Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

Posts Tagged ‘Galinier’

Les tribunaux français reculent désormais devant les vengeances ethniques

Posted by lolik11 sur 7 octobre, 2010

La magistrature a pesé le poids des ethnies exotiques

La magistrature a pesé le poids des ethnies exotiques

La Chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Montpellier a rejeté pour la 3ème fois la demande de remise en liberté de René Galinier, demandée par le Parquet. Le pépé a été mis en examen et écroué le 6 aout dernier, pour avoir tiré sur deux  cambrioleuses qui s’étaient introduites chez lui pendant sa sieste. Pour justifier ce rejet, la Cour d’appel a estimé que « le maintien en détention est l’unique moyen de mettre fin au trouble exceptionnel et persistant de l’ordre public, provoqué par la gravité de l’infraction, les circonstances de sa commission et l’importance du préjudice » mais également qu’ « une mise en liberté pourrait aussi susciter l’incompréhension dans l’ethnie d’origine des victimes et faire craindre des représailles à l’égard du mis en examen. »

Le deuxième argument est tout simplement scandaleux. La Justice (et non l’Etat) décide de maintenir en détention un homme de 73 ans, atteint d’un cancer, ayant donc besoin de soins, au motif avoué qu’elle n’a pas le courage d’assurer sa protection et a peur de la future vengeance de l’ethnie d’origine des agresseurs ! Au passage, les ethnies viennent d’être reconnues par une Cour d’appel ; imaginez une seconde les « ethnies » inversées dans une instruction, et le nombre de manifestations antiracistes qui s’en suivraient pour dénoncer cette décision…Il faut croire qu’être français de souche est une ethnie qui donne moins de droits que d’être français issu de l’immigration ou étranger ou mieux encore sans-papier. A croire que le seul moyen pour faire libérer le pépé en devienne que les soutiens du papy marquent leur « incompréhension » face à la décision et  « fassent craindre des représailles à l’égard » de ceux qui le maintiennent en détention. On voudrait que les gens s’organisent en milices qu’on ne s’y prendrait pas autrement… En refusant de prendre ses responsabilités, à savoir protéger ses citoyens, même accusés, et en actant sa peur devant la force des représailles d’une communauté, l’Etat par son autorité judiciaire ne fait qu’accélérer la division de la communauté nationale en renvoyant chacun à ses « vieilles solidarités » (religieuses, ethniques, sociales…).

Mais au-delà de ce recul de la Justice, il est tout simplement effarant que la Justice de notre Etat de droit parle d’ethnie dans une de ces décisions et surtout la prenne en compte au point que celle-ci motive sa décision. A croire que le travail de sape des communautaristes de tout poil est beaucoup plus avancé que ce que l’on pouvait imaginer. René Galinier est donc un prisonnier politique. On savait que la Magistrature était acquise aux thèses droits-de-l’hommistes et bien-pensantes (qui est une composante du maintien en détention du papy, stéréotype du petit blanc ayant fait la guerre d’Algérie tirant sur une femme sans défense issue d’une minorité) mais on pouvait penser qu’elle croyait encore à la République une et indivisible, aux citoyens égaux en droit et à la force légitime, monopole de l’Etat. Il semblerait bien que non, que la Magistrature est prête à brader tout ce qui fait la France, son droit, son héritage millénaire, ses valeurs sous couvert d’idéologie. Le hiatus entre la Justice et le peuple se creuse ; celle-ci ferait bien de se souvenir qu’elle rend la Justice au nom du peuple français avant que celui-ci le lui rappelle.

Publicités

Posted in La course aux abîmes | Tagué: , , | 2 Comments »

Les maîtres-censeurs sont à pied d’œuvre

Posted by echopolitique sur 9 septembre, 2010

Et maintenant ils retaillent l'Histoire à leur image

Et maintenant ils retaillent l'Histoire à leur image

En cette rentrée scolaire et derrière les fausses polémiques sur les 1500 professeurs sans formation, les manuels scolaires, les rythmes de travail, nous sommes en train de vivre un véritable drame sans que personne (1) ne s’en offusque. Suite à la refonte des programmes scolaires, Louis XIV et Napoléon vont tout simplement en être dégagés au profit « l’ouverture aux autres civilisations de notre monde ».

Ou plus précisément, Louis  XIV sera étudié en toute fin d’année de 4ème dans un ensemble dédié à la montée de l’absolutisme et donc survolé pour ne résumer son règne qu’à « l’Etat c’est moi ». Et le traitement est encore pire pour Napoléon qui ne sera abordé que dans le chapitre sur la Révolution et l’Empire sur le thème« la construction d’une France moderne », réduisant ainsi son œuvre, au code civil et aux lycées. Autant dire que c’est par le petit bout de la lorgnette que ces deux monuments de notre histoire seront enseignés aux élèves. Ou plutôt par le petit bout de l’idéologie, en réduisant l’Histoire de France  à la Révolution et à la construction du fameux modèle-français-que-tout-le-monde-nous-envie, tout le reste n’étant que vieille France passéiste et ne méritant donc pas d’être enseigné, sinon que pour être combattu (2).

Pour justifier ces nouveaux programmes et l’idéologie qui les sous-tend, il suffit d’écouter  Jean-Michel Blanquer, Directeur général de l’enseignement scolaire nous annoncer que « l’histoire ne s’arrête pas à la France, même si cette dernière doit rester centrale. Aujourd’hui le programme est simplement plus complet. » Ou encore le Secrétaire général de l’Association des professeurs d’histoire-géographie, Hubert Tison, pour qui «aujourd’hui, on ne peut faire l’impasse sur la Chine ou sur l’Inde, superpuissances économiques» et pour lequel «beaucoup de jeunes sont d’origine africaine: il faut aussi qu’ils se reconnaissent un peu dans les programmes» (3).

Après s’être attaqué à la littérature, comme symbole de la domination bourgeoise dans les années 70, à la transmission des savoirs au nom de l’égalitarisme dans les 80-90, les voilà maintenant qui veulent mettre à bas l’Histoire, un des derniers vestiges de l’Instruction Publique (avec les mathématiques, ça sera la prochaine étape) au nom de l’ouverture sur le monde. A chaque époque son idéologie et ses mythes et donc ses ennemis à abattre. En lieu et place de connaissances claires et précises sur l’Histoire de France, les nouveaux programmes ne dispenseront plus qu’un saupoudrage de culture mondiale aux élèves qui ainsi n’auront plus aucun repère réel sur l’Histoire de France et les grands mouvements  idéologiques, politiques, sociétaux qui ont construit ce pays (4). Ou comment organiser la déculturation des futurs citoyens.

Mais en plus de cette smicardisation intellectuelle de toute une génération, (qui n’est pas nouvelle puisqu’en matière d’enseignement, l’objectif des 80% d’une classe d’âge au bac ou des 50% diplômés de l’Université relevait du même processus), les nouveaux programmes sont aussi la traduction de la bien-pensance  de nos classes dominantes. Depuis Mai 68, les progressistes nous disent que l’Histoire de France, c’est ringard, c’est raciste, c’est la guerre, c’est le monde d’avant, surtout que pour eux, cette Histoire de France se limite à la collaboration, l’esclavage, la colonisation et c’est à peu près tout. Ces mêmes « progressistes » nous disent que l’Etat, ce n’est que subventions et droits oubliant devoirs et lois, que la France doit s’ouvrir à tout et se fondre dans le totalitarisme mou européen. Ces nouveaux programmes ne sont que la traduction dans les faits de l’idéologie de ces progressistes qui détestent la France pour qui la vieille France doit disparaitre et faire de la place à ses nouveaux maîtres intérieurs (les jeunes d’origine africaine) et extérieurs (l’Inde et la Chine). Et quoi de mieux pour cela que de rééduquer le peuple en lui mettant dans la tête, dès son plus jeune âge, ces nouvelles « vérités » (5).

Parallèlement à cela ou plutôt à cause de cette déculturation, personne ne comprend plus rien à rien ; la fonctionnaire du Conseil Régional d’Aquitaine a été exclue pour 4 mois de la fonction publique pour avoir écrit le livre Absolument dé-bor-dée ! Comme quoi dans ce pays on peut critiquer Sarkozy quand on est un fonctionnaire soumis au devoir de réserve, on peut dire que la France de 2010, c’est comme Vichy quand on est chercheur au CNRS, on peut nazifier Besson quand on est salarié de France Inter, on peut défiler en dénonçant le racisme d’Etat, Sarkozy fasciste ou la France raciste quand on est une Association subventionnée par l’Etat ou un immigré clandestin… mais on ne peut pas dire que les fonctionnaires des collectivités locales ne travaillent pas beaucoup, on ne peut pas non plus diffuser un reportage sur le rapport homme-femme dans les banlieues, on ne peut pas organiser un apéro avec du saucisson et du pinard dans un quartier multiethnique de la capitale. Les maitres-censeurs sont à pied d’œuvre pour défendre leurs « vérités » et ainsi protéger le vrai pouvoir dominant.

Et pour conclure cette belle semaine, revenons vers le papy Galinier est toujours en prison et pour lequel il n’y a pas de libération en vue. En revanche, le juge des libertés et de la détention a décidé de remettre en liberté, après avoir été traqué pendant un mois par les policiers, le 2ème suspect braqueur du casino d’Urriage (il faut dire que lui, avec 7 condamnations à son actif, ne risquait pas d’inquiéter « pour trouble à l’ordre public ») . Et les syndicats de magistrats de se retrancher derrière la séparation des pouvoirs et l’indépendance de la Justice, après les réactions des policiers et de l’exécutif, pour justifier cette forfaiture. Comme d’habitude, ils mélangent tout, mais plus personne ne prend la peine de leur dire que déjà la Justice n’est pas un pouvoir dans ce pays mais une autorité, qu’être indépendant du gouvernement ne veut pas dire être contre le gouvernement et ses représentants, et surtout que la Justice n’est pas rendue pour les syndicats politiciens des magistrats mais au nom du peuple français…

1- Enfin presque. Il y a eu quelques interventions dans les médias dont une remarquable de simplicité de Max Gallo et surtout une pétition (que je vous invite à signer) de la part du collectif « Notre Histoire forge notre avenir ».

2- On peut d’ailleurs remarquer que dans les nouveaux manuels scolaires les heures sombres, comme ils adorent dire, sont particulièrement mises à l’honneur avec l’esclavage en 4ème et en 3ème et surtout avec la collaboration et la colonisation qui figureront au programme chaque année ou presque. C’est qu’il ne faudrait pas toucher au point de consensus entre libéraux et gauchistes qui permet de déconsidérer la France en tant qu’entité politique et donc de servir les causes antinationales comme l’Europe fédéraliste ou l’altermondialisme, les deux faces du mondialisme.

3- Cette phrase mériterait des heures de discussion tant elle a des implications sociétales et politiques profondes, à commencer par la vision du cycle immigration/intégration ou encore sur la question de l’appartenance à la Nation des derniers arrivants.

4- La vraie question serait de savoir si tout cela est fait intentionnellement ou si ce sont juste, des apprentis sorciers. Poser la question revient à y répondre et même si on ne peut pas exclure quelques idiots utiles qui pensent réellement que des programmes plus ouverts aux autres cultures permettront de faire progresser nos chères têtes blondes, il ne faut pas perdre de vue que l’Histoire est bien souvent la clef de compréhension du monde actuel et donc qu’en s’attaquant à l’Histoire, les pédagogues soixante-huitards visent surtout à cela. Orwell disait dans 1984 « Qui contrôle le passé, contrôle le futur ; qui contrôle le présent, contrôle le passé ». Je crois que tout est dit…

5- Et quand on entend ce que pensent les ministres de droite tel qu’Eric Besson qui déclarait que « La France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion, c’est un conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble. Il n’y a pas de Français de souche, il n’y a qu’une France du métissage », on ne peut que comprendre qu’une telle réforme des programmes soit passée sous un gouvernement de droite.

Posted in La course aux abîmes | Tagué: , , , , , | 4 Comments »

La Justice de ce pays est devenue folle

Posted by lolik11 sur 30 août, 2010

La Justice bétonne, René fait peur !

La Justice bétonne, René fait peur !

Il y a des faits divers qui résument l’absurdité de notre temps. Le dernier en date est celui de l’affaire du papy René Galinier que la cour d’appel de Montpellier a décidé de maintenir en détention pour avoir tiré sur 2 femmes en train de le cambrioler alors qu’il faisait sa sieste. Rappelons que dans notre pays, le contrôle judiciaire doit être la règle et la détention provisoire l’exception, pour répondre à des situations précises (la conservation des preuves, éviter les pressions sur les témoins et victime, éviter une concertation frauduleuse avec les complices, éviter la récidive, protection du mis en examen, éviter la fuite et préserver l’ordre public). On peut objectivement dire que le papy Galinier ne répondait à aucune situation de détention provisoire. Alors pourquoi cette décision stupide quand on voit le laxisme dont la Justice fait preuve dans d’autres cas ?

Pour rajouter au scandaleux de la situation, il faut aussi écouter les propos des magistrats en charge du dossier, à commencer par le Procureur de la République de Béziers, Patrick Mathé, qui nous dit que « René Galinier n’est pas dans un cas de légitime défense de ses biens et de sa personne, et la réponse est totalement disproportionnée».  Et d’ajouter «qu’il a agit en plein jour et qu’au moment où il a fait feu, il n’était pas en situation de danger ni pour un tiers». A quelques jours d’intervalle, il avait aussi déclaré que le papy était « quelqu’un qui connaît les armes, il a fait la guerre d’Algérie. Il n’a pas eu le comportement de quelqu’un qui a peur ». Fermez le ban ! Pour le magistrat qui a surement été formé à la même école du Doute et de la Mesure que le juge F.Burgaud, le papy est coupable pour ne pas dire plus. Surement que pour les magistrats, avoir fait la guerre d’Algérie vous transforme en une froide machine de guerre prête à faire un carnage (surement des restes de la période sous les drapeaux, doivent se dire nos chers magistrats) et donc que pour de tels gens, la présomption d’innocence ne s’applique pas.

Ou peut-être que les magistrats ont voulu faire payer au papy un crime encore plus grand que d’avoir été appelé sous les drapeaux à 20 ans, il y a une cinquantaine d’années comme l’a rappelé le Président de la chambre d’instruction Alain Lienard, qui est sorti de sa neutralité pour citer un passage de la déposition de René Galinier pendant sa garde à vue : « J’étais en danger, j’avais peur… j’étais en danger avec cette sale race, je suis devenu raciste… on est obligé de s’armer… si la justice faisait son boulot… ». Alors guerre d’Algérie plus soupçon de racisme, ça vous condamne définitivement un homme ou du moins ça mérite surement de mettre un homme malade ne représentant aucun danger pour la société, ni aucun risque de fuite, dans une prison.

Pendant ce temps-là, le Conseil Constitutionnel sous la pression de l’Europe, des avocats et des magistrats vient de retoquer la garde à vue. Les juges remettent en liberté les voyous, créant un signal d’impunité totale pour les auteurs de vol, agression et délits. Il y a aussi, en France, une loi votée par une majorité de droite qui dispense d’incarcération au profit des peines alternatives tous les condamnés à moins de 2 ans de prison ferme (la prison n’était pas considérée comme une solution par la gauche et la droite n’ayant pas le courage de dépenser de l’argent pour en construire de nouvelles). Nous avons aussi des réductions automatiques de peine qui permettent de ne faire que la moitié de la condamnation (si elle est supérieure à 2 ans). Il y a la liberté conditionnelle dont usent et abusent les magistrats pour faire de la place dans les prisons. Il y a un manque de 30 000 places de prison minimum pour faire face au niveau de délinquance. Il y a les juges qui ne sont toujours pas un minimum responsables de leurs actes et des décisions qu’ils prennent comme l’a encore montré la fin de l’affaire Outreau avec une simple réprimande pour le juge F.Burgaud qui a gâché la vie de 35 personnes et pris la vie de 3 d’entre eux.  Il y a également 82 000 peines non exécutées selon le ministère de la Justice. La Justice de ce pays est devenue folle, comment s’étonner que les français soient de plus en plus tentés à se défendre eux-mêmes ?

Posted in La course aux abîmes | Tagué: , , , , , | 9 Comments »