Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

Messieurs les députés, prenez enfin vos responsabilités et la part du pouvoir qu’il vous revient

Posted by echopolitique sur 22 octobre, 2009

Messieurs les députés ayez enfin le courage de vos attributions et arrêtez d'être des godillots ! Que l'Assemblée re-devienne un centre de pouvoir où s'élabore les lois et les compromis politiques de notre pays comme dans toutes démocraties...surtout face à un exécutif en campagne permanente et soumis à la dictature court-termiste du politiquement correct...

Messieurs les députés ayez enfin le courage de vos attributions et arrêtez d'être des godillots ! Que l'Assemblée re-devienne un centre de pouvoir où s'élabore les lois et les compromis politiques de notre pays comme dans toutes démocraties...surtout face à un exécutif en campagne permanente et soumis à la dictature court-termiste du politiquement correct...

La majorité parlementaire UMP – Nouveau Centre tangue fortement. Plusieurs sujets ne passent pas, tels que la taxe carbone, la suppression de la Taxe professionnelle, les polémiques Mitterrand et Jean Sarkozy, le gouffre des finances publiques… Mais le gouvernement continue à imposer son projet et ses vœux, quitte à aller à l’encontre de la volonté profonde de sa majorité et à mettre cul par-dessus tête ses électeurs. Les députés et les sénateurs de la majorité ne s’y trompent pas et sont en train de mener une véritable guerilla parlementaire contre le gouvernement à l’occassion de l’examen des projets de loi de finance de l’Etat et de la Sécurité Sociale.Les accroches se multiplient sur la taxe professionnelle, sur le bouclier fiscal, sur toute la politique fiscale et budgétaire…avant peut-être, et espérons-le, une révolte générale des parlementaires de la majorité contre un pouvoir de plus en plus autiste aux électeurs de la majorité et qui bascule de plus en plus dans le camp des élites médiatiques : affaire Mitterrand, Jean Sarkozy, cagnotte au lycée, taxe carbone, RSA jeune…mais aussi la fausse fermeté (c’est-à-dire dans les paroles seulement) sur l’insécurité (hausse de la délinquance et impunité dans les cités), l’immigration (27 000 expulsions seulement dont 17 000 à Mayotte et 6 000 en Guyane autant dire que l’immigration illégale a de beaux jours devant elle en Métropole sans parler des milliers de régularisations déguisées), l’Europe…le sarkozysme ressemble de plus en plus à du chiraquisme, sans assumer que la rupture est remise à plus tard…

D’ailleurs, les députés et sénateurs ne sont vraiment pas loin de se rebeller ouvertement contre l’Elysée et le système du chef suprême qui les écrase et les transforme en godillots admirant le navire français aller dans le mur. Car il ne faut pas se leurrer, tous les députés de la majorité savent que l’exécutif est en train de faire n’importe quoi et surtout de ne pas s’attaquer aux vrais sujets et ce que leurs électeurs pensent de ce pouvoir. Les députés ne supportent plus de suivre un gouvernement qui croit avoir toujours raison et savoir ce qui est bien pour le peuple alors qu’il va au final à l’encontre de ses valeurs, de celles des ses électeurs et plus largement de la France.

Simplement, les députés ne vont pas au bout de la démarche, n’osent pas réellement franchir le Rubicon d’un vrai pouvoir législatif face à un pouvoir exécutif, celui de l’indépendance entre les deux. Indépendance qui voudrait dire de temps en temps opposition voire même crise, sans toutefois aller jusqu’à la censure. Beaucoup me diront que les institutions de la Vème République ne le permettent pas mais cela tient plus au fait que c’est l’Elysée qui tient le parti et donc la boite à investiture et cela les députés en ont très peur. Les institutions de la Vème ne sont pas en cause surtout qu’avec la dernière réforme constitutionnelle qui a fortement limité le 49-3 et donc la suprématie de l’exécutif, les députés se doivent d’accomplir leurs nouveaux devoirs et d’utiliser leurs nouveaux droits. Le devoir de mieux travailler en commission car c’est désormais ce texte issu de la commission qui est étudié en séance, le devoir de contrôler le budget et le gouvernement et le droit de déposer des projets de lois parlementaires avec le partage de l’ordre du jour, le droit de s’opposer à des nominations, le droit de déclencher des référendums d’initiative populaire…même si ces deux derniers ne sont pas encore entrés en vigueur. Alors messieurs, un peu de courage dans votre fonction et pour exercer vos prérogatives…

Publicités

5 Réponses to “Messieurs les députés, prenez enfin vos responsabilités et la part du pouvoir qu’il vous revient”

  1. René said

    Très bon article sur le plan purement politique et sur le plan des Institutions.

    Mais est-il acquis qu’une véritable « prise de pouvoir » par les ouailles de JF Coppé changerait réellement la politique menée ? Je n’en suis pas si sûr…

    Car les choses étant ce qu’elles sont, les députés comme les sénateurs sont, pour la plupart d’entre eux, moins préoccupés par leur rôle de législateur que par leurs intérêts locaux (électoraux et en terme de budgets). En cause, le cumul des mandats. Sur la réforme des collectivités territoriales par exemple, je ne les vois pas bien aller de bonne grâce contre leurs propres chapelles, à commencer par la réduction drastique du nombre des élus locaux qu’ils sont souvent eux-mêmes.

    La prééminence des positions adoptées par l’exécutif n’a donc pas toujours que des aspects négatifs. A condition, toutefois, que la politique menée par l’Elysée ne soit pas tout simplement contraire à celle qui a porté son « locataire » au pouvoir. Et en ce moment, les exemples en sont pourtant nombreux…

  2. Bonjour René,

    Tout à fait d’accord avec ta remarque : le cumul des mandats est la plaie de nos insittutions. le jour où celui est aboli, les vraies réformes vont enfin se mettre en place et enfin nos parlementaires prendront le pouvoir qui leur revient.

    Après je ne discute pas des hommes ici. Probablement que les ouailles de Copé sont pas meilleures que les conseillers de Sarko (sauf peut-être les vrais parlementaires qui bossent genre Carrez, Warsmann, Montchamp, Luca, Marini et consorts…) mais dans tous les cas, je ne supporte plus ou de moins en moins le système d’un exécutif écrasant le Parlement. Je suis d’accord pour un exécutif puissant et un Parlement puissant qui doivent négocier pour avoir des accords. En fait, au niveau constitutionnel je suis de plus en plus fervent du système américain qui oblige tout le monde à se mettre au tour d’une table et à négocier et empêche surtout le fait du prince (enfermé dans sa tour d’ivoire qui plus est).

    Quant à la politique de Sarkozy, j’ai un vrai problème car dans les paroles il est toujours le candidat pour lequel j’ai voté mais dans les faits, il n’arrive pas à dépasser le microcosme et la pression médiatique qu’il lui impose. Il prend trop de mesures pour ne pas facher les gardiens du politiquement correct et passe à côté des vrais problèmes. Au moins les parlementaires sont plus détachés de cette pression médiatique et sont capables de véritables coups de force que l’Elysée et les ministres ne pourront jamais faire (cf ce qui se trame sur l’ISF…)

  3. René said

    Je ne connais pas suffisamment le système américain pour vous répondre sur ce point précis. Mais je suis d’accord sur le principe d’un équilibre entre les pouvoirs exécutif et législatif.

    Sur Sakozy, je suis d’accord avec votre analyse. Ensuite, dire que les parlementaires sont moins sous l’emprise des médias que le Président, c’est peut-être aller un peu vite. Dire qu’ils ont plus les coudées franches pour prendre des décisions impopulaires n’est pas forcément évident. En démocratie, c’est toujours la perspective du prochain scrutin qui mène la danse. La solution, ce serait peut-être une limitation du nombre de mandats. Mais ça demande une réflexion approfondie : attention à la paralysie (ou aux choix désastreux) par manque candidats potentiels de qualité.

  4. Sarkozy a bien compris qu’il était important de contrôler l’UMP pour contrôler les députés de la majorité via les investitures. C’est pour cela qu’il a désigné à sa tête des gens à lui et en premier lieu Xavier Bertrand. Il fait même plus fort dans le mélange des genres puisqu’il a nommé à des postes de responsabilité des ministres en exercice (Besson Secrétaire Adjoint, Woerth en tant que Trésorier, Hortefeux, Borloo et Alliot-Marie vices présidents du Conseil National)ce qui contribue encore plus à faire de l’UMP le fidèle serviteur de l’exécutif.

    L’UMP qui a été créé pour amener un homme à la Présidence, sert maintenant à museler sa majorité.

    Tout à fait d’accord, le cumul des mandats est une plaie et il faut le limiter drastiquement notamment (mais pas seulement) parce que les conflits d’intérêts induits par le cumul des mandats brident les parlementaires. Un exemple: la nécessaire réforme du territoire se heurte à d’autant plus de freins que beaucoup de parlementaires sont des élus locaux.

  5. LOmiG said

    Oui très bon article : il est vrai et il faut rappeler que la limitation du 49-3 donne un vrai « plus » de pouvoir aux parlementaires…!

    Comme on dit, le pouvoir ne s’use que si on ne s’en sert pas…(on dit ça au fait ?)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :