Echopolitique

Ne pas faire de politique, c'est faire la politique de ceux qui nous imposent la leur.

L’effet Woerth : au bonheur de la Suisse

Posted by lolik11 sur 9 septembre, 2009

L'exil fiscal a de beaux jours devant lui...tant que la France pratiquera l'impôt confiscatoire pour ceux qui ont le plus réussi

L'exil fiscal a de beaux jours devant lui...tant que la France pratiquera l'impôt confiscatoire pour ceux qui ont le plus réussi

E. Woerth a annoncé le 30 août que le fisc était en possession d’une liste de 3.000 résidents fiscaux français détenant des comptes non déclarés en Suisse. Au départ, certains ont cru à un coup de bleuff du ministre, ce qui aurait mis au moins un peu de piment à l’actualité mais il semble que cette liste soit réelle et qu’elle ait été obtenue «  par le renseignement fiscal et la transmission d’informations bancaires ». En clair, à la suite d’un contrôle fiscal portant sur 2 banques, les banquiers ont transmis les noms, adresses et numéros de compte des donneurs d’ordre de virement vers des comptes suisses, en sus des montants, date et références des comptes étrangers concernés, comme ils y sont tenus par une législation qui ne date pas d’hier.

Oui, mais les contrôles fiscaux, c’est long et il faut recommencer chaque année. D’où l’idée, d’étendre hors contrôles fiscaux, les obligations des banquiers pour obtenir ces fameux flux réguliers et systématiques d’informations sur ces transactions. L’Irlande a mis en place une telle législation obligeant les banquiers à déclarer les transferts de fonds suspects et cela aurait permis de réduire très fortement l’évasion fiscale (mais en parallèle l’Irlande est également un paradis fiscal). C’est probablement un décret que le communiqué de fin de réunion d’aujourd’hui nous annonce en termes choisis ; « E. Woerth souhaite que les transmissions d’informations, déjà prévues par la loi, puissent être élargies et rendues plus systématiques afin de permettre à la France de mieux lutter contre l’évasion fiscale ». Là, c’est clairement l’inquisition fiscale qui est annoncée…

Face à cet arsenal, le contribuable fraudeur n’a plus qu’à se rendre…à la cellule de régularisation et régler les arriérés d’impôts et les pénalités. Voire…  Ou alors, face au chantage woerthien, l’exil fiscal repartira de plus belle et dans des proportions plus importante, car à y penser, pourquoi cacher seulement une partie de sa fortune au fisc français quand il est si facile de lui soustraire l’intégralité des revenus (et son taux d’imposition à plus de 40% sans parler des charges, ISF et taxes associées) en s’installant juste de l’autre côté du lac Leman. Certains n’hésitent plus à franchir le pas et à prendre la poudre d’escampette en organisant leur exil en Suisse ! Il parait que les cabinets d’avocats suisses sont débordés de demandes d’information sur les conditions d’installation ! Car le fait de devenir un contribuable suisse, dispense de toute déclaration fiscale en France. La confédération voit d’un œil réjoui ces nouveaux résidents rejoindre la cohorte des sportifs, chefs d’entreprise, gens du showbiz et autres assujettis à l’ISF.

E.Woerth, lui ne récupérera pas les impôts de ces fraudeurs (lorsque l’impôt devient confiscatoire, s’agit-il toujours de fraude ?) mais en plus la France laisse filer chez son voisin ses meilleurs contribuables. Ils étaient déjà 650 à le faire chaque année depuis 2005, on peut raisonnablement penser que leur nombre pourrait doubler, sous l’effet Woerth qui entrera bientôt dans les livres d’économie ! Sans compter tous les jeunes qui s’exilent simplement parce qu’ils savent ce qui les attend et tous ceux que répugnent les listes qui fleurent bon la bureaucratie et l’inquisition fiscale. Pas de chance, les rentrées fiscales avaient déjà fondu de 25 milliards au 1er semestre ; pas de chance pour ceux qui restent car déficit budgétaire 2009 au 31 juillet, lui atteint déjà 109 milliards (contre 51 à même époque 2008). Heureusement que la taxe carbone arrive parce qu’il va falloir la verdir, genre vert très foncé, la fiscalité pour éponger cette mer de dépenses et même plonger très profondément pour trouver de nouvelles éponges. Mais devinez qui payera les déficits et les dettes lorsqu’on aura fait fuir tous les riches, tous les entrepreneurs et tous les talents de ce pays ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :