Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

Posts Tagged ‘MDP’

La Commission européenne reconnait que les crédits-carbone sont bidonnés

Posted by lolik11 sur 24 janvier, 2011

Produire des gaz, pour les détruire et au passage rafler la mise

Produire des gaz, pour les détruire et au passage rafler la mise

Une parenthèse personnelle un peu désagréable vient de se refermer, j’en profite donc pour revenir vous saluer. Moi qui aime bien la Commission européenne, je dois dire qu’elle nous a régalés depuis le début de l’année avec son agenda oublieux, sa colère contre la neige des aéroports,  ses câlins aux loups suédois, son horreur des clôtures, son soutien au Fespaco, ses nouveaux super stress-tests et la restructuration de la dette grecque qu’elle ne saurait voir…Devant tant d’abondance, je m’en tiendrai à la dernière décision connue, celle de vendredi, qui suffit à elle seule à discréditer les décisions prises et à prendre de cette grosse Commission pour les années à venir.

Les « experts » réunis des 27 états membres de l’UE se sont accordés pour sévir (!) sur le marché européen des quotas d’émission carbone : ce qui s’y passe n’est pas très joli et en dit long sur le degré de compétence et de responsabilité de ces technocrates. Après une fraude à la TVA qui avait déjà couté 5 milliards d’euros aux européens, ce marché vient d’en connaitre une autre portant sur 2 millions de quotas (1 quota correspond à une tonne de C02 ce qui, à 12.50 euros la tonne représente quand même 25 millions d’euros !) La décision est donc tombée : ils ont promis de sécuriser davantage le système d’échange des quotas, chaque état victime (la liste n’est pas définitive mais contient déjà l’Autriche, la Grèce, la République Tchèque, la Pologne, l’Estonie et l’Allemagne) s’engageant à revoir ses systèmes de sécurité…les hackers doivent trembler !

Puisqu’ils étaient réunis, ils en ont profité pour interdire à compter du 1er mai 2013, les permis liés au HFC23 et au NO2, au motif qu’ils ont été détournés de leur « objet environnemental ». Une litote pour essayer de dissimuler une usine à gaz, qui produisait beaucoup de gaz toxique en permettant aux entreprises qui finançaient la destruction dans des usines chinoises ou indiennes de ces deux gaz nocifs, où ils étaient produits, d’obtenir des crédits d’émission pour compenser leurs propres émissions de CO2. La Commission vient ainsi de reconnaitre que son usine à gaz a conduit les producteurs chinois et indiens (les 23 projets concernés y étaient tous localisés) à produire des gaz à effet de serre dans le seul but de les détruire et de percevoir les crédits d’émission (des permis d’émission dont le prix pouvait atteindre jusqu’à 78 fois le coût de la destruction de ces gaz !).

Tout cela ne va pas faire l’affaire de la Chine et de l’Inde ni des industriels qui avaient investi dans les projets HFC23 ; ils ont d’ailleurs tout fait pour repousser cette révision au sein de l’agence de l’Onu qui pilote les « mécanismes de développement propre » dont sont issus ces crédits carbone, ce qui a été obtenu au bénéfice des conflits d’intérêts régnant au sein du bureau exécutif de l’Agence [1]. Au sein de la Commission européenne, à la demande de l’Italie, de la France et de la Grande-Bretagne [2], ils ont même réussi à différer au 1er mai 2013, la date d’entrée en vigueur de la mesure, initialement proposée au 1er janvier 2013, ce qui permettra de valider 30 à 40 millions de MDP supplémentaires[3]. Les crédits carbone sont bidon, mais il faut bien les écouler et il ne faudrait pas que leur prix baisse (à suivre ici) !

Mais si les permis HFC23 n’ont plus cours, comment se procurer dès lors les précieux crédits-carbone ? Rassurez-vous, ils ont déjà la réponse. « Le dispositif va devoir s’orienter vers les énergies renouvelables, les pays d’Afrique »; moins facile mais tout aussi juteux d’autant que le terrain de jeu est immense, les règles du jeu modifiables à l’envi et que le jeu ne sert à rien. Comme à chaque fois, la Commission européenne détruit tout mais rate son suicide !

[1] la Chine percevrait une taxe de 65% sur ces crédits, un japonais qui siège au bureau exécutif de l’agence est aussi Président d’une société chimique…

[2] Rhodia, Enel, Endesa, E.ON, entre autres,  sont de grands producteurs de crédit carbone

[3] «Si on arrête les projets HFC à partir du 1er janvier 2013, les investisseurs vont se retrouver avec des masses énormes de crédits qui ne valent plus rien », E.Fages, analyste carbone au cabinet d’expertise Orbéo (une filiale de Rhodia).

Posted in La Commission européenne détruit tout mais rate son suicide | Tagué: , , , , , | 1 Comment »

Comment les crédits carbone en augmentent les émissions

Posted by lolik11 sur 5 juillet, 2010

Une usine subventions pour produire du gaz

Une usine subventions pour produire du gaz

Un peu de technique pour commencer : le HFC23 est un gaz généré lors de la production d’un gaz réfrigérant très demandé (HFC22) par l’industrie du froid et cet hydrofluorocarbure provoque un effet de serre plus de 10 000 fois plus puissant que le CO2, s’attaquant même à la couche d’ozone.

Un peu de protocole de Kyoto pour suivre : il ne pose pas de limitations aux émissions de gaz à effet de serre pour les pays en voie de développement mais inclut des dispositions pour y soutenir leur réduction, appelées MDP (mécanisme de développement propre), dont le principe de fonctionnement est  le suivant : les pays industrialisés payent pour des projets qui réduisent les émissions dans des PVD et reçoivent en échange des crédits carbone pouvant être utilisés pour atteindre leurs propres objectifs ou bien monnayés. Le MDP est supervisé par un Bureau Exécutif qui approuve une série de méthodologies pour certifier ces projets.

Que pensez-vous qu’une telle usine à gaz ( !) puisse produire ? Beaucoup de gaz évidemment ! Et là ce sont des associations, telles que Noé21 et MDP Watch qui parlent, donc peu suspectes, de collusion avec les suppôts du négationnisme réchauffiste.  « Les quantités de HCF22 et de HCF23 produites apparaissent principalement guidées par la possibilité de générer des crédits carbone ». Ainsi subventionné par le MDP, « le sous-produit est devenu le produit ». Les industriels auraient ainsi accru leur production et volontairement maintenu à un niveau élevé le pourcentage de HCF23 généré par le processus. En fait, une bonne partie des gaz à effet de serre détruits grâce à l’argent des crédits carbone n’auraient en fait jamais du être émis !

Un peu d’évaluation du coût de l’usine à gaz : « le prix payé pour la destruction du gaz est jusqu’à 70 fois supérieur au coût réel de l’opération » (CDM Watch), « Ces abus ont permis à l’industrie de percevoir 1 milliard de $ chaque année » (Noé21).

Et alors ? Il se trouve que la prochaine réunion du bureau exécutif du MDP est prévue du 26 au 30 juillet et qu’il a le pouvoir de bloquer les CER (émissions de crédit carbone) sur les projets déjà approuvés, ce que redoutent par dessus tout les amateurs de crédits carbone. Si toutefois, ce bon bureau consentait à s’intéresser à ce sujet on pourrait assister à une petite grimpette coté cotation de ces certificats d’échange carbone qui aujourd’hui valent 14,5 € la tonne (qui voulait déjà en fixer le prix à 32 € la tonne ?). A suivre donc, par exemple, ici.

Vous aussi, vous souhaitez vous lancer dans un juteux projet MDP ? Mais êtes-vous sûr que votre projet est bien éligible au MDP ?  Rassurez-vous : les services de notre ministère chéri (de l’écologie, des poissons et des glaçons…) ont rédigé à votre attention un petit guide tout pimpant (une bonne centaine de pages) pour vous lancer, en toute sécurité, à la chasse aux CER. Pour la chasse aux cerfs, c’est là aussi mais il vous faudra attendre l’automne.

Posted in Réchauffisme médiatique | Tagué: , , , , , , , | 3 Comments »