiatiques à chaque crime commis par un récidiviste ou un délinquant sexuel ou à chaque émeute. A chaque fois, on nous promet qu’on sera plus dur avec les criminels et les délinquants, que désormais justice sera sévère, que les peines seront appliquées et que le bon peuple pourra dormir tranquille grâce à la future loi qui résoudra tous les problèmes…

Mais voilà, une fois le soufflet médiatique tombé, le principe de réalité reprend ses droits et la droite dure cède la place à la droite molle, celle qui se couche devant la moindre corporation (sur la sécurité ce sont les magistrats et les associations droits-de-l’hommiste) et qui n’est pas capable d’assumer les conséquences budgétaires de ces paroles. Prenons un exemple simple : dans le Figaro du jour, on nous apprend que plusieurs députés UMP (N.Dupont-Aignan est classé dans les députés UMP, ce qui lui fera surement plaisir…ou pas) proposent de supprimer les réductions de peine automatiques afin que les criminels et délinquants purgent leur peine jusqu’à leur terme.  Ceci doit probablement faire suite au dernier fait divers où un criminel condamné à 12 ans de prison était sorti au bout de 7 et ayant récidivé. Mais voilà le gouvernement est contre car ces mécanismes permettent de « gérer la détention » comme disent les professionnels, c’est-à-dire garder le calme dans les prisons et surtout ne pas construire de nouvelles places de prison, budgétairement difficile et politiquement mal vu. D’ailleurs J.L.Warsmann député UMP, président de la commission des Lois et surtout à l’origine du système des remises de peine automatiques en 2004, le dit clairement : la suppression de ces réductions exigerait la construction de nouvelles places de prison. Ou comment la droite prône la fermeté, bombe le torse, roule des mécaniques avant la bataille mais est la première a déserté le combat quand on arrive dans le dur.

Alors voilà comment la droite dure est en fait, une droite en guimauve. L’inverse d’une main de fer dans un de velours. Si le gouvernement et les parlementaires de la majorité veulent réellement lutter contre la délinquance et la criminalité, il faut enfin mettre en adéquation les paroles, les actes et les moyens. La France n’a pas assez de places de prison par rapport a son niveau de délinquance et aux condamnations prononcées, il faut donc en construire et non pas arrêter de condamner ou d’envoyer les criminels en prison. Sinon autant dire, comme la gauche, que les sanctions ne servent à rien.  L’article est d’ailleurs effarant sur l’application des peines dans notre pays. Un condamné peut espérer avoir 5 mois de remise de peine par année de condamnation…presque 50% de réduction. La prison en solde. Espérons que les victimes en demandent autant à leurs bourreaux. Quand en plus on sait que les peines de moins d’un an ne sont jamais effectués, que les peines planchers ne sont pas appliquées par les juges, que la culture de l’excuse prévaut pour les mineurs, la petite délinquance et les 10 premières infractions, on se dit qu’on ne vit pas dans le pays des droits-de-l’homme mais dans le pays des droits-des-criminels. Alors c’est vrai que nos prisons ne sont pas aux normes mais en même temps, les criminels y passent si peu de temps, pourquoi dépenser de l’argent pour les refaire ?

Posted in Droite guimauve | Tagué: , , , , , , | 8 Comments »

B.Hortefeux ou l’impuissance des tabous

Posted by echopolitique sur 5 novembre, 2009

article_WEB-CartePoliceQuartier-Q

Encore et toujours des lois ou des nouvelles mesures qui ne règleront jamais les problèmes...

Cette semaine, B.Hortefeux a « lancé l’idée d’un couvre-feu ciblé sur des mineurs délinquants » de moins de 13 ans. Cette proposition serait une réponse à l’augmentation de la délinquance des mineurs (5% en un an pour atteindre 18% et 48% des membres des bandes sont des mineurs d’après le ministre). Alors bien entendu, la gauche, les magistrats sont montés au créneau sur la rengaine habituelle du gouvernement sécuritaire, démagogique, incantatoire…le train-train habituel. Mais les policiers également sont montés au créneau pour dénoncer une mesure inapplicable. Et comment ne pas leur donner raison ? Déjà sur le plan juridique les policiers ne peuvent pas mettre en garde à vue un mineur de moins de 13 ans donc quid de ceux qui n’acceptent pas de rentrer chez eux ? Mais surtout comment savoir que les mineurs de moins de 13 ans que les policiers rencontrent dans la rue sont des mineurs délinquants ? J’entends déjà la HALDE, le MRAP, SOS Racisme et le CRAN dénoncer les contrôles au faciès. Et enfin, la proposition est que les mineurs de moins de 13 ans délinquants ne doivent pas sortir sans un adulte, donc si le mineur délinquant sort avec son chef de bande majeur, c’est bon ? Et puis il y a, bien entendu, la vraie question qui est celle de confier à la police avec des lois et des décrets, encore et toujours plus de missions inapplicables pour faire de l’affichage.

Mais cette proposition aussi absurde qu’elle puisse être, traduit un symptôme, un symptôme fort même…Comme F.Mitterrand qui disait que « contre le chômage, on a tout essayé » en 1993, B.Hortefeux essaie de nous dire que contre la délinquance on a tout essayé…et donc bonnes gens, vous allez devoir endurer cela encore le temps qu’il faudra. Mais comme il est couru de répondre à F.Mitterrand désormais, je serais également tenté de dire au ministre  « sauf ce qui marche ». Ou plutôt le vrai problème du ministre est qu’il essaie de lutter contre la délinquance avec les moyens du bord sans remettre en cause le fond du problème, le fond structurel des choses et donc les tabous qui pèsent sur la société française. Cela donne une politique volontariste et qui peut présenter quelques succès (période Sarkozy après l’échec de la gauche) mais cela ne règle jamais le fond des choses. La délinquance revient donc lorsque les délinquants ont compris les nouvelles méthodes et comment opérer pour les contourner.  C’est le cadre de pensée qu’il faut changer. Lire le reste de cette entrée »

Posted in La libanisation de la société française | Tagué: , , , | 5 Comments »

La CEDH ou l’Europe telle qu’on ne nous la présente pas (encore)

Posted by echopolitique sur 3 novembre, 2009

carte_10

Voici la véritable Europe que nos élites ont déjà acté...Il ne manque plus que le temps fasse son effet mais ne vous inquiétez pas, un jour tous ces pays y seront, quelque soit votre vote...si vous êtes amené à voter!

La semaine dernière, dans Le Figaro (oui je sais je suis un affreux sarkolatre de droite ultralibérale-conservatrice), nous avions le droit à un petit reportage sur la Cour Européenne des Droits de L’Homme (CEDH). On nous explique assez bien le fonctionnement de cette institution méconnue du grand public mais dont les décisions sont hyper-importantes sur les différentes juridictions européennes et les politiques nationales des pays européens et donc in fine sur la vie des européens. Cette institution a un pouvoir quasi-inquisitorial sur les politiques nationales, une inquisition européano-droits-de-l’homministe mais j’y reviendrais un autre jour.

Mon propos n’est pas cette inquisition mais la nature des inquisiteurs et ce que cela confirme. Au détour de ces articles, on y apprend, presque anodinement, que cette puissante institution n’est pas dépendante de l’Europe à 27 dont on parle tout le temps et sur laquelle les débats se focalisent, les sommets s’organisent, les décisions se prennent….celle que les citoyens des pays de 27 croient être l’Europe qui se construit. Mais non, cette puissante institution est assise sur la déclaration européenne des droits l’homme et donc sur le Conseil de l’Europe qui est une Europe à 47…si on peut encore appeler ça l’Europe. Tous les pays signataires de cette convention siègent au Conseil de l’Europe et ont le droit d’avoir un juge à la CEDH (et donc des objectifs politiques dans cette institution). En clair, ce n’est pas une intégration européenne au niveau de la Justice (ce qui aurait pu se concevoir) mais vraiment une inquisition européobéate et droits-de-l’hommiste contre les Nations européennes.

Tous les pays qui « ont vocation » à être membre de l’UE y sont…y compris la Turquie, l’Ukraine, la moldavie, l’Albanie, la Serbie la Russie, la Géorgie, l’Arménie…Cela me pose un véritable problème que les lois françaises et les politiques nationales françaises soient sous contrôle des juges émanant de ces pays. On ne parle pas de politiques communautaires mais bien des sujets qui sont du ressort des Etats. Donc in fine, tous les pays de ce Conseil ont un mot à dire sur tout ce qu’il se passe en France. Comment après ne pas comprendre tous ceux qui voient l’Europe comme une construction technocratique dont l’arrivée est déjà connue, une construction où l’avis des peuples n’est que secondaire. Faites un référendum pour savoir si les français veulent de la CDEH : quand ils sauront que la Russie a le droit de se prononcer sur les prisons françaises, que la Turquie peut avoir son mot à dire sur la laïcité ou l’Ukraine sur notre politique d’immigration…vous verrez les résultats !

Les européistes me diront que tout est dans des traités signés par des chefs d’Etat élus par le peuple. Et ils me diront que je n’avais qu’à lire les traités, qu’à m’informer, qu’à être plus vigilant et je ne peux qu’être d’accord avec ça (je suis pour la responsabilité individuelle et citoyenne). Mais il faut voir aussi l’omerta, le tabou, la force de la pensée unique pro-européenne et pro-élargissement qui a existé et existe encore et spécialement dans les médias et chez les politiciens. Ce que je sais c’est qu’en tant que citoyen lambda, je n’ai pas voté pour cette CDEH directement et jamais aucun candidat à une élection qui voulait mon suffrage a abordé ce sujet… antidémocratique et antipopulaire donc… Et puis même, à quoi sert le vote au niveau européen si nous connaissons déjà la fin de l’Histoire : la Turquie, la Russie et les 47 pays du Conseil de l’Europe seront membres de l’Europe. Cela est déjà acté et on nous fera revoter jusqu’à ce qu’on soit d’accord avec cela…comme les Irlandais pour le traité ou pire on ne nous refera même pas voter comme en France. L’Europe est vraiment le totalitarisme mou de la fin du XXème et du XXIème siècle.

Posted in Europe, le mur se rapproche | Tagué: , , , , | 12 Comments »