Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

Monsieur A. Montebourg, allons au fond du sujet et annexons l’Afghanistan

Posted by echopolitique sur 27 octobre, 2009

Montebourg 2

A.Montebourg ou le calcul de la gauche : ils ont perdu le peuple (ouvriers/employés/classes pauvres et moyennes) depuis 30 ans et lui cherchent un prolétariat de substitution. D'où les demandes répétées d'ouverture massives des frontières aux immigrés, qui acquerront la nationalité et donc pourront voter pour eux bientôt...

Des choses très surprenantes se passent en France. Alors que jour après jour, nous découvrons (ou plutôt faisons semblant de découvrir) la situation du pays et de ses « quartiers » en perdition, minés par le communautarisme ethnico-religieux, les difficultés d’intégration des nouveaux arrivants (depuis 30 ans) et de la génération suivante, les problèmes de l’Education Nationale qui n’arrive plus à jouer son rôle de creuset de l’assimilation, les problèmes d’insécurité, de logement, d’un modèle social à la dérive et ce malgré la chape de plomb médiatique qui nous invite encore à croire que ce sont des « quartiers populaires », certains continuent à ne pas vouloir regarder la vérité en face et pire, proposent de continuer et d’accélérer en direction du mur en appuyant  sur le klaxon. Le dernier en date est Arnaud Montebourg, député socialiste qui a déclaré, à l’occasion de la polémique sur le renvoi de 3 Afghans dans leur pays, « que la France devrait accueillir tous les réfugiés car la France peut encore assimiler des populations très diverses ».

Mais peut-être que le député ex-non cumulard ne vit pas dans le même monde que nous et peut-être, ceci expliquant cela, que nous n’avons pas compris tout ce qu’il nous dit. Qu’est que veut dire tous les réfugiés ? Que veut dire la France ? Que veut dire assimiler des populations très diverses ? Voilà de très bonnes questions qui mériteraient des éclaircissements de la part du député. Nous allons essayer de le faire pour lui.

Tous les réfugiés, cela veut-il dire toute personne dans le monde considérée comme un vrai réfugié selon des critères définis par la République et dont le dossier est accepté par l’OFPRA (qui n’est pas le moins généreux et le plus regardant sur les demandes) ? Ou alors, est-ce la définition bien-pensante d’un réfugié c’est-à-dire toute personne vivant dans un pays en guerre et même toute personne vivant dans un pays moins développé que la France ?

La France, mais qu’est-ce que la France pour ceux qui ont combattu les Nations, le patriotisme, les frontières, l’autorité de l’Etat, l’Histoire nationale et ses grandes figures, le racisme supposé de tous ses habitants…Est-ce, en référence à la définition d’Ernest Renan, une nation civique, c’est-à-dire un choix d’autodétermination d’un ensemble de personnes habitant un même pays, appartenant à la même communauté nationale et partageant des valeurs, des traditions, une identité commune forgée par l’Histoire (que certains auront pris en cours de route mais assumant d’en faire partie désormais) et voulant continuer à vivre ensemble et à faire de grandes choses ensemble ? Est-ce simplement un territoire sur lequel tout le monde peut venir s’installer à peu près librement, doté d’un modèle social attractif financé par son Etat-nounou, hyper-envahissant, hyper-réglementateur et surtout hyper-généreux et qui donne la nationalité après quelques années de présence, précieux sésame pour encore plus de droits ?

Assimiler des populations très diverses : là encore qu’est-ce à dire ? Cela veut-il dire les faire devenir français dans leur mode de vie et dans leur cœur comme la France l’a fait jusqu’à la fin de la 2nde Guerre Mondiale ou simplement les laisser s’installer tranquillement en espérant qu’ils respectent un minimum la loi, s’ouvrir un peu à leur culture au nom de la diversité et prier pour que le temps fasse le reste (et regarder ailleurs si cela se passe mal) ? Et assister, en l’acceptant d’avance, à l’importation de toutes mœurs, idéologies, coutumes au nom de l’enrichissement apporté par la diversité ?

La France peut assimiler encore ? Parce que l’assimilation actuelle serait réussie ? Un petit voyage à St-Denis (93) et dans nos « quartiers » s’impose…Où peut-être que A.Montebourg fait comme ses aînés, c’est-à-dire un choix politique en faveur d’un peuple de substitution pour remplacer le peuple d’avant qui ne vote plus à gauche. Dans les années 80 et au moment du tournant de la rigueur, les électeurs communistes et socialistes d’en bas sont passés corps et âmes au FN (puis chez Sarkzoy en 2007). La gauche a donc du trouvé un peuple de substitution pour des besoins électoraux. Comme dit Joffrin, l’immigré a désormais remplacé l’ouvrier dans l’imaginaire de gauche. Et avec des procédures de naturalisation rapide, la gauche espère se refaire un capital électoral. Le seul problème de cette fuite en avant est que le peuple anciennement de gauche continuera à s’éloigner de la gauche (il suffit de voir les scores de Sarkozy dans l’électorat fonctionnaire, ce qui est un vrai exploit pour un homme de droite libérale) et que ceux du peuple de substitution qui se seront véritablement intégrés suivront le même chemin (il suffit de regarder les tendances électorales de la communauté asiatique)…D’où la tentation à gauche d’un abandon de l’assimilation pour une intégration communautariste qui ne marche pas et laisse donc leur potentiel de voix intactes…Quand on vous disait que tout est politique….

Mais pour revenir à notre petite explication de texte, je pense que malheureusement les réponses du député sont plus près des dernières propositions que des premières. Heureusement qu’A. Montebourg ne dirige pas la politique d’asile et d’immigration en France…Mais juste pour rire, si tous les Afghans peuvent venir vivre en France, ne faudrait-il pas que l’on commence à s’interroger sur le fait que l’Afghanistan devrait être la France ? Ne faut-il pas aller leur apporter la chance de vivre en France dans leur pays afin qu’ils n’aient même pas la souffrance du déracinement ? Je vous vois froncer les sourcils, ne serait-ce pas colonisateur ou même bushiste de vouloir exporter la démocratie…Non rien de tout ça, mais je ne veux pas que sous couvert de générosité et d’ouverture on assiste à un néocolonialisme inversé où tous les citoyens de pays pauvres, en guerre ou moins développés que la France aient le droit de venir en France mais que l’inverse ne soit pas vrai pour un sou…Soit exactement ce qui est en train de se produire actuellement.

Publicités

7 Réponses to “Monsieur A. Montebourg, allons au fond du sujet et annexons l’Afghanistan”

  1. Criticus said

    Absolument, la gauche française actuelle est néo-colonialiste. Zemmour l’épingle souvent là-dessus.

  2. René said

    Je suis totalement d’accord avec ça. La gauche est en train de mettre en miettes ce qui a fait dire de la France qu’elle était un modèle d’intégration. Si le PS était aux manettes, nul doute que le communautarisme serait de règle (alors qu’il n’est encore que de fait). Et l’idée du parallèle avec le colonialisme me plait bien : il s’agit d’aller chercher « ailleurs » ce qui nous manque. Jadis, c’étaient de la main d’oeuvre et des matières premières, aujoud’hui ce sont des électeurs. La démarche est la même. Les conséquences seront les mêmes. Mais le court-termisme est un sport national, et pas seulement à gauche cette fois…

  3. mischka said

    Je partage votre analyse sur les questions abordées dans cet excellent billet et notamment le constat que la gauche cultive le mépris du peuple. Celle-ci soutient tous les peuples, excepté le peuple français. La gauche ne le connaît plus.

    Guy Konopnicki dans son livre « La banalité du bien » notait à ce propos:

    « Nous n’avions pas pardonné aux ouvriers français d’avoir préféré en Mai 68 des augmentations salariales à la Révolution, leurs médiocres congés payés dans leurs minables Renault 4 plutôt que le grand soir. Nous avions pris au pied de la lettre les conseils ironiques de Brecht qui avait proclamé « Le peuple refuse le communisme ? Il faut dissoudre le peuple. » Nous avions dissous le peuple. Il avait été submergé par la vague innombrable et inépuisable des nouveaux damnés de la terre. Parce que nous avions échoué à changer l’homme, nous avions changé les hommes. Le Pen nous avait bien aidés. »

  4. Criticus said

    @ Mischka

    C’est bien issu de La banalité du bien, de Guy Konopnicki ?

    Pouvez-vous entrer en contact avec moi : criticusleblog@gmail.com ?

    • mischka said

      Bien vu Criticus d’autant que votre commentaire était prémonitoire : « Zemmour l’épingle souvent là-dessus ».
      Après vérification l’ extrait est issu du livre « Petit Frère » d’Eric Zemmour et avait été archivé par moi même, à tort, dans un texte de GK .
      Milles excuses à tous.

  5. Oui ce passage est d’Eric Zemmour… Il est d’ailleurs très très juste et sympbolique de l’évolution de la gauche depuis les années 80.

    Mais ce qu’ils ne comprennent pas c’est que le positionnement du PS canal historique est initéressant désormais pour les nouveaux immigrés devenus français : les plus pauvres votent encore plus à gauche et ceux qui s’intégrent votent à droite clairement. Il ne reste que ceux qui veulent le communautarisme qui pervertissent le vote socialiste (genre 1ere gauche) pour l’amener sur le terrain de la deuxième. Cela fait 30 ans que le PS devient communautarisme par nécessité électoral. Mais que cela ne paye pas et donc qu’il y a fuite en avant…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :