Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

Posts Tagged ‘gauche’

Où sont passés les républicains de gauche ?

Posted by echopolitique sur 1 mai, 2010

Excellent débat comme toujours entre E.Zemmour et J.L.Mélenchon, les deux ayant des positions et un franc-parler que j’apprécie. Mais surtout ils ont une cohérence générale et ne cherchent pas seulement à faire plaisir à l’interlocuteur en face. Le débat en vient au voile et à la burqa (à partir de la 5’30) et J.L.Mélenchon exprime enfin une parole de la « vieille » gauche, celle qui est laïque, qui défend l’émancipation des femmes par rapport aux hommes, qui ose défendre la République et ses valeurs contre le politiquement correct de la non-discrimination, de la non-stigmatisation et du droit à la différence. J.L.Mélenchon dit quand même que les femmes en burqa sont des « fantômes qui se baladent dans la rue et qui ne veulent pas qu’on les regarde», que la République ne stigmatise pas des gens qui se stigmatisent tout seuls, Au final, J.L.Mélenchon a des paroles et des positions plus dures sur la burqa que la plupart des dirigeants de droite (y compris E.Besson qui est nazifié par le politiquement correct sur ces sujets).

Et pourtant, pas un membre du public, pas un invité sur le plateau ne pousse de cris d’orfraie ! Ce qui n’aurait pas manqué d’être le cas si les mêmes propos avaient été tenus par un homme de droite. Pourquoi ? Parce que simplement, J.L.Mélenchon est un homme de gauche. Comme si le label « de gauche » était le seul qui permette d’échapper à l’inquisition antiraciste. Il suffit de voir l’embarras de Charles Berling pour répondre à J.L.Mélenchon alors que juste avant il n’hésitait pas à s’opposer frontalement contre E.Zemmour, en l’accusant à mots couverts de racisme.

D’ailleurs, E.Zemmour met le doigt exactement là où cela fait mal en pointant les habits de la Vertu dont la gauche se pare systématiquement. La gauche peut être contre la burqa comme la droite mais elle ne doit pas être mise dans le même sac car la gauche a toujours de bonnes arrière-pensées et même une politique juste sur ces sujets, pas comme la droite. En somme, la gauche a toujours raison quelque soit la position qu’elle choisisse car elle le fait pour de bonnes raisons. Mais comme le dit E.Zemmour, si Jospin était là, la gauche se coucherait devant la burqa de peur de stigmatiser, comme elle l’avait fait devant le voile en 1989. C’est la droite, en 2004, qui a eu le courage d’interdire le voile à l’Ecole. Ce renoncement face à la religion de la République laïque nous le payons encore, les islamistes y ont vu une faiblesse de notre pays et une faille dans le paysage politique et font désormais de l’entrisme à gauche afin de renforcer leurs thèses, ce qui jusqu’à présent leur réussissait fort bien.

Le problème de la gauche est d’ailleurs superbement résumé par Ch. Berling, l’invité bien-pensant du jour, quand il dit que « tout démocrate est emmerdé avec ça  (en parlant de la burqa), qu’on soit de droite ou de gauche ». Le problème est que nous ne sommes pas seulement une démocratie, système politique où le peuple est souverain et détient le pouvoir collectivement, où les démocrates se soumettent à la loi de la majorité. Nous sommes avant tout des républicains dans une République, c’est-à-dire un régime défendant des valeurs fondamentales,  inscrites dans sa Constitution, qui ne sont pas négociables, même s’il y a un mouvement d’opinion pour les contourner, dans une circonstance particulière. Hors un remaniement de la Constitution, le principe de laïcité s’oppose fermement  aux démonstrations religieuses publiques. Le problème fondamental de la gauche sur tous ces sujets est qu’elle ne sait plus où doit être son allégeance : à la République et ses valeurs ou à la Démocratie et ses renoncements républicains ?

Publicités

Posted in Immigration, assimilation, identité nationale, Uncategorized | Tagué: , , , , , , | 3 Comments »

Démission de F.Mitterrand : une solution simple…

Posted by echopolitique sur 9 octobre, 2009

F

La droite sarkozyste reprend en pleine tête son ouverture et son gouvernement qui ressemble de plus en plus à un casting des enfants de la télé. Ce n'est pas pour nous déplaire que la politique spectacle en prenne un bon coup derrière les oreilles...

La tempête médiatique chassant une polémique après l’autre, la roue s’est arrêtée sur F.Mitterrand cette fois-ci et plus précisément sur ces écrits autobiographiques (mais qui ne le sont plus apparemment).  Dans ceux-ci, le ministre parle de relations sexuelles tarifées avec des garçons en Thaïlande, en clair de tourisme sexuel avec mineurs. Il faut dire qu’il l’avait bien cherché avec sa défense corporatiste et anti-Etat de droit de Roman Polanski. Mais revenons-en au ministre et à cette polémique qui finalement est assez simple à résoudre. Mais c’est peut-être parce que c’est simple que la société et les médias ne veulent pas voir la solution : soit F.Mitterrand a commis les actes qu’il a écrit et il démissionne et fait même l’objet de poursuites judiciaires car il existe une loi Toubon condamnant ces actes commis à l’étranger, soit il ne les a pas commis et il reste ministre.En clair, il faut simplement rétablir la vérité.

Mais pour déterminer si les faits ont été commis ou non, il faut un peu plus qu’un 20h de TF1 où le ministre vient laver son honneur avec un argumentaire de Miss France (« je condamne le tourisme sexuel »). Qui n’est pas contre le tourisme sexuel ? De la même manière, qui n’est pas contre la guerre, les injustices et le racisme…Et maintenant, on nous dit que la polémique est éteinte. Rien du tout, les médias et la gauche ont peut-être absout le ministre de la Culture mais la vérité n’est pas établie. Dans une République, c’est la justice qui établit la vérité. Si F.Mitterrand veut réellement rétablir la vérité et son honneur, il devrait demander à passer devant la Justice, devant un magistrat, sous serment. Cela serait un peu plus engageant qu’un 20h avec une serveuse de soupe, mais peut-être que le ministre ne veut pas vraiment parler des ses expériences personnelles.

Et pour terminer sur la polémique, je trouve comme Criticus, que l’antifasciste a atteint des sommets de bêtise dans ce pays. Quand le début de défense de F.Mitterrand repose sur l’honneur que ce serait que d’être attaqué par Marine Le Pen et le FN, ce n’est pas un argument, c’est une honte. De même quand la gauche attaque le ministre mais en prenant des pincettes car elle ne veut pas être mise dans le même sac que le FN, cela montre que la diabolisation du FN est largement surfaite et qu’au fond la gauche peut être choquée des mêmes choses que les représentants de la « Bête immonde » mais que cela, il ne faut surtout pas le dire. Et pour finir le plus « drôle », c’est que la gauche fonde son argumentation sur l’amalgame qu’aurait essayé de faire le FN entre pédophilie et homosexualité tout en oubliant que F.Mitterrand reconnait avoir utilisé la prostitution dans un pays pauvre. Ils sont passés où tous ces gauchistes qui veulent condamner les clients des prostitués, ceux qui sont prêts à pendre S.Berlusconi pour avoir utilisé des call-girls ? Et pire encore, pour se différencier du FN, les gauchistes sont prêts à laisser passer sur une exploitation du faible par le fort, du pauvre par le riche, de l’Occidental contre l’habitant du Tiers-Monde, du capitalisme contre le tiers-mondisme ? Vraiment le FN fait perdre à la gauche tous ses repères anticapitalistes, anticolonialistes, antioccidentaux…

EDIT : ce soir au Grand Journal, J.M.Aphatie a exprimé mieux que je ne pourrais le faire le problème politique qui est posé au président Sarkozy et à notre pays avec l’affaire Mitterrand. En substance, le problème est le suivant : hier, F.Mitterrand a reconnu avoir pratiqué le tourisme sexuel (pas avec des mineurs on a bien compris la différence entre homosexualité et pédophilie d’hier soir, quoique des éphèbes soient mentionnés dans ses écrits ) à un certain moment de sa vie; la France condamne le tourisme sexuel et le combat, un ministre de la République peut-il avoir fait à un moment de sa vie du tourisme sexuel et être dans un gouvernement qui le combat et ministre d’une République qui le combat ? Toute la question est là et ce que va décider le président façonnera pour beaucoup l’image du gouvernement qu’il veut : exemplaire dans les faits ou moralement condamnable et adepte du « faites ce que je dis, pas ce que je fais »…

Posted in Le parti des médias et les Amis du Désastre | Tagué: , , , , , , , | 7 Comments »