Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

G20 pour rien, G20 parisien

Posted by lolik11 sur 28 septembre, 2009

"Nos pays avaient décidé de faire tout ce qui était nécessaire pour assurer la reprise, remettre en état nos systèmes financiers. Cela a marché" article 5 du communiqué final

"Nos pays avaient décidé de faire tout ce qui était nécessaire pour assurer la reprise, remettre en état nos systèmes financiers. Cela a marché" article 5 du communiqué final

Le communiqué final du sommet des chefs d’Etat de Pittsburgh, quoique s’étalant sur 23 pages, est un satisfecit à la gloire du G20, dont la décision la plus précise est le calendrier des futurs G20…Canada en juin 2010, Corée en novembre et France en 2011.

A part ça, tous sont d’accord pour écrire que nous sommes entre la crise et la reprise ! (article 1, il fallait bien trois jours de réunion pour en arriver là) et qu’ils ne cesseront leurs efforts (article 9) « tant que les travailleurs, partout dans le monde, n’auront pas trouvé un emploi décent » ; nous voila rassurés, ils s’occupent de nous.

Voila, comment ils vont s’en occuper : article 10 « Ils éviteront toute suppression prématurée des incitations » ; comprendre que les dépenses vont continuer à galoper. Tant mieux, on était inquiet et on se demandait si on serait enfin à la hauteur des enjeux et enfin capable de dépasser les 130 milliards de déficit de 2009. Ca, s’est fait on sera à 140 en 2010 ; et comme en matière de prévision, il faut corriger par un facteur multiplicateur d’au moins 1,40, on peut peut-être atteindre les 200 (un petit coup de RSA pour les moins de 25 ans et on y sera).

Ils promettent d’éliminer progressivement les subventions aux combustibles fossiles qui portent atteinte aux efforts de lutte contre le changement climatique (article 22) ; des subventions qui disparaitraient ??? Nom d’une pipe en bois, ont-ils bien réfléchi aux nombres de tracteurs et camions que cette simple évocation allait jeter sur nos routes ? Au fait, qu’est-ce que ça vient faire dans la résolution de notre plus grande récession depuis 1929 ? Ah oui, c’est vrai que la Chine, l’Inde et le Brésil subventionnent un peu leur consommation de pétrole. Ils ont signé ceux là ? Oui, mais sans date pour la fin de ces pratiques…

Ils vont lutter contre le protectionnisme, il ne faudra pas fâcher la Chine qui tient dans ses mains le budget américain et le dollar, et promettent de faire aboutir le cycle de Doha (article 26) ; en panne depuis 2006 qui bute toujours sur la libéralisation du marché agricole. C’est nos agriculteurs et nos ouvriers qui vont être contents…Enfin les seconds sont tellement peu nombreux qu’on ne les entend plus de toute façon…

Coté fonds propres des banques, là, c’est du concret : le G20 s’engage à adopter les règles de Bale II d’ici 2011…mais revues et corrigées ! (article 12) Les Usa n’en veulent pas et l’Europe ne veut pas du ratio d’endettement imposé par Timothy Geithner. On est déjà à plus de 10 années de discussion et vu les injections de fonds propres qui seraient nécessaires, il est probable qu’on enterrera Bale II, sous 10 bonnes nouvelles années de discussion.

La régulation des bonus, clef de voute du G20 du coté français, a abouti à la possibilité de la limitation de leur distribution en % du revenu net bancaire, si le régulateur estime que la banque n’a pas assez de fonds propres ! Les conclusions se gardent bien de préciser la hauteur de ces fonds propres « nécessaires », ni d’ailleurs le fameux % du RNB. J’imagine assez bien la tête du régulateur face à une équation à 2 inconnues…en clair, une belle réglementation qui ne réglemente rien.

Pour parfaire l’édifice, ils sont prêts à prendre des contre-mesures, dès 2010, à l’encontre des paradis fiscaux. La Chine a signé, Hong-Kong et Macao ne sont pas sur la liste noire, ni même sur la grise, tout simplement volatilisés…

J’allais oublier, à l’article 19, le transfert de 5% des droits de vote au FMI, des pays sur-représentés (en gros, l’Europe) aux pays émergents (Chine, Corée, Turquie) ; en plus, ils sont sympa avec les chinois !

Pendant ce temps là, le crédit coule toujours à flot, distribué par les banques centrales, à des taux d’intérêt proche de 0. C’est avec cette manne que les banques ont repris leur business ce qui leur permet de renflouer leurs profits et justifie les bonus versés à leurs meilleurs traders. Il est quand même curieux que les Etats filent de l’argent gratuit aux banques et se plaignent ensuite qu’elles fassent des profits dont profitent les traders. Les entreprises, elles n’en voient pas la couleur et leurs crédits sont toujours aussi anémiques (-24% selon l’ASF) ; les crédits à la consommation n’ont rien à leur envier (-29%). L’investissement est en panne mais curieusement le CAC lui est en pleine forme (+29% en 6 mois).

Pendant ce temps là, la relance de l’économie par les déficits continue sa marche vers la gloire ; et comme les dépenses publiques, qui n’ont jamais crée le moindre emploi, étranglent d’impôts ceux qui pourraient en créer, le rendez-vous avec la croissance n’est pas pour demain. Impôts, taxes et contributions diverses s’abattent dru pour faire semblant de maîtriser le budget puisque l’inflation, si pratique pour faire fondre le coût des remboursements, ne viendra pas sauver l’Etat de ses fins de mois calamiteuses ni la Sécurité sociale de sa trésorerie aux abois.

Il n’y a plus qu’à attendre que quelques traders encore plus fous que les autres, au service de fonds souverains exotiques s’aperçoivent que la prime de risque de remboursement des dettes d’Etat est bien faible au regard de leur amoncellement pour que se mette en place le deuxième round de cette crise, de la vraie crise celle-là. Pas la petite crisette qu’on a vécu et qu’on essaye de nous faire passer pour la pire depuis 1929. Ca tombe bien d’ailleurs car quoi de mieux que d’être en France, futur pays dévasté par la crise de la faillite des Etats, en 2011 pour le G20 qui se chargera de régler le problème (probablement en ne décidant rien encore).

Bref, la refondation du capitalisme est en route vers le passé à très grande vitesse et le G20 triomphant des bonus et des paradis fiscaux est déjà une des plus belles arnaques de ce début siècle. La seule mesure concrète de ce G20 est de s’être pérennisé (et surtout les magnifiques hôtels, diners, cocktails, réceptions qui vont avec pour les « serviteurs de l’Etat »…) en tant qu’organe de gouvernance économique mondial dont la seule et unique décision (et probablement pour longtemps) est de ne rien décider…Que c’est beau la gouvernance mondiale et la fin des égoïsmes nationaux que les bisounours appellent de leurs vœux les plus chers…

Publicités

2 Réponses to “G20 pour rien, G20 parisien”

  1. Nicolas said

    Bonne analyse, effectivement à part s’auto-congratuler pour avoir balancé dans l’économie des milliers de milliards qu’ils n’avaient pas, et psalmodier en choeur « plus jamais ça », je ne vois pas bien à quoi a servi ce G20 …peut-être que le prochain sera plus efficace….ou le suivant….ou peut-être celui d’après…ou celui d’encore après ???

  2. lolik said

    Ton scepticisme optimiste t’honore, Nicolas…mais il y a bien peu de chances que les vrais sujets soient abordés, puisqu’aucun consensus ne peut être trouvé, vu l’ampleur des divergences d’intérêts. Et même si nos politiques s’entendaient, le pouvoir leur a échappé depuis longtemps ; il ne leur reste qu’à mettre en scène leur impuissance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :