Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

Au nom des auvergnats, je demande la démission de Brice Hortefeux

Posted by echopolitique sur 11 septembre, 2009

Ne sentez-vous pas, vous aussi, le racisme dont sont victimes les auvergnats ? Que fait SOS Racisme pour protéger cette minorité si mal-traitée par le ministre de l'Intérieur...

Ne sens-tu pas, toi l'auvergnat, le breton, le corse, le basque, le chti, le normand, le pîcard, ... , le racisme dont tu es victime ? Et ne demandes-tu pas toi aussi ce que font SOS Racisme, le MRAP, le PS, NPA, les Verts, la LICRA, la HALDE (Azouz Begag et Yazid Sabeg) pour que cela cesse, pour que la bête immonde disparaisse enfin ?

Une nouvelle polémique dérisoire a vu le jour dans notre pays. Il faut dire qu’avec nos professionnels de l’indignation sélective, on ne pouvait pas y échapper. Donc, c’est Brice Hortefeux qui est la cible du politiquement correct et des rois de la pétition à cause de ces propos lors des universités d’été des jeunes de l’UMP. Lors de ce meeting, un jeune d’origine maghrébine d’une délégation auvergnate veut faire une photo avec le ministre de l’Intérieur et J-F.Copé. S’en suit une petite séquence filmée (par une caméra fortuitement bien placée) où le groupe plaisante sur les auvergnats et il faut le dire sur le fait que le jeune ait des origines maghrébines mais qu’« il mange du cochon et boit de la bière ». Le ministre de l’Intérieur répond que « celui-ci ne correspond pas du tout au prototype, alors ! », la militante ajoute « c’est notre petit auvergnat » et B.Hortefeux d’enchainer avec la phrase qui fait polémique « Il en faut toujours un. Quand il y en a un ça va, c’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes ». De quoi parlait le ministre ? Bonne question. Chacun verra midi à sa porte. En tout cas, depuis toute l’opposition et les associations antiracistes sont, bien sûr, montées au créneau pour appeler à la démission du ministre à cause des propos supposés racistes envers les jeunes d’origine maghrébine. Rien de mieux que de nous rejouer le coup de la bête immonde pour mobiliser les troupes, surtout en période de troubles internes.

Mais avant de poursuivre, ouvrons une parenthèse. Cette histoire interroge sur notre société et sur la distinction entre parole privée et parole publique. Désormais, pour les personnalités, il n’y a plus de différence entre les deux : tout est désormais public et les journalistes se font un devoir de traquer leurs paroles pour les mettre en difficulté et vendre un peu de papier. Mais ne croyez pas que vous serez épargnés, vous les français d’en bas, car tout ce qui commence en haut finira par s’appliquer à tout le monde. Bientôt, vous pourrez risquer le licenciement pour avoir insulté votre patron chez vous ou dans votre voiture ou même le tribunal si autour d’une bière dans votre jardin vous tenez des propos sexistes, racistes, négationnistes…et je n’ose vous prédire votre avenir si vous remettez en cause le réchauffement climatique ! Pour cela, il suffira que quelqu’un filme ou relaye le fait que vous ayez blasphémé en privé pour que vous soyez cloué au pilori. J’exagère mais à peine. En tout cas, cette histoire nous montre le véritable danger pour nos libertés dans nos sociétés occidentales. Ce ne sera pas Big Brother superordinateur regardant tout ce que nous faisons, ni même un Etat central imposant une politique de censure et encore moins une agence gouvernementale commençant par HAD et finissant par OPI. Non, le véritable danger sera vous, moi, mon voisin, votre voisin ; en clair chacun d’entre-nous. Le vrai Big Brother qui se profile à l’horizon, sera la toile que constituera le plus grand réseau du monde de tout à chacun surveillant les faits et dires de l’autre pour s’assurer qu’il ne dévie pas la pensée dominante. Cette aimable surveillance zélée amènera à l’autocensure individuelle et collective sous le poids du politiquement correct. Petit à petit, l’autocensure s’imposera à tout le monde et dans une ou deux générations elle sera intériorisée et devenue une norme (comme la repentance enseignée par l’Education Nationale qui est devenue une norme de la jeunesse française). Triste perspective que la société qui nous attend ! Fin de la parenthèse…

Revenons donc à notre polémique. B.Hortefeux s’est justifié en disant que son propos ne visait pas les origines maghrébines du jeune militant mais le fait qu’il soit auvergnat. Donc en clair, en tenant des propos peu amènes sur les jeunes maghrébins, un ministre risque le scandale et s’en défend presqu’immédiatement ; mais adresser ces mêmes propos aux auvergnats ne pose aucun problème. Il faut dire qu’on est habitué dans ce pays : dire « sale français » n’entraîne rien mais pour « sale noir » (je précise pour le MRAP ou SOS Racisme que je ne fais que de la rhétorique ici), on risque le tribunal pour incitation à la haine raciale. Dire sale chrétien, pas de souci mais dire sale juif ou sale musulman, attirera à coup sûr les foudres des tribunaux et de l’Inquisition du politiquement correct. Dire « sale femme » révèle un affreux machisme discriminant, dire « sale homme », relève de la banalité. Deux poids, deux mesures.

Donc en tant que français solidaire des auvergnats, je trouve les propos d’Hortefeux sur les auvergnats discriminants, voire racistes (ne sentez-vous pas, vous, les défenseurs des opprimés ce que le terme auvergnat recouvre, vous savez cette réputation de radinerie et d’ethnie bistrotière parisienne exploiteuse) et je demande solennellement au Président de la République de limoger son ministre (ou de le mettre à le retraite d’office) pour insulte envers les auvergnats. Le pire étant dans cette justification, la facilité avec laquelle les auvergnats sont invoqués au secours d’une plaisanterie : c’est vrai qu’on ne risque pas qu’SOS racisme se mobilise pour eux ! Ce qui en soi suffirait à rappeler que le soupçon de culpabilité est toujours là, endossé promptement par le ministre et réclamé par les indignés. Et ceux qui crient le plus fort, B. Hamon, O. Besancenot, M. Aubry, le Monde qui en fait son éditorial [1], en sont sans doute les plus atteints. Au nom de cette culpabilité recuite, on peut démolir tous les principes « républicains » comme ils disent (je croyais que tous les citoyens étaient égaux, les auvergnats pas moins que les autres). Et même à ressasser un remords masochiste, on construit peu à peu un monde avec des catégories d’intouchables (pas dans le sens indien du terme mais dans le sens que l’on ne peut critiquer ni même en parler sauf en termes élogieux) où la contrition tient lieu de morale et la flatterie de jugement. Pour protéger du racisme anti-beur, seraient-ils prêts à sacrifier les auvergnats ? Et par extension, pour se protéger du racisme anti-minorité, seraient-ils prêt à nier le racisme anti-français mais également éviter de parler d’un certain nombre de problèmes qui fâchent ? Mais chut, de cela, il ne faut pas parler…SOS Racisme veille…

[1] dont la conclusion est éclairante : « Brice Hortefeux a oublié qu’un ministre doit représenter à chaque instant les valeurs de la République. Et mesurer dans chaque mot ce qu’il peut contenir d’irrespect, de violence et d’humiliation ».

Publicités

9 Réponses to “Au nom des auvergnats, je demande la démission de Brice Hortefeux”

  1. […] Echopolitique […]

  2. Criticus said

    Bientôt, vous pourrez risquer le licenciement pour avoir insulté votre patron chez vous

    C’est ce qui arrive dans Retour vers le futur 2 (avec un patron asiatique, en plus ! 😉 )…

    L’histoire se déroule en 2015. C’était un peu prématuré,mais ils avaient bien anticipé la tendance.

  3. Retour vers le futur c’est trop de la balle sa maman. (Pardon, hors sujet)

  4. lolik11 said

    @ Criticus et Maxime
    Je vois que mes auvergnats ne vous émeuvent pas plus que ça ! bande de cinéphiles sans conscience…
    @ Axel
    Prenez exemple sur Axel qui lui, les a adoptés ! Merci Axel du lien

  5. Criticus said

    Non, vu qu’Hortefeux est auvergnat. Et j’ai décidé de ne pas pleurer sur son sort… 😉

  6. lolik11 said

    Que nenni ! Hortefeux est né à Neuilly…s’il est auvergnat ce n’est que d’adoption électorale

  7. Criticus said

    Ah, parce que tu penses que l’on ne peut pas être auvergnat si l’on est né à Neuilly ? Nauséabond. 😉

  8. lolik11 said

    Nauséabond l’état civil ? Sommes-nous donc condamnés à être citoyens du monde ?
    Bon, ok, je fais partie des nauséabonds…

  9. Criticus said

    « Sommes-nous donc condamnés à être citoyens du monde ? »

    Mais nous sommes des citoyens immondes ! Euh, non en fait.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :