Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

Posts Tagged ‘MAM’

Et bien sur la droite guimauve s’est alliée avec la gauche angélique

Posted by echopolitique sur 19 novembre, 2009

C'est incroyable comment un ministre peu faire le contraire de son action précédente dès qu'il change de ministère...ou MAM qui réalise la fusion gendarmie-police à l'Intérieur après l'avoir refusé à la Défense...et qui désormais défend les réductions de peine à la Justice après avoir proné la fermeté et des peines plus lourdes à l'Intérieur...de telles convictions font plaisir à voir

C'est incroyable comment un ministre peut faire le contraire de son action précédente dès qu'il change de ministère...ou MAM qui réalise la fusion gendarmerie-police à l'Intérieur après l'avoir refusée à la Défense...et qui désormais défend les réductions de peine à la Justice après avoir prôné la fermeté et des peines plus lourdes à l'Intérieur...de telles convictions font plaisir à voir

Suite du post précédent. Donc comme attendu les députés voulant supprimer les réductions de peine automatiques ont perdu. La ministre de le Justice Michelle Alliot-Marie, le rapporteur du texte, Jean-Paul Garraud (UMP), et le président de la commission des lois, Jean-Luc Warsmann (UMP) se sont alliés à des députés de gauche afin de faire barrage à ces amendements. La ministre a d’ailleurs essayé de convaincre les députés que les réductions de peine n’étaient pas automatiques, chiffres à l’appui. En attendant, les condamnés continueront à bénéficier des remises de peine et nous aurons surement de nouvelles polémiques sur ce sujet aux prochain faits divers (qui ne devrait pas être trop long à arriver car notre super braqueur, d’après les journaux, ne risquerait qu’une année réelle de prison…) un très bon message envoyé quand on sait ce que sont prêts à faire certains pour quelques poignées d’euros)…

D’ailleurs en regardant dans le détail l’argumentation de la ministre, on voit bien que cela ne tient pas debout. Elle nous dit que les réductions de peine ne sont pas automatiques car les juges ne les accordent pas dans 20% des cas…ce qui veut dire qu’à 80%, les réductions de peine sont bien automatiques. Car dans les 20% se sont les juges qui les refusent, tandis que dans les 80% il n’y a probablement pas de décision d’un juge…Nous sommes donc bien dans l’automaticité. Et en plus, cela montre bien d’ailleurs que notre système marche à l’envers car c’est au juge et à la Justice d’argumenter pour ne pas accorder et non pas au condamné de  prouver sa bonne conduite. Pour rapprocher ceci d’un exemple judiciaire, qu’entendrait-on si c’était à l’accusé de prouver sa non-culpabilité pour ne pas être condamné et non pas l’accusation de prouver la culpabilité dans un procès ? Le monde à l’envers ou plutôt une présomption de bonne conduite donnant le droit à des réductions de peine automatiques…

Dans cette histoire, la droite guimauve est allée s’alliée avec la gauche angélique et on peut dire qu’on est vraiment fixé sur les réelles motivations et surtout sur le courage de cette droite… Comment après nous faire croire à plus de fermeté ? Comment après cela oser parader sur le sujet de la sécurité ? Comment nous dire qu’il y a une différence entre la droite et la gauche sur ces questions ? Et tout ça pourquoi en plus ? Pour ne pas fâcher le lobby des avocats, des juges et des associations (qui combattent toujours la droite) et surtout pour ne pas construire de nouvelles prisons et faire une « bonne gestion » du budget de la Justice. A se demander si on n’économise pas sur les missions régaliennes de l’Etat pour dépenser l’argent dans les gadgets couteux mais socialement populaires (genre RSA jeunes dernièrement). Lamentable, tout simplement…

Publicités

Posted in Droite guimauve | Tagué: , , , | 3 Comments »

Sécurité : et si la droite décomplexée n’était qu’une droite en guimauve…

Posted by echopolitique sur 17 novembre, 2009

Toute ressemblance serait fortuite

Depuis toujours il y a un problème que la droite française n’arrive pas à résoudre : en campagne, elle tient des discours forts, très forts et est élu là-dessus et au pouvoir, elle se comporte de manière molle voire très molle. On veut faire croire à la fermeté (d’ailleurs faites une recherche Google sur « Sarkozy+fermeté », vous verrez que cela marche sur presque tous les sujets) mais on cède sur toute la ligne aux opposants ou alors on n’a pas le courage de gérer les conséquences (médiatiques, politiques, budgétaires…) des paroles et des programmes politiques. Un sujet exemplaire dans ce domaine est la sécurité et surtout de la Justice. On se rappelle tous de la dernière campagne présidentielle et même de l’escalade verbale depuis 2002 (ce qui n’est pas pour moi péjoratif, le pouvoir politique doit aussi avoir une parole forte sur les sujets qui fâchent). On se rappelle du ministre de l’Intérieur N.Sarkozy qui voulait nettoyer la cité des 4000 au karcher,  qui disait que ce ne seront pas les racailles qui feront la loi ou pour remonter à une époque que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre, de Pasqua qui voulait « terroriser les terroristes » (et qui y arrivait assez bien d’ailleurs)… Plus proche de nous, on se souvient surtout des polémiques médiatiques à chaque crime commis par un récidiviste ou un délinquant sexuel ou à chaque émeute. A chaque fois, on nous promet qu’on sera plus dur avec les criminels et les délinquants, que désormais justice sera sévère, que les peines seront appliquées et que le bon peuple pourra dormir tranquille grâce à la future loi qui résoudra tous les problèmes…

Mais voilà, une fois le soufflet médiatique tombé, le principe de réalité reprend ses droits et la droite dure cède la place à la droite molle, celle qui se couche devant la moindre corporation (sur la sécurité ce sont les magistrats et les associations droits-de-l’hommiste) et qui n’est pas capable d’assumer les conséquences budgétaires de ces paroles. Prenons un exemple simple : dans le Figaro du jour, on nous apprend que plusieurs députés UMP (N.Dupont-Aignan est classé dans les députés UMP, ce qui lui fera surement plaisir…ou pas) proposent de supprimer les réductions de peine automatiques afin que les criminels et délinquants purgent leur peine jusqu’à leur terme.  Ceci doit probablement faire suite au dernier fait divers où un criminel condamné à 12 ans de prison était sorti au bout de 7 et ayant récidivé. Mais voilà le gouvernement est contre car ces mécanismes permettent de « gérer la détention » comme disent les professionnels, c’est-à-dire garder le calme dans les prisons et surtout ne pas construire de nouvelles places de prison, budgétairement difficile et politiquement mal vu. D’ailleurs J.L.Warsmann député UMP, président de la commission des Lois et surtout à l’origine du système des remises de peine automatiques en 2004, le dit clairement : la suppression de ces réductions exigerait la construction de nouvelles places de prison. Ou comment la droite prône la fermeté, bombe le torse, roule des mécaniques avant la bataille mais est la première a déserté le combat quand on arrive dans le dur.

Alors voilà comment la droite dure est en fait, une droite en guimauve. L’inverse d’une main de fer dans un de velours. Si le gouvernement et les parlementaires de la majorité veulent réellement lutter contre la délinquance et la criminalité, il faut enfin mettre en adéquation les paroles, les actes et les moyens. La France n’a pas assez de places de prison par rapport a son niveau de délinquance et aux condamnations prononcées, il faut donc en construire et non pas arrêter de condamner ou d’envoyer les criminels en prison. Sinon autant dire, comme la gauche, que les sanctions ne servent à rien.  L’article est d’ailleurs effarant sur l’application des peines dans notre pays. Un condamné peut espérer avoir 5 mois de remise de peine par année de condamnation…presque 50% de réduction. La prison en solde. Espérons que les victimes en demandent autant à leurs bourreaux. Quand en plus on sait que les peines de moins d’un an ne sont jamais effectués, que les peines planchers ne sont pas appliquées par les juges, que la culture de l’excuse prévaut pour les mineurs, la petite délinquance et les 10 premières infractions, on se dit qu’on ne vit pas dans le pays des droits-de-l’homme mais dans le pays des droits-des-criminels. Alors c’est vrai que nos prisons ne sont pas aux normes mais en même temps, les criminels y passent si peu de temps, pourquoi dépenser de l’argent pour les refaire ?

Posted in Droite guimauve | Tagué: , , , , , , | 8 Comments »