Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

Archive for the ‘Petite réflexion’ Category

Messieurs les députés, prenez enfin vos responsabilités et la part du pouvoir qu’il vous revient

Posted by echopolitique sur 22 octobre, 2009

Messieurs les députés ayez enfin le courage de vos attributions et arrêtez d'être des godillots ! Que l'Assemblée re-devienne un centre de pouvoir où s'élabore les lois et les compromis politiques de notre pays comme dans toutes démocraties...surtout face à un exécutif en campagne permanente et soumis à la dictature court-termiste du politiquement correct...

Messieurs les députés ayez enfin le courage de vos attributions et arrêtez d'être des godillots ! Que l'Assemblée re-devienne un centre de pouvoir où s'élabore les lois et les compromis politiques de notre pays comme dans toutes démocraties...surtout face à un exécutif en campagne permanente et soumis à la dictature court-termiste du politiquement correct...

La majorité parlementaire UMP – Nouveau Centre tangue fortement. Plusieurs sujets ne passent pas, tels que la taxe carbone, la suppression de la Taxe professionnelle, les polémiques Mitterrand et Jean Sarkozy, le gouffre des finances publiques… Mais le gouvernement continue à imposer son projet et ses vœux, quitte à aller à l’encontre de la volonté profonde de sa majorité et à mettre cul par-dessus tête ses électeurs. Les députés et les sénateurs de la majorité ne s’y trompent pas et sont en train de mener une véritable guerilla parlementaire contre le gouvernement à l’occassion de l’examen des projets de loi de finance de l’Etat et de la Sécurité Sociale.Les accroches se multiplient sur la taxe professionnelle, sur le bouclier fiscal, sur toute la politique fiscale et budgétaire…avant peut-être, et espérons-le, une révolte générale des parlementaires de la majorité contre un pouvoir de plus en plus autiste aux électeurs de la majorité et qui bascule de plus en plus dans le camp des élites médiatiques : affaire Mitterrand, Jean Sarkozy, cagnotte au lycée, taxe carbone, RSA jeune…mais aussi la fausse fermeté (c’est-à-dire dans les paroles seulement) sur l’insécurité (hausse de la délinquance et impunité dans les cités), l’immigration (27 000 expulsions seulement dont 17 000 à Mayotte et 6 000 en Guyane autant dire que l’immigration illégale a de beaux jours devant elle en Métropole sans parler des milliers de régularisations déguisées), l’Europe…le sarkozysme ressemble de plus en plus à du chiraquisme, sans assumer que la rupture est remise à plus tard…

D’ailleurs, les députés et sénateurs ne sont vraiment pas loin de se rebeller ouvertement contre l’Elysée et le système du chef suprême qui les écrase et les transforme en godillots admirant le navire français aller dans le mur. Car il ne faut pas se leurrer, tous les députés de la majorité savent que l’exécutif est en train de faire n’importe quoi et surtout de ne pas s’attaquer aux vrais sujets et ce que leurs électeurs pensent de ce pouvoir. Les députés ne supportent plus de suivre un gouvernement qui croit avoir toujours raison et savoir ce qui est bien pour le peuple alors qu’il va au final à l’encontre de ses valeurs, de celles des ses électeurs et plus largement de la France.

Simplement, les députés ne vont pas au bout de la démarche, n’osent pas réellement franchir le Rubicon d’un vrai pouvoir législatif face à un pouvoir exécutif, celui de l’indépendance entre les deux. Indépendance qui voudrait dire de temps en temps opposition voire même crise, sans toutefois aller jusqu’à la censure. Beaucoup me diront que les institutions de la Vème République ne le permettent pas mais cela tient plus au fait que c’est l’Elysée qui tient le parti et donc la boite à investiture et cela les députés en ont très peur. Les institutions de la Vème ne sont pas en cause surtout qu’avec la dernière réforme constitutionnelle qui a fortement limité le 49-3 et donc la suprématie de l’exécutif, les députés se doivent d’accomplir leurs nouveaux devoirs et d’utiliser leurs nouveaux droits. Le devoir de mieux travailler en commission car c’est désormais ce texte issu de la commission qui est étudié en séance, le devoir de contrôler le budget et le gouvernement et le droit de déposer des projets de lois parlementaires avec le partage de l’ordre du jour, le droit de s’opposer à des nominations, le droit de déclencher des référendums d’initiative populaire…même si ces deux derniers ne sont pas encore entrés en vigueur. Alors messieurs, un peu de courage dans votre fonction et pour exercer vos prérogatives…

Publicités

Posted in La libanisation de la société française, Petite réflexion | Tagué: , , , , | 5 Comments »

Nomination au mérite ou élection ?

Posted by lolik11 sur 14 octobre, 2009

Il faudra maintenant le mériter

Il faudra maintenant le mériter.

Ca, c’est Ben, qui égratigne Obama et le comité Nobel. J’aime tellement ses dessins que j’y reviendrai.

Cette nomination n’a pas déclenché de pétition, mais celle éventuelle de Jean Sarkozy n’en finit plus d’agiter le Landernau. D’abord, il s’agira d’une élection au sein d’un conseil d’administration de 17 membres, où l’Etat est majoritaire (8 hauts fonctionnaires et 9 représentants des collectivités locales du coin, dont J. Sarkozy fait partie en tant que conseiller général élu, donc, des Hauts de Seine ). Est-ce idiot de l’élire ? Dans le rôle de relation publique du Président de ce CA, c’est en tous les cas bien pratique d’y trouver une personnalité à forte visibilité.  C’est en général, la règle que suivent les CA. En a-t-il les compétences ? Les membres du CA ont l’air de le penser, en tout cas, elles devraient suffire…d’autant que ce n’est pas le CA qui dirige l’Epad ; les décisions sont prises par le directeur général, qui est actuellement un sous-préfet. Est-ce du népotisme que de le choisir parmi les autres ? Evidemment oui et il y a de la complaisance dans ce choix . Ce mérite du à la naissance est-il d’usage strictement réservé aux Sarkozy ? Marine Aubry n’est-elle pas la fille de Jacques Delors, Frédéric le neveu de F.Mitterand, Marine la fille de J-M le Pen ? Les cris de la gauche, on aurait aimé les entendre, lorsque F. Mitterrand a appelé son fils, Jean-Christophe pour être conseiller aux affaires africaines du Président (il était à l’époque surnommé Papamadi !) et encore plus lorsque celui-ci a été mis en examen dans l’Angolagate. Lui, est élu, certes sur son nom, mais élu quand même, tout comme le fut, l’autre fils de F.Mitterrand, Gilbert, député de la Gironde (je ne me souviens pas qu’à l’époque, cette élection ait fait hurler quiconque). Quand à recevoir des leçons de la Chine en matière de népotisme….

En tout cas, ce n’est politiquement pas malin ; entre le joggeur de Clearstream, la mauvaise vie de Mitterrand, les soutiens ministériels à Polanski et la tartufferie de la cagnottes aux abrutis, c’était pas la semaine pour faire avancer le cv du fils.  Lui aussi, s’il est élu, il faudra qu’il le mérite !

EDIT : pour compléter un peu notre point de vue sur cette polémique qui décidement s’enchaîne à des vitesses incroyables dans ce pays, nous nous posons une simple question : depuis quand les élections se jouent au mérite ? Je ne parle pas des nominations bien sur mais bien des élections…A moins qu’il faille construire la république des experts comme le souhaite toute l’intelligensia française…afin de mieux faire taire le peuple…

Posted in La libanisation de la société française, Petite réflexion | Tagué: , , , | 2 Comments »

Vers une nouvelle nuit du 4 août…

Posted by echopolitique sur 5 août, 2009

4aout-odt_-_OpenOffice-org_Writer_cle8aed81Il y a 220 ans, l’Assemblée constituante décidait d’abolir les privilèges. Enfin ça, c’est l’Histoire qui nous est contée à tous. Dans la réalité, les évènements ont été quelques peu différents et il est assez amusant de lire le récit dans le Monde. On apprend par exemple que ce sont des nobles et détenteurs de privilèges qui ont demandé les premiers leur abolition. On y apprend également que ce sont succédé à la tribune de l’Assemblée des détenteurs de privilèges de tout type, pas seulement seigneuriaux, venus y renoncer. La nuit du 4 aout 1789 met fin également aux « libertés » des provinces et aux privilèges de certaines catégories du tiers Etat (même s’il faudra attendre la loi Le Chapelier supprimant les corporations pour que cela soit réellement effectif) afin d’assurer à chaque français « l’égalité sacrée qu’on appelle l’égalité devant la loi », selon la formule d’Adolphe Tiers. Et voici comment est né l’égalitarisme à la française…

Enfin pas tout à fait, car comme le dit l’universitaire Patrick Savidan dans un interview associée au récit, la philosophie de cette nuit du 4 août est que « D’un côté, certes, ils combattaient les privilèges au prétexte que ceux-ci figeaient les rapports sociaux autour d’« inégalités factices « , fondées sur la naissance ou le rang mais, de l’autre, ils considéraient certaines inégalités comme acceptables : celles dont ils disaient qu’elles étaient « naturelles » parce qu’indexées sur le talent ou la compétence ». En clair, ils étaient bien loin de la vision désormais prônée de lutte contre les inégalités réelles où ce n’est plus l’égalité devant la loi qui est recherchée, ni la fin des privilèges institués mais la fin des inégalités tout court, c’est-à-dire l’égalitarisme…quitte à déroger au principe d’égalité devant la loi et quitte à en passe par un nivellement par le bas. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Petite réflexion | Tagué: , , , , , | 1 Comment »