Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

Les tribunaux français reculent désormais devant les vengeances ethniques

Posted by lolik11 sur 7 octobre, 2010

La magistrature a pesé le poids des ethnies exotiques

La magistrature a pesé le poids des ethnies exotiques

La Chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Montpellier a rejeté pour la 3ème fois la demande de remise en liberté de René Galinier, demandée par le Parquet. Le pépé a été mis en examen et écroué le 6 aout dernier, pour avoir tiré sur deux  cambrioleuses qui s’étaient introduites chez lui pendant sa sieste. Pour justifier ce rejet, la Cour d’appel a estimé que « le maintien en détention est l’unique moyen de mettre fin au trouble exceptionnel et persistant de l’ordre public, provoqué par la gravité de l’infraction, les circonstances de sa commission et l’importance du préjudice » mais également qu’ « une mise en liberté pourrait aussi susciter l’incompréhension dans l’ethnie d’origine des victimes et faire craindre des représailles à l’égard du mis en examen. »

Le deuxième argument est tout simplement scandaleux. La Justice (et non l’Etat) décide de maintenir en détention un homme de 73 ans, atteint d’un cancer, ayant donc besoin de soins, au motif avoué qu’elle n’a pas le courage d’assurer sa protection et a peur de la future vengeance de l’ethnie d’origine des agresseurs ! Au passage, les ethnies viennent d’être reconnues par une Cour d’appel ; imaginez une seconde les « ethnies » inversées dans une instruction, et le nombre de manifestations antiracistes qui s’en suivraient pour dénoncer cette décision…Il faut croire qu’être français de souche est une ethnie qui donne moins de droits que d’être français issu de l’immigration ou étranger ou mieux encore sans-papier. A croire que le seul moyen pour faire libérer le pépé en devienne que les soutiens du papy marquent leur « incompréhension » face à la décision et  « fassent craindre des représailles à l’égard » de ceux qui le maintiennent en détention. On voudrait que les gens s’organisent en milices qu’on ne s’y prendrait pas autrement… En refusant de prendre ses responsabilités, à savoir protéger ses citoyens, même accusés, et en actant sa peur devant la force des représailles d’une communauté, l’Etat par son autorité judiciaire ne fait qu’accélérer la division de la communauté nationale en renvoyant chacun à ses « vieilles solidarités » (religieuses, ethniques, sociales…).

Mais au-delà de ce recul de la Justice, il est tout simplement effarant que la Justice de notre Etat de droit parle d’ethnie dans une de ces décisions et surtout la prenne en compte au point que celle-ci motive sa décision. A croire que le travail de sape des communautaristes de tout poil est beaucoup plus avancé que ce que l’on pouvait imaginer. René Galinier est donc un prisonnier politique. On savait que la Magistrature était acquise aux thèses droits-de-l’hommistes et bien-pensantes (qui est une composante du maintien en détention du papy, stéréotype du petit blanc ayant fait la guerre d’Algérie tirant sur une femme sans défense issue d’une minorité) mais on pouvait penser qu’elle croyait encore à la République une et indivisible, aux citoyens égaux en droit et à la force légitime, monopole de l’Etat. Il semblerait bien que non, que la Magistrature est prête à brader tout ce qui fait la France, son droit, son héritage millénaire, ses valeurs sous couvert d’idéologie. Le hiatus entre la Justice et le peuple se creuse ; celle-ci ferait bien de se souvenir qu’elle rend la Justice au nom du peuple français avant que celui-ci le lui rappelle.

Publicités

2 Réponses to “Les tribunaux français reculent désormais devant les vengeances ethniques”

  1. La déclaration des droits de l’Homme de 1789 est incluse dans le corpus juridique français. La déclaration des droits de l’Homme est issue notament de la Charte des Libertés anglaises, qui prévoit en particulier la protection contre la détention arbitraire.

    En son article IX, cette déclaration prévoit :

    Tout homme étant présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable, s’il est jugé indispensable de l’arrêter, toute rigueur qui ne seroit pas nécessaire pour s’assurer de sa personne, doit être sévèrement réprimée par la Loi.

    En français contemporain, cela signifie que l’on peut détenir quelqu’un avant son jugement que si cette détention est nécessaire pour qu’il n’échappe pas à la justice.

    Or la Cour d’Appel évoque sa protection personnelle. Cet argument est juridiquement contraire à l’article IX.

  2. lolik11 said

    Merci de cette précision qui enfonce totalement la Cour d’appel.
    A bientot

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :