Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

Le « vivier environnant » est-il discriminé ?

Posted by lolik11 sur 8 février, 2010

Le commissaire à la diversité, Yazid Sabeg, a crée un mars le Comité pour la mesure et l’évaluation de la diversité (Comedd) qu’il a chargé de lui remettre un rapport sur le sujet.  C’est chose faite depuis vendredi et la conclusion (étonnante) de ce rapport est « que les statistiques sont nécessaires pour mesurer les discriminations ». Ce qui n’est qu’un truisme parmi d’autres, tant il est vrai que si l’on veut mesurer un phénomène, des statistiques sont nécessaires ! Et puis, ça aurait été trop bête que ce comité, réuni tout exprès, conclue que la mesure des discriminations n’était nullement nécessaire au bon fonctionnement de notre pays. Pour y parvenir, il propose d’enrichir le recensement actuellement pratiqué par le recueil d’informations sur la nationalité et le pays de naissance non seulement des individus (ce qui est déjà le cas) mais également de leurs parents ainsi que leur nationalité à la naissance. Car le Comedd a déjà sa petite idée sur la cible des discriminations : les descendants d’immigrés et les français d’Outre-mer.

Le Conseil Constitutionnel  ayant déjà écarté [1] la constitution de référentiel ethno-racial, c’est donc sur les données « objectives » de l’état-civil que c’est rabattu le Comedd, ce qui lui permettra d’établir tout de même une première cartographie méthodique de la société française fondée sur le croisement pays d’origine/nationalité actuelle/ nationalité à la naissance sur deux générations, en espérant que sous ce maillage républicain fourni gracieusement par l’état civil, se dévoilera en filigrane la toile sous-jacente, raciale de notre population.  On notera déjà que pour chaque personne, il s’agira d’analyser pas moins de 9 critères ! Si l’Insee avait prévu de réduire ses effectifs, voila de quoi occuper un nouveau bataillon de statisticiens dont les conclusions risquent d’être terrifiantes !  14% des français, nés en France, dont au moins un des parents était de nationalité française mais né à en Espagne, est fonctionnaire de catégorie C ! Tandis que 20 % sont dans le même cas, si le parent est né à la Guadeloupe ! Qu’en conclure : que le taux de fonctionnarisation est plus élevé à la Guadeloupe qu’en métropole ? Ca, on le savait déjà ! Et ce serait une conséquence assez inattendue de ce rapport que de remettre le doigt sur ce que l’on ne souhaitait pas trop ébruiter …

Cependant, quelques obstacles vont continuer à brouiller cette auscultation ethnique : comment différencier les rapatriés des maghrébins et les enfants de 2ème génération d’immigrés  européens, des enfants d’immigrés africains ? Faudra-t-il passer à la 3ème génération ? Cette question n’est pas que théorique  puisque la  discrimination dans ces groupes risque de se diluer dans l’agrégation. Bref, la Commedd se tortille pour trouver une mesure de la diversité qui ne soit pas ethnique mais qui prouve que l’origine ethnique est bien le fondement de la discrimination. D’ailleurs, les statistiques ethniques ont leurs partisans au premier rand desquels, le Cran. Cran qui ne craint pas dire vouloir combattre le racisme, fondé sur le concept de race et, dans le même temps, faire droit à cette notion en l’utilisant pour classer les individus.  Pour contourner l’obstacle M.Valls se prononce pour le dépôt d’une proposition de la loi permettant d’évaluer les discriminations en se fondant sur le ressenti d’appartenance, cher à Y.Sabeg. Cette méthode, qui  permettra de se sentir sénégalais (si on aime bien les arts premiers) d’origine caucasienne, tandis que ceux qui aiment le banjo pourront se déclarer se ressentir d’appartenance tzigane d’origine asiatique présente tellement de côtés pétillants que je propose que la fonction de « commissaire à la diversité » soit aussitôt rebaptisé par « animateur de la multitude », appellation tellement plus festive pour une entreprise de fraternisation obligatoire.

Pour vérifier la véracité de ses prémisses (l’origine ethnique des discriminations) le Comedd, propose la création d’un dispositif d’observation des discriminations dans l’emploi qui s’appuierait sur la création d’un outil spécifique aux entreprises et aux collectivités : un questionnaire « normalisé », qui permettrait de surveiller les entreprises. Ces questionnaires s’intéresseraient au recrutement, au type de contrat, à la promotion, à la formation et  rémunération  et donneraient pour chacun de ces thèmes, la distribution du personnel par origine !Halde,  (toujours triée sur les 9 critères). L’analyse de ces questionnaires, serait confié à un Observatoire des discriminations qui serait crée au sein de la Halde et  qui confronterait la structure du personnel en place avec la main d’oeuvre disponible « en fonction du  vivier environnant » selon les données locales de l’Insee. La Halde, elle aussi, dont on essayait de réduire le budget de fonctionnement, devrait retrouver avec la mise en œuvre de cette usine à gaz, les marges nécessaires pour doubler son personnel.  Ceci devrait inciter les entreprises à doser leur personnel en fonction de leurs origines pour refléter la population alentour. Inutile de dire que dans les DRH, ça va chauffer : « il nous manque 3 hommes nés en Albanie d’un parent français à l’informatique et on a en surnombre des maliens nés au Mali de deux parents maliens à la logistique ! Sinon, on est à la une du site de la Halde !!  Voila qui promet dans les entreprises et pas seulement dans le privé : j’attends avec impatience les résultats de la radiographie de la Poste et des hôpitaux.

Devant, la difficulté de l’entreprise et afin d’apporter ma pierre au monumental édifice, je propose que quatre professions, choisies dans des secteurs d’activité en pointe, soient officiellement désignées pilotes dans cette nouvelle avancée : les chirurgiens, les pilotes d’avions, les parlementaires et les gestionnaires de portefeuille boursiers. J’estime, pour ma part, que ces professions sont assez représentatives  des secteurs potentiellement discriminants et qu’elles sont suffisamment bien représentées sur tout le territoire pour qu’un essai grandeur nature puisse valider l’hypothèse hautement probable d’une discrimination fondée sur l’origine ethnique.  Je propose donc  en leur sein, le remplacement, en fonction de la « main d’œuvre  disponible dans le vivier environnant » des compétences par la représentation au plus juste de la diversité. Pour faire bonne mesure, la contre-expérience de recrutement des serveurs chez Macdo pourra être avantageusement menée à Neuilly ainsi que celle des monteurs en parpaing à St-Germain des Prés.

[1] 15 novembre 2007, le Conseil constitutionnel a censuré l’article 63 de la loi relative à la maîtrise de l’immigration, à l’intégration et à l’asile.

Publicités

3 Réponses to “Le « vivier environnant » est-il discriminé ?”

  1. René said

    Et dans le 9-3, évidemment, on va discriminer à tout va les Blancs d’origine francilienne ! Il faut vite alerter la Halde…

  2. LOmiG said

    Excellent article merci … la fin m’a franchement bien fait rigoler…!!!

  3. lolik said

    Salut à vous deux
    Oui, il faudra constituer des comités de vigilance pour les pauvres blancs oubliés du 93; A moins que toutes les entreprises déménagent pour éviter les viviers environnants qui les obligeraient à recruter divers au lieu de compétent. Quelle poilade ce serait !
    Quant aux pilotes et chirurgiens issus de la diversité, les bons, pas sûrs qu’ils approuvent ces dernières couillonnades…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :