Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

Posts Tagged ‘hortefeux’

Sécurité : et si la droite décomplexée n’était qu’une droite en guimauve…

Posted by echopolitique sur 17 novembre, 2009

Toute ressemblance serait fortuite

Depuis toujours il y a un problème que la droite française n’arrive pas à résoudre : en campagne, elle tient des discours forts, très forts et est élu là-dessus et au pouvoir, elle se comporte de manière molle voire très molle. On veut faire croire à la fermeté (d’ailleurs faites une recherche Google sur « Sarkozy+fermeté », vous verrez que cela marche sur presque tous les sujets) mais on cède sur toute la ligne aux opposants ou alors on n’a pas le courage de gérer les conséquences (médiatiques, politiques, budgétaires…) des paroles et des programmes politiques. Un sujet exemplaire dans ce domaine est la sécurité et surtout de la Justice. On se rappelle tous de la dernière campagne présidentielle et même de l’escalade verbale depuis 2002 (ce qui n’est pas pour moi péjoratif, le pouvoir politique doit aussi avoir une parole forte sur les sujets qui fâchent). On se rappelle du ministre de l’Intérieur N.Sarkozy qui voulait nettoyer la cité des 4000 au karcher,  qui disait que ce ne seront pas les racailles qui feront la loi ou pour remonter à une époque que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre, de Pasqua qui voulait « terroriser les terroristes » (et qui y arrivait assez bien d’ailleurs)… Plus proche de nous, on se souvient surtout des polémiques médiatiques à chaque crime commis par un récidiviste ou un délinquant sexuel ou à chaque émeute. A chaque fois, on nous promet qu’on sera plus dur avec les criminels et les délinquants, que désormais justice sera sévère, que les peines seront appliquées et que le bon peuple pourra dormir tranquille grâce à la future loi qui résoudra tous les problèmes…

Mais voilà, une fois le soufflet médiatique tombé, le principe de réalité reprend ses droits et la droite dure cède la place à la droite molle, celle qui se couche devant la moindre corporation (sur la sécurité ce sont les magistrats et les associations droits-de-l’hommiste) et qui n’est pas capable d’assumer les conséquences budgétaires de ces paroles. Prenons un exemple simple : dans le Figaro du jour, on nous apprend que plusieurs députés UMP (N.Dupont-Aignan est classé dans les députés UMP, ce qui lui fera surement plaisir…ou pas) proposent de supprimer les réductions de peine automatiques afin que les criminels et délinquants purgent leur peine jusqu’à leur terme.  Ceci doit probablement faire suite au dernier fait divers où un criminel condamné à 12 ans de prison était sorti au bout de 7 et ayant récidivé. Mais voilà le gouvernement est contre car ces mécanismes permettent de « gérer la détention » comme disent les professionnels, c’est-à-dire garder le calme dans les prisons et surtout ne pas construire de nouvelles places de prison, budgétairement difficile et politiquement mal vu. D’ailleurs J.L.Warsmann député UMP, président de la commission des Lois et surtout à l’origine du système des remises de peine automatiques en 2004, le dit clairement : la suppression de ces réductions exigerait la construction de nouvelles places de prison. Ou comment la droite prône la fermeté, bombe le torse, roule des mécaniques avant la bataille mais est la première a déserté le combat quand on arrive dans le dur.

Alors voilà comment la droite dure est en fait, une droite en guimauve. L’inverse d’une main de fer dans un de velours. Si le gouvernement et les parlementaires de la majorité veulent réellement lutter contre la délinquance et la criminalité, il faut enfin mettre en adéquation les paroles, les actes et les moyens. La France n’a pas assez de places de prison par rapport a son niveau de délinquance et aux condamnations prononcées, il faut donc en construire et non pas arrêter de condamner ou d’envoyer les criminels en prison. Sinon autant dire, comme la gauche, que les sanctions ne servent à rien.  L’article est d’ailleurs effarant sur l’application des peines dans notre pays. Un condamné peut espérer avoir 5 mois de remise de peine par année de condamnation…presque 50% de réduction. La prison en solde. Espérons que les victimes en demandent autant à leurs bourreaux. Quand en plus on sait que les peines de moins d’un an ne sont jamais effectués, que les peines planchers ne sont pas appliquées par les juges, que la culture de l’excuse prévaut pour les mineurs, la petite délinquance et les 10 premières infractions, on se dit qu’on ne vit pas dans le pays des droits-de-l’homme mais dans le pays des droits-des-criminels. Alors c’est vrai que nos prisons ne sont pas aux normes mais en même temps, les criminels y passent si peu de temps, pourquoi dépenser de l’argent pour les refaire ?

Publicités

Posted in Droite guimauve | Tagué: , , , , , , | 8 Comments »

Au nom des auvergnats, je demande la démission de Brice Hortefeux

Posted by echopolitique sur 11 septembre, 2009

Ne sentez-vous pas, vous aussi, le racisme dont sont victimes les auvergnats ? Que fait SOS Racisme pour protéger cette minorité si mal-traitée par le ministre de l'Intérieur...

Ne sens-tu pas, toi l'auvergnat, le breton, le corse, le basque, le chti, le normand, le pîcard, ... , le racisme dont tu es victime ? Et ne demandes-tu pas toi aussi ce que font SOS Racisme, le MRAP, le PS, NPA, les Verts, la LICRA, la HALDE (Azouz Begag et Yazid Sabeg) pour que cela cesse, pour que la bête immonde disparaisse enfin ?

Une nouvelle polémique dérisoire a vu le jour dans notre pays. Il faut dire qu’avec nos professionnels de l’indignation sélective, on ne pouvait pas y échapper. Donc, c’est Brice Hortefeux qui est la cible du politiquement correct et des rois de la pétition à cause de ces propos lors des universités d’été des jeunes de l’UMP. Lors de ce meeting, un jeune d’origine maghrébine d’une délégation auvergnate veut faire une photo avec le ministre de l’Intérieur et J-F.Copé. S’en suit une petite séquence filmée (par une caméra fortuitement bien placée) où le groupe plaisante sur les auvergnats et il faut le dire sur le fait que le jeune ait des origines maghrébines mais qu’« il mange du cochon et boit de la bière ». Le ministre de l’Intérieur répond que « celui-ci ne correspond pas du tout au prototype, alors ! », la militante ajoute « c’est notre petit auvergnat » et B.Hortefeux d’enchainer avec la phrase qui fait polémique « Il en faut toujours un. Quand il y en a un ça va, c’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes ». De quoi parlait le ministre ? Bonne question. Chacun verra midi à sa porte. En tout cas, depuis toute l’opposition et les associations antiracistes sont, bien sûr, montées au créneau pour appeler à la démission du ministre à cause des propos supposés racistes envers les jeunes d’origine maghrébine. Rien de mieux que de nous rejouer le coup de la bête immonde pour mobiliser les troupes, surtout en période de troubles internes.

Mais avant de poursuivre, ouvrons une parenthèse. Cette histoire interroge sur notre société et sur la distinction entre parole privée et parole publique. Désormais, pour les personnalités, il n’y a plus de différence entre les deux : tout est désormais public et les journalistes se font un devoir de traquer leurs paroles pour les mettre en difficulté et vendre un peu de papier. Mais ne croyez pas que vous serez épargnés, vous les français d’en bas, car tout ce qui commence en haut finira par s’appliquer à tout le monde. Bientôt, vous pourrez risquer le licenciement pour avoir insulté votre patron chez vous ou dans votre voiture ou même le tribunal si autour d’une bière dans votre jardin vous tenez des propos sexistes, racistes, négationnistes…et je n’ose vous prédire votre avenir si vous remettez en cause le réchauffement climatique ! Pour cela, il suffira que quelqu’un filme ou relaye le fait que vous ayez blasphémé en privé pour que vous soyez cloué au pilori. J’exagère mais à peine. En tout cas, cette histoire nous montre le véritable danger pour nos libertés dans nos sociétés occidentales. Ce ne sera pas Big Brother superordinateur regardant tout ce que nous faisons, ni même un Etat central imposant une politique de censure et encore moins une agence gouvernementale commençant par HAD et finissant par OPI. Non, le véritable danger sera vous, moi, mon voisin, votre voisin ; en clair chacun d’entre-nous. Le vrai Big Brother qui se profile à l’horizon, sera la toile que constituera le plus grand réseau du monde de tout à chacun surveillant les faits et dires de l’autre pour s’assurer qu’il ne dévie pas la pensée dominante. Cette aimable surveillance zélée amènera à l’autocensure individuelle et collective sous le poids du politiquement correct. Petit à petit, l’autocensure s’imposera à tout le monde et dans une ou deux générations elle sera intériorisée et devenue une norme (comme la repentance enseignée par l’Education Nationale qui est devenue une norme de la jeunesse française). Triste perspective que la société qui nous attend ! Fin de la parenthèse… Lire le reste de cette entrée »

Posted in La libanisation de la société française, Le parti des médias et les Amis du Désastre | Tagué: , , , , , | 9 Comments »