Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

B.Hortefeux ou l’impuissance des tabous

Posted by echopolitique sur 5 novembre, 2009

article_WEB-CartePoliceQuartier-Q

Encore et toujours des lois ou des nouvelles mesures qui ne règleront jamais les problèmes...

Cette semaine, B.Hortefeux a « lancé l’idée d’un couvre-feu ciblé sur des mineurs délinquants » de moins de 13 ans. Cette proposition serait une réponse à l’augmentation de la délinquance des mineurs (5% en un an pour atteindre 18% et 48% des membres des bandes sont des mineurs d’après le ministre). Alors bien entendu, la gauche, les magistrats sont montés au créneau sur la rengaine habituelle du gouvernement sécuritaire, démagogique, incantatoire…le train-train habituel. Mais les policiers également sont montés au créneau pour dénoncer une mesure inapplicable. Et comment ne pas leur donner raison ? Déjà sur le plan juridique les policiers ne peuvent pas mettre en garde à vue un mineur de moins de 13 ans donc quid de ceux qui n’acceptent pas de rentrer chez eux ? Mais surtout comment savoir que les mineurs de moins de 13 ans que les policiers rencontrent dans la rue sont des mineurs délinquants ? J’entends déjà la HALDE, le MRAP, SOS Racisme et le CRAN dénoncer les contrôles au faciès. Et enfin, la proposition est que les mineurs de moins de 13 ans délinquants ne doivent pas sortir sans un adulte, donc si le mineur délinquant sort avec son chef de bande majeur, c’est bon ? Et puis il y a, bien entendu, la vraie question qui est celle de confier à la police avec des lois et des décrets, encore et toujours plus de missions inapplicables pour faire de l’affichage.

Mais cette proposition aussi absurde qu’elle puisse être, traduit un symptôme, un symptôme fort même…Comme F.Mitterrand qui disait que « contre le chômage, on a tout essayé » en 1993, B.Hortefeux essaie de nous dire que contre la délinquance on a tout essayé…et donc bonnes gens, vous allez devoir endurer cela encore le temps qu’il faudra. Mais comme il est couru de répondre à F.Mitterrand désormais, je serais également tenté de dire au ministre  « sauf ce qui marche ». Ou plutôt le vrai problème du ministre est qu’il essaie de lutter contre la délinquance avec les moyens du bord sans remettre en cause le fond du problème, le fond structurel des choses et donc les tabous qui pèsent sur la société française. Cela donne une politique volontariste et qui peut présenter quelques succès (période Sarkozy après l’échec de la gauche) mais cela ne règle jamais le fond des choses. La délinquance revient donc lorsque les délinquants ont compris les nouvelles méthodes et comment opérer pour les contourner.  C’est le cadre de pensée qu’il faut changer.

En effet, cela fait 20 ans que la droite et la gauche s’affrontent sur les deux faces d’une même médaille prévention-répression. Cela a commencé il y a fort longtemps et déjà sous Pasqua nous avions ces discussions. Le fond du problème est qu’il n’y a pas de choix à faire entre prévention ou répression. La gauche se fourvoie quand elle ne veut pas sanctionner les infractions et la droite se fourvoie en croyant que la sanction réglera le fond du problème. Les deux sont obligatoires mais pire, les deux ne résoudront jamais le problème dans le cadre actuel. Le problème des politiques de la lutte contre la délinquance est qu’il n’abat pas les tabous à la base de tous les problèmes. Je vais vous donner deux exemples simples, un qui concerne la droite et l’autre la gauche.

La France relâche tous les condamnés à moins d’un an de prison à cause des lois sur les aménagements de peine qui elles-mêmes viennent du fait que nous n’avons pas assez de prisons par rapport aux nombres de condamnés. Voilà un premier tabou que la droite doit abattre dans sa gestion de la délinquance. Si elle demande plus de fermeté à tout le monde (et ça serait bien que les magistrats condamnent enfin les « jeunes » pour les délits et crimes commis et un peu plus sévèrement que ça), il faudrait peut-être qu’elle s’assure aussi que cette fermeté soit respectée. Et donc si nous avons besoin de 100 000 places supplémentaires de prison, il faut que le gouvernement les construise et vite et surtout en assume les conséquences au niveau de la communication et du budget. De même, la droite parle toujours de tolérance zéro mais n’a jamais osé mettre en place de véritables peines automatiques ni de peines plancher. Des règles simples qui tomberait comme des maximes : insulter un agent de police ou dépositaire de l’autorité publique, c’est des TIG, le frapper c’est de la prison ferme et le tuer, c’est la peine de mort la perpétuité ou encore 3 récidives, c’est la peine maximale pour l’infraction. La sanction doit être automatique, claire et un peu disproportionnée pour être réellement efficace. Mais là encore, la droite n’aura jamais le courage de mettre en place une politique qui peut réussir.

Deuxième exemple, pour la gauche cette fois. Cela fait 30 ans que la gauche trouve des excuses aux délinquants des cités en nous disant que ce n’est pas de la faute des petits anges qui y habitent car ils vivent dans un environnement dégradé où se concentrent les cas les plus difficiles, les problèmes sociaux, d’intégration, le manque de moyens, de service public, d’Ecole de qualité, etc.…Vous connaissez la litanie de la culture de l’excuse autant que moi. Si les cités représentent un problème aussi profond que l’injection de milliards et de milliards depuis 30 ans n’a pas su régler, il serait temps que la gauche (mais aussi la droite) en tire les conséquences et pense tout simplement à détruire les cités, les raser, pour construire des habitations vivables à la place. Je suis sur que beaucoup de français serait heureux d’habiter dans une Seine Saint Denis non-transformée en pays du tiers-monde. Et même pour aller plus loin, on nous dit que le problème est celui de la mixité sociale. La gauche a donc fait une loi d’affichage sur les logements sociaux (car pas de véritables impacts sur les communes) mais a oublié de traiter l’autre face du  problème. S’il doit y avoir 20% de logements sociaux dans toutes les communes de France de plus de 3500 habitants, il devrait également y avoir un plafond maximum de 30% de logements sociaux. Sinon ce sont les mêmes problèmes qui se répéteront encore et toujours. Je ne parle même pas des critères d’attribution des logements sociaux…

Donc conclusion, la délinquance va continuer à augmenter tant que la France ne s’attaquera pas aux fondements des problèmes et les différents gouvernements de droite comme de gauche ne peuvent que faire de la surenchère, chacun dans leur domaine : la droite dans des mesures d’affichage de plus en plus répressives mais jamais appliquées, la gauche dans la culture de l’excuse, la rejet de la faute sur la société française et la prévention comme solution illusoire…peut-être en attendant que M.Hirsch instaure une « cagnotte » pour les délinquants qui n’ont pas commis de délit dans une année scolaire…

Publicités

5 Réponses to “B.Hortefeux ou l’impuissance des tabous”

  1. falconhill said

    Salut gars,

    Sur le fond, ça ne me choque pas une seule seconde cette proposition. Quoique je ne comprends pas pourquoi on attendrait 23 heures pour les rentrer chez eux, ceux qui emmerdent des quartiers et des villages. Ils auraient le droit de pourrir la vie de leurs concitoyens de 6 heures du matin à 23 heures du soir ?
    Non, sans doute mon coté droite, mais j’ai envie d’être très liberticide avec ceux qui emmerdent les gens et la société, et ceux qui ne respectent pas les règles du « vivre ensemble ».

    Mais sur la forme, cela s’applique comment ? Y a pas de moyen. Et qui va faire appliquer la loi ? Encore une idée lumineuse, qui choque les bienpensants. Mais on applique les choses comment ?

    Enfin, on parle toujours de ça, ça va faire depuis 2002 que la droite est revenue au pouvoir. J’aurais pu prétendre à plus d’efficacité et moins de mot en matière de sécurité… Soupir…

    Bonne journée

    • Bonjour le Faucon,

      C’est très exactement ce que je dis : la droite depuis son retour au pouvoir promet des lois liberticides mais inapplicables réellement pour différentes raisons (pas de moyen certes mais pas non plus également de déclarer la guerre aux caids des cités)…

      Tant que la droite ne dépassera pas les tabous qui la marquent elle et la société française, il sera impossible de résoudre le fond du problème de la criminalité. Il suffit de voir les exemples de certains autres pays ou de grandes villes américianes pour voir que lutter contre la délinquance est possible, à la condition de le vouloir réellement…

      le problème est qu’avec ses propositions et lois d’affichage, cela produit l’inverse des effets attendus : les bien-pensants sont vent debout et font reculer les ministres sur le fond (exemple des fichiers de police ou des explusions), les soutiens d’une politique plus dure commencent réellement à s’impatienter et à se détourner (mon cas est exemplaire à ce propos) et surtout la vie des gens continuent à se dégarder…La droite parlementaire actuelle sera éclatée entre une poltiique de centre-gauche et des discours dedroite dure…La fuite en avant sarkozyste telle que le dit Nicolas Dupont-Aignan

  2. Ben said

    Bonjour,

    Interessant cet article. Pour ma part, ce qui me choque c’est qu’une fois de plus : l’Etat va accroitre son rôle de Papa poule ! Si des gamins de moins de treize ans se baladent seuls la nuit dans les rues, c’est d’abord et surtout parce que les familles (et donc les parents) ne font plus leur boulot. Ca n’est pas à l’Etat de dire aux petits garçons « allez rentre chez toi, il fait nuit ». C’est aux familles de s’assurer que leurs enfants ne traient pas le soir.

    Tout comme l’Etat entend prendre le relai des familles sur la question de l’absentéisme, il va maintenant s’occuper de raccompagner les enfants le soir. Après nous rappeler sur tous les supports médias « ne mangez pas trop », « faites du sport », « ne fumez pas, ca fait du mal à vos petits poumons », nos hommes politiques, adeptes du tout-doit-être-légiféré vont encore un peu plus loin dans le maternage. Au lieu de donner une cagnotte aux éléves, il me semble bien plus judicieux de pénaliser les familles dont les enfants feraient de l’absentéisme. Je paye mes impôts, je veux bien payer pour la collectivité, mais je n’ai pas envie de payer pour des familles qui sont infoutues de s’assurer que leur gamin va bien à l’école.

  3. René said

    Eh bien ça décoiffe ! Et c’est très bien comme ça. Mais on va se faire taper dessus, les gars. Je dis « on », parce j’approuve (presque) totalement.

    D’abord, j’approuve l’article, évidemment. Sauf pour les peines automatiques. C’est la négation du troisième pouvoir, le troisième pilier de la démocratie et qui n’a rien d’inférieur aux deux autres : le pouvoir judiciaire. Attention à ne pas nier les fondements mêmes du seul système qui permet le respect de la liberté. J’ai bien dit « qui permet le respect », et pas « qui respecte ». La différence, c’est une question de méthode. Pas de principes, lesquels sont immuables. Et la séparation des pouvoirs en est un.

    Ensuite, j’approuve le Faucon. Sauf qu’il ne suffit pas de dire qu’on n’a pas les moyens de mettre en oeuvre une vraie politique. Il faut se les donner, les moyens, en récupérant les financements par la suppression de mesures idiotes même quand elles sont populaires. Je ne crois pas qu’un gouvernement ait à se soucier de sa popularité. On ne lui demande pas d’être populaire, on lui demande d’être efficace. Pour ça, il ne faut pas que ces bons Messieurs pensent uniquement à leurs carrières politiques. Vaste problème, et vaste chantier…

    Enfin, j’approuve Ben. Il ne sert à rien de faire de la morale paternaliste, ce qui est tout bonnement insupportable. Il faut frapper au porte-monnaie les vrais responsables (dans le cas qui nous occupe ici, les parents)

  4. symptomes said

    En effet très difficile d’appliquer cette mesure !
    Les policiers ont déjà (parfois) beaucoup de travail, il ne faut pas rajouter des éléments comme celui-ci…
    Gael

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :