Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

Posts Tagged ‘démocratie directe’

Que proposeriez-vous immédiatement si la démocratie directe existait en France ?

Posted by lolik11 sur 22 janvier, 2010

Cette excellente chaîne a démarré à l’initiative d’Aequalis et ceux qui se sont prêtés au jeu ont déjà proposé des questions qui mériteraient bien qu’on y réfléchisse. Ces questions n’ont évidemment aucune chance de figurer à l’ordre du jour de l’Assemblée Nationale et ce serait justement tout l’intérêt de la démocratie directe que pouvoir consulter les électeurs sur des sujets que la représentation nationale couvre d’un silence prudent.

Aequalis  proposerait la question de l’abrogation du statut de la fonction publique et le veto sur le projet de loi portant création de quota de 40% de femmes dans le CA des sociétés cotées.

Tatamis, lui soumettrait à la votation : la France doit-elle sortir de l’UE ? Criticus proposerait le « chèque éducation » et Expression Libre questionnerait : « Etes-vous favorable à l’ouverture de tous les secteurs à la concurrence ? »

Pour ma part je poserais la question suivante : « Etes-vous favorable, en matière de nationalité au droit du sang ? » et je proposerai bien le veto sur la loi du 31 décembre 2004 portant création de la Halde.

J’invite Librement votre, La lime, Aymeric Ponthier, Ce que je crois, Réflexions en Freelance et Psychothérapeuthe à poser leurs questions.

Publicités

Posted in Communisme et autres modèles socialisants | Tagué: , | 1 Comment »

Les suisses ont dit non

Posted by echopolitique sur 2 décembre, 2009

Indignation partagée de la gauche, des européistes et des pays musulmans

Indignation partagée de la gauche, des européistes et des pays musulmans

Dimanche dernier, les suisses ont voté l’interdiction constitutionnelle de construire de nouveaux minarets dans la Confédération. Ce résultat est une immense surprise pour tout le monde, parait-il. Il faut dire que la classe politique et les médias s’étaient livrés à un véritable travail de fond pour ancrer l’idée que le non était la seule réponse possible. Même les sondages ont été enrôlés dans le combat contre les « racistes, xénophobes, islamophobes et la bête immonde » [1]. Oui mais voilà, les suisses en ont décidé autrement. A la surprise générale donc, nous avons eu un « dimanche noir » comme le qualifie déjà, les élites.

Et pourtant, ce n’est un dimanche noir que pour ceux qui font de la braderie de nos sociétés occidentales, leur fond de commerce, Alors qu’ils sont prêts à vendre la Suisse (ou la France car nous sommes également bien en pointe dans ce domaine) pour un contrat, la paix sociale, pour obtenir des voix aux prochaines élections ou pour répondre au besoin d’une fausse générosité, les suisses ont refusé de les suivre dans ce masochisme occidental. Ils ont dit non à un islam politique auquel personne n’a voulu mettre frein ces 30 dernières années et dont les minarets sont un élément d’affirmation d’identité (rappelez-vous la phrase d’Erdogan). Ils ont dit non à la prééminence de la culture du nouvel arrivant sur l’héritage culturel du pays d’accueil. Ils ont dit non au fait que ce serait à eux de faire des efforts pour intégrer les nouveaux arrivants alors qu’en toute logique, ce devrait être l’inverse. Ils ont dit non à la culpabilisation permanente que les élites veulent leur faire subir pour être suisses et non natifs d’un pays du tiers-monde. Ils ont dit non au politiquement correct qui refuse de voir  les problèmes réels. Alors bien sûr l’affaire Kadhafi a surement pesé dans l’histoire mais quand même, le vote suisse va plus loin que cela. Le vote suisse est le symbole des vieux pays issus d’un vieux contient, l’Europe, qui refusent de disparaitre et d’abandonner ses modes de vie, ses valeurs et ses traditions.

Les élites parlent de crispation identitaire et de repli sur soi, ce qui montre bien qu’elles n’ont rien compris à l’affaire. Ou plutôt qu’elles l’ont trop bien compris mais veulent continuer à masquer la vérité et sont prêtes à nous rejouer le coup du fascisme rampant, tels L.Joffrin qui n’hésite pas à titrer « le vote de la honte ». Le vote démocratique, pas démocratique ? Lui se voit bien en guide spirituel des masses, bien mieux placé que quiconque pour édicter ce qu’est le vote de la fierté, un aristocrate de gauche, quoi ! D’ailleurs, il vient de recevoir le soutien d’un démocrate de poids. Notre conscience nationale, fera-t-elle demain son éditorial sur « le soutien de la honte » ? Ou approuvera-t-il l’appel du ministre turc chargé des affaires européennes (!) fait aux musulmans de retirer leur argent de Suisse ? Pourquoi ne peut-il pas, lui et les autres, admettre que les suisses veulent tout simplement rester suisses (et cela vaut par extension pour les autres peuples européens) et ne pas devenir un peuple sans Histoire, sans identité, sans culture commune ? En clair, tout le monde a le droit d’affirmer son identité dans le monde sauf les européens. Depuis un demi-siècle, on nous dit qu’être suisse ou français ou d’une autre nationalité, c’est dépassé, ringard et raciste, qu’il faut désormais être autre chose. Et cet autre chose qu’on nous propose serait la panacée, qui ferait de nous tous des êtres bons, qui se respectent, qui construisent un monde de paix et d’amour. C’est à cette promesse ou plutôt ce mensonge, ce mirage véhiculé par la société médiatique que les suisses ont dit non. Ils ont clairement dit qu’ils voulaient avant tout rester suisses. Et certains trouvent cet exercice de démocratie directe dangereux. Tiens, c’est curieux, ils logent à Bruxelles !

[1]  Le oui à la question « Voulez-vous interdire la construction de nouveaux minarets » l’a emporté à 57%, démentant les sondages qui prévoyaient le rejet  à 53% de cette proposition, ce qui représente quand même une erreur de 10 points !

Posted in Immigration, assimilation, identité nationale, Uncategorized | Tagué: , , , | 7 Comments »