Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

Dubaï : alors les faillites d’Etat n’existent toujours pas…

Posted by echopolitique sur 27 novembre, 2009

Dubaï vient à peine d'achever la construction de la Tour la plus haute du monde que le pays est en faillite...

Mercredi dernier, Dubaï annonçait un moratoire sur le remboursement de la dette de son holding public Dubaï World. Ce moratoire, qui dit que jusqu’au 31 mai 2010, rien ne sera remboursé, doit permettre à Dubaï de réorganiser sa dette qui s’élève à 80 à 90 milliards de dollars (dont 59 milliards pour son holding public) et représente 70% du PIB . En clair, Dubaï a annoncé hier qu’il était en quasi-faillite. Cette annonce a provoqué une onde de choc importante sur les marchés financiers avec de fortes pertes et surtout des dégradations de notation des entreprises et les dettes des pays de la région mais heureusement (hasard ou coïncidence), Wall Street était fermé jeudi.

La vraie question que tout le monde se pose est désormais de savoir quel sera l’ampleur du jeu de dominos et si cela va déstabiliser l’économie mondiale...encore. Les premières inquiétudes portent tout d’abord sur les Etats voisins du Golfe tels qu’Abu Dhabi car Dubaï était leur centre financier et toutes les banques et grandes entreprises de la région sont étroitement associées au petit émirat dépourvu de pétrole. La faillite de l’émirat affaiblit ses voisins mais jusqu’à quel point ?  Ensuite, beaucoup d’établissements bancaires ont fortement investi depuis 10 ans à Dubaï et plus encore depuis la crise des subprimes, Dubaï étant devenu une espèce de destination refuge. Les dépréciations et pertes qui vont venir seront moins importantes que pour les subprimes (on parle tout de même de 1,1 milliard pour BNP, 11 milliards pour HSBC…) mais le mécanisme est le même et tout le monde redoute que le système bancaire soit de nouveau touché surtout si la contamination devait atteint les autres pays du Golfe. Et enfin, il y a de grands risques qui viennent du fait que Dubaï et les autres pays du Golfe possèdent des participations dans de nombreuses entreprises européennes, américaines ou asiatiques. Si ces participations devaient être vendues pour faire face aux créances, ce sont des actionnaires de référence (et souvent stabilisateur comme dans le cas d’EADS ou Daimler) qui partiraient, laissant la porte ouverte à un futur incertain…Pour le moment, pour régler ce petit problème, Dubaï a émis une nouvelle tranche de 5 milliards d’obligations souscrites par Abu Dhabi (on voit Ponzi poindre le bout de son nez). Il ne manquerait plus que le FMI se porte au secours des finances des îles en forme de palmier ! Aussitôt la nouvelle connue Moodys’ et Fitch ont abaissé note de la holding à BBB- , confirmant au passage que les agences de surveillance ne surveillent rien du tout et ne sont que des caisses enregistreuses des défauts de paiement avérés.Pour faire sérieux, elles ont quand même annoncé qu’elles allaient réviser la position de 17 banques et de 5 sociétés d’investissement des Emirats Arabes Unis dans les semaines à venir !

Les accros de la dépense publique et les archéo-keynésiens qui nous serinaient que les Etats ne pouvaient pas faire faillite en sont pour leurs frais. Il y avait bien eu des alertes un peu avant mais tout le monde avait lié cela à la crise financière et à des excès dans les modèles de développement économique non-supportables (substenable growth). Ils feront probablement de même avec Dubaï en expliquant que l’émirat avait tout misé sur l’économie financière (comme l’Islande et la Grande-Bretagne), la spéculation immobilière (comme les Etats-Unis ou l’Espagne) et le tourisme de luxe, 3 secteurs en crise. Ceci est vrai mais n’efface pas le fait qu’un Etat peut faire faillite et que la faillite arrive par la dette et son fardeau.  Au final, peu importe comment la dette a été contractée, que ce soit pour construire des tours ou des îles artificielles ou pour payer des fonctionnaires et offrir des allocations, le fardeau reste le même ainsi que le risque de faillite.

Cela nous ramène donc à la situation de la France et à sa gigantesque dette. Je ne rappellerai pas l’urgence du désendettement que personne ne veut entendre. Par contre, peut-être que les gens commenceront à comprendre ce qui se joue quand la France perdra sa notation AAA qui lui permet de continuer à se shooter à la dette à bon prix. D’ailleurs, nous n’en sommes pas si loin que ça, comme l’a montré la polémique WoerthGuaino sur le grand emprunt (le premier annonçant un faible montant quand le deuxième disait qu’il n’y avait pas de limite car c’était une décision politique) qui a obligé F.Fillon à intervenir fortement contre « les conseillers de l’Elysée » qui ne font pas partie de l’exécutif. Il faut dire que Fillon savait de quoi il retournait et pas seulement de politique politicienne : si la France ne mettait pas de limites à son grand emprunt, les agences de notation menaçaient de déclasser la note de la France, il fallait donc rassurer tout le monde. Ce qui a été fait et puisque Guaino n’est pas revenu à la charge, cela montre que la situation devait être très difficile… Conclusion : la France est loin d’être à l’abri d’une faillite, la dette représente un risque réel sur notre pays et il serait intelligent de commencer à s’en occuper au lieu de continuer à gaspiller l‘argent public.

Publicités

2 Réponses to “Dubaï : alors les faillites d’Etat n’existent toujours pas…”

  1. Jean said

    Une meilleure mesure de gaspillage d’argent public, c’est la tva a 5,5% pour la restauration..

  2. lolik11 said

    D’autant qu’avec les 3 milliards de la mesure on aurait pu totalement supprimer l’ISF, mesure qui elle, aurait eu des retombées économiques autrement plus importantes que la baisse de 1% des prix de la restauration.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :