Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

Posts Tagged ‘spéculation’

Martine Aubry spécule avec la dette de Lille Métropole

Posted by lolik11 sur 15 octobre, 2009

Avec une telle gestionnaire des finances publiques lilloises, il ne faut pas s'étonner si les chtis se retrouvent à la rue...Allez Martine, pas grave, tu vas peut-être te refaire sur le Nikkei !!!

Avec une telle gestionnaire des finances publiques lilloises, il ne faut pas s'étonner si les chtis se retrouvent à la rue...Allez Martine, pas grave, tu vas peut-être te refaire sur le Nikkei !!!

Le rapport du cabinet Klopfer sur la gestion de la dette de LMCU [1] indique que la dette adossée à des produits hautement spéculatifs a permis de réaliser un cumul de gains de 41 millions d’euros, dont 18,2 sur la seule année 2008 ! M. Aubry bénéficiera-t-elle d’un bonus ? Peut-être…mais peut-être pas électoral car il n’est pas sûr que ses électeurs apprécient la suite des révélations de ce rapport, pas encore rendu public mais que les Echos s’est procuré.

Le rapport révèle que 54% (soit quand même 813 millions) de la dette totale (environ 1,5 milliards) est constituée de produits structurés qui placent LMCU dans une situation de spéculation par rapport à différents indices de marché ! Et que 36%  (554 millions tout de même) relèvent carrément de produits hautement spéculatifs qui varient en fonction d’indices exotiques et risquent de basculer sur des taux dont les modes de construction ne garantissent aucun plafond et risquent en théorie de dépasser 15% ! L’un d’eux, le n°22401, swapé 5 fois par LMCU se serait déjà soldé par une perte de 25 millions d’euros. Le risque actuariel immédiat est chiffré à 67 millions d’euros.

Le rapport a été remis au président de la commission des finances de LMCU, l’UMP M-P. Daubresse, qui loin de le contester l’existence d’une dette toxique, comme l’avait fait l’an dernier M.Aubry, veut maintenant « que ceux qui ont pris des risques inconsidérés, élus, les prêteurs (Dexia) et les fonctionnaires, rendent des comptes ». M.Aubry, elle, annonce qu’elle veut poursuivre en justice Dexia et deux autres établissements bancaires. C’est peut-être aller un peu vite, car c’est elle-même qui avait fait voter le 25 septembre 2008 la délibération  « Réaménagement de la dette communautaire en 2009 », par laquelle la LMCU autorisait sa présidente, donc elle-même, « A faire appel en cas de besoin à des index référencés en devises étrangères de pays n’appartenant pas à la zone euro, dans la mesure où ces devises présentent des taux attractifs et un risque de change maîtrisé, et dans la limite de 15 % de l’encours de dette au 31/12/2008. »

Que dira-t-elle de son ignorance de l’utilisation de produits financiers structurés alors qu’une 2ème délibération de ce même conseil, adoptée le même jour, et à l’unanimité indiquait « Au 31 décembre 2007, le portefeuille d’instruments de couverture comprenait 48 contrats représentant un montant notionnel de 955 068 669 euros, soit 57,40% du stock de dette » ? Que cette même délibération précisait, noir sur blanc, « autoriser pour l’exercice 2009 le recours aux instruments de taux et de change pour un montant au maximum égal à l’encours de la dette existant au 31 décembre 2008 ». Ajoutons que cette même délibération ventile par avance toute possibilité de dissimulation des vilaines banques aux bons élus de leurs turpitudes en finissant par un prophétique « le Conseil de Communauté est tenu informé des contrats conclus…présentant les caractéristiques de chaque contrat, le montant des dettes couvertes et les pertes et profits constatés sur chaque opération » ? Bonne chance, Martine, quand même Présidente du Conseil de LMCU, pour faire des procès avec ça !

[1] Lille Métropole Communauté Urbaine

Posted in La petite cuisine du PS | Tagué: , , , , | 2 Comments »

Comment les banques tuent les entreprises loin des caméras et de l’Elysée

Posted by echopolitique sur 30 août, 2009

Le CAC a pris 43% depuis Mars 2009. Reprise ou retour de la spéculation avec les liquidités injectées par les plans de relance ?

Le CAC a pris 43% depuis Mars 2009. Reprise ou retour de la spéculation avec les liquidités injectées par les plans de sauvetage ?

Cette semaine, presque tous les journaux se sont félicités que le président Sarkozy ait réussi à tordre le bras des banques sur les bonus des traders. Un nouveau système de bonus-malus va être mis en place et Michel Camdessus va être chargé de vérifier la rémunération des 100 meilleurs traders de chaque établissement. Outre le fait que les banques vont trouver un moyen de contourner cela dans les jours qui viennent (comme par exemple, embaucher les traders à Londres au lieu de Paris), les rémunérations des traders ne sont pas le problème et cette gesticulation médiatique ne résoudra évidemment rien. Je vais vous raconter une petite histoire vécue dans mon entreprise, ou comment les banques sont en train de tuer les entreprises mais bien sûr, hors champ des caméras et sans que cela préoccupe notre président ni les médias.

Pour placer le contexte, mon entreprise est une filiale d’un grand groupe côté à Paris, en difficulté à cause de la crise et de la gestion passée dont le business est de fabriquer, livrer et installer des systèmes complexes technologiques pour professionnels. Pour effectuer ce business nous avons l’obligation d’émettre différents types de cautions bancaires (bid bond, performance bond, warranty bond). Pour expliquer rapidement les cautions bancaires, il s’agit en fait d’un mécanisme où l’entreprise fournisseur demande à sa banque de garantir le paiement d’une somme à l’entreprise cliente (souvent un % du contrat) en fonction de certaines conditions. C’est un mécanisme de couverture de risque pour l’acheteur sur les gros marchés. Ex : le bid bond garantit l’acheteur contre les réponses aux appels d’offre farfelues, le performance bond garantit l’acheteur contre le fait que le vendeur livre et installe des produits qui ne marchent pas in fine… Bien sur, lorsque la banque doit payer la garantie, à moins que l’entreprise fournisseur soit en faillite, elle prélève toujours les montants payés sur le compte de celle-ci. Le risque réel pour la banque est, on va dire, en l’occurrence limité, très limité… Lire le reste de cette entrée »

Posted in Economie française, libre-échangiste mais pas libérale, L'incurie de ceux qui nous dirigent | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »