Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

La croisade de l’Europe contre les Nations

Posted by echopolitique sur 19 septembre, 2010

L'inquisition en action

L'inquisition en action

Cette semaine, nous avons atteint un summum lors de la polémique déclenchée par les propos de Viviane Reding insinuant que la France se comportait comme les nazis. Cette commissaire luxembourgeoise, dont le pays soumet à l’obtention d’une autorisation de travail le séjour des roumains et bulgares ce qui est une bonne façon de leur en interdire le séjour, n’a pas eu peur d’aller trop loin. Evidemment, la circulaire en question était scandaleuse mais elle n’était en rien à rapprocher de la déportation des Juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale.

D’ailleurs ce qui est vraiment scandaleux dans cette circulaire est qu’elle se focalise principalement sur les Roms (car facilement expulsables) et ne prévoit pas d’appliquer la loi républicaine aux autres campements ni  autres immigrés clandestins. La politique sarkozyste est totalement hypocrite sur l’immigration (comme sur beaucoup de sujets d’ailleurs), prisonnière des intérêts du MEDEF qui veut une main d’œuvre bon marché permettant de faire pression sur les salaires et à la remorque des attentes populaires (ces fameux électeurs qui l’ont rejoint en 2007) qui n’en peuvent plus de ce multiculturalisme qu’ils vivent au détriment de leur identité, de leur quotidien et de leur pays. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : sur les 29 000 reconduites à la frontière, il y en a la moitié qui s’effectue  à partir de Mayotte et environ 10 000 qui concernent les Roms (qui peuvent revenir dès le lendemain grâce à la libre-circulation en Europe), ce qui fait que le gouvernement Sarkozy expulse en réalité aussi peu que les socialistes…Et en contrepartie, il y a eu 175 000 visas longue durée et 108 000 naturalisations l’année dernière. Et après on nous dit que la France est fermée… Comme le dit J.F.Kahn qu’on ne peut pas soupçonner d’être un sarkozyste forcené, « on n’a jamais fait une politique aussi pro-immigration que depuis 3 ans » (1).

Au final, cet épisode n’a finalement que peu à voir avec les Roms. Il révèle que la Commission Européenne (et toutes les élites européistes) ne supportent plus que les Nations européennes mènent une autre politique que celle décidée à Bruxelles. La Commission Européenne, soutenue par la gauche européenne et une partie du centre, est partie en guerre contre ce qu’il reste de souveraineté nationale des Etats-Nations (2) en cherchant à leur imposer le marché où tout doit circuler librement, biens, capitaux, services et maintenant les populations sous couvert de Droits de l’homme et de développement économique. Cette guerre idéologique et médiatique et donc politique est en cours depuis plus de 40 années et reprend toujours les mêmes arguments : nazification-culpabilisation des populations et gouvernements des pays européens et le « there is no alternative » prôné à longueur de journée par les élites qui font de l’Europe notre horizon indépassable.

Cette stratégie de culpabilisation a tellement bien marché que les ministres français n’ont eu à la bouche que les mots pour prouver leur respect du droit européen (sic !) et des engagements de la France. La Commissaire n’a même pas besoin de prouver que la France ne remplit pas ces engagements, la France est présumée coupable. Soit le renversement de la charge de la preuve, l’Inquisition n’est pas loin. D’autant que la grande Inquisitrice pourrait trouver à employer ses capacités d’indignation en regardant d’un peu plus près ce qui se passe en Roumanie, justement au sujet des Roms et qui se trouve consigné dans les rapports successifs d’Amnesty International que j’imagine disponibles à Bruxelles. Et ce, en dépit des  13 milliards d’euros versés par le Fonds social européen pour justement mieux intégrer les Roms.

La commissaire Reding se prend pour Madame la Préfète de la Région France soutenue par tous les idiots utiles du mondialisme (ultra et alter réunis) qui ne veulent plus de Nations indépendantes. Ces pseudo-excuses n’y changent rien, surtout quand on voit que toute la Commission est sur la même ligne que la Commissaire, qui pour rajouter à la situation, a demandé que la France écrive noir sur blanc une déclaration politique s’engageant à ne pas discriminer les Roms ! Une demande tout simplement inacceptable…Le gouvernement français devrait tout simplement demander la démission de la commissaire européenne et refuser de siéger dans les instances européennes tant qu’elle ne se sera pas s’exécutée(3).

Cette affaire montre aussi que l’Europe est imposée au peuple contre sa volonté, contre leurs intérêts, contre leur souveraineté et contre leurs opinions. L’Union Européenne, tel le Léviathan ne vit que pour elle-même et cherche de plus en plus à imposer sa propre vision de la construction européenne, cette fameuse Europe supranationale, que les peuples rejettent dès qu’on leur donne la parole. L’Union Européenne se transforme d’années en années en un totalitarisme qui contraint les peuples, leur impose un modèle venu d’en haut, qui ne fonctionne pas (4) et que les peuples rejettent. Il est grand temps que les peuples européens recouvrent leur liberté et leur droit à disposer d’eux-mêmes comme cela est inscrit dans la Déclaration des Droits de l’Homme. Ils doivent reprendre possession de leur souveraineté nationale afin de décider librement en tant que peuple de leur avenir et non se laisser dicter par des dirigeants non-élus démocratiquement, des juges internationaux, des fonctionnaires européens, leur sort (5).

1 – Par ailleurs, il faut également regarder ce que dit en off J.F.Kahn sur l’immigration, position bien éloignée de la vision angélique qu’il prône dans son journal. Et il le dit lui-même !  « On ment à la population et qu’on leur cache la vérité » : http://www.dailymotion.com/video/x4xut_j-f-kahn-parle-d-immigration-en-off_creation

2- C’est dans cette même logique qu’il faut regarder l’épisode de D.Cohn-Bendit posant un petit drapeau européen sur le bureau de Vaclav Klaus, le président tchèque, qui refusait d’arborer un drapeau européen sur la façade du palais de la présidence. L’Europe considère désormais les Etats européens comme des provinces conquises qui doivent se soumettre à sa loi.

3- A une époque où l’Histoire voulait dire quelque chose, le général de Gaulle a pratiqué la politique de la chaise vide pendant près de 7 mois. Mais il faut dire qu’à l’époque on avait des dirigeants qui savaient ce que cela voulait dire gouverner…

4- Les exemples de l’échec de l’Europe sont tellement nombreux que je n’en prendrai que 3 exemples : la stratégie de Lisbonne adoptée en 2000 qui devait faire de l’Europe l’économie la plus dynamique du monde, la monnaie unique qui devait nous protéger et enfin l’espace Schengen qui devait de l’Europe un seul et même peuple. Au final, on a une économie avec moins de 1% de croissance depuis 10 ans, une monnaie qui nous pénalise dans la mondialisation et une Europe passoire qui ne contrôle plus ses frontières avec tous les problèmes que cela engendre (immigration clandestine, trafics de drogue, contrefaçon et criminalité organisée…). Mais il semble que personne dans nos pays ne veulent regarder les faits, la réalité telle qu’elle est et se contente de la voir telle que nos élites voudraient qu’elle soit.

5- Le président N.Sarkozy doit maintenant se mordre les doigts d’avoir imposé contre la volonté populaire le traité de Lisbonne qui donne force contraignante à la Charte des Droits Fondamentaux. C’est de cette Charte que la commissaire V.Reding tire son mandat pour jouer à l’inquisitrice des politiques nationales.

Publicités

Une Réponse to “La croisade de l’Europe contre les Nations”

  1. Criticus said

    Les gouvernants des États-membres de l’Union européenne ont beau jeu de pester contre « Bruxelles » : c’est le Conseil européen, formé des chefs d’État et/ou de gouvernement européens qui fixe les grandes orientations de l’Union. Ce sont les conseils de l’Union européenne thématiques, formés des ministres réunis par portefeuille, qui mâchent le travail à la Commission européenne, dont les commissaires sont, d’ailleurs, nommés par chaque État-membre. De surcroît, l’opposition des États-nations n’est pas avec l’Europe (des individus, des familles, des communes, des régions, des nations) mais avec l’Union européenne, qui est un projet mondialiste : l’Europe n’est qu’un laboratoire avant l’extension de ce Léviathan à l’Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Un projet qui, à terme, n’aura plus rien d’européen. En revanche, sera européenne la résistance des nations européennes à cette technostructure. Je suis d’avis que cette résistance ne gagnera que si elle se réapproprie le mot « Europe ». Autrement, je crains fort que nous ne soyons réduits à râler, avant de devoir nous taire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :